http://appalaches.skynetblogs.be/

vendredi, 22 janvier 2016

Les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit

 http://appalaches.skynetblogs.be/  

visuel-bruiten.jpg

Avant l'arrivée des machines, les bruits les plus forts venaient de la nature. Dans de nombreuses cultures anciennes le grondement du tonnerre ou le mugissement de la mer étaient une manifestation divine, un message de Dieu, c'est pourquoi ces bruits revêtaient un caractère sacré. Il y a 3000 ans, on racontait qu'à Babylone des hommes périrent dans un déluge, car ils avaient été trop bruyants et qu'ils avaient dérangé leur Dieu. Mais bientôt les hommes apprirent qu'en faisant du bruit, ils acquerraient du pouvoir. Lorsque les Grecs ou les Romains allaient livrer bataille, ils tambourinaient sur leurs boucliers, soufflaient dans leurs trompettes et criaient à plein poumons. De cette manière, les soldats étaient censés être prêts pour le combat et en même temps, ils avaient semé la peur chez l'ennemi. Il est très facile d'imaginer, le bruit occasionné par le fracas des armes, le rugissement des chevaux et le cri des combattants. Même la vie quotidienne, durant l'Antiquité, n'était pas silencieuse. Le philosophe romain Sénèque se plaignait du bruit dans un établissement de bains et le bruit dans les rues de Rome était si fort qu'il était pratiquement impossible de dormir la nuit. La nature du bruit n'a guère changé durant le Moyen Age et le début des temps modernes. Le brouhaha des marchés, les bruits des sabots, le claquement des fouets et le martelage des artisans en étaient les bruits dominants. La sonnerie des cloches des églises était par contre quelque chose de nouveau. Dans toutes les villes et dans la plupart des villages européens, le son puissant des cloches était un moyen de communication de masse, en annonçant les événements concernant la communauté, qu'ils soient civils ou religieux. Le cri "Noël" (signe de joie), joue un rôle essentiel lors du sacre du roi ou lors de ses entrées dans les villes. Le cri de la nativité, marque le passage de l'extérieur vers l'intérieur de la ville, dans les entrées royales, l'avènement du roi ou les naissances d'importance. Saluant la nativité du Christ.


chut-plus-de-bruit.jpgNotre monde est un monde bruyant, au travail, dans nos loisirs, à la maison, dans la rue, le bruit est partout, surtout dans les agglomérations de nos sociétés dites civilisées. Ces cinquante dernières années se sont multipliée d'intensité dans laquelle se déroule notre vie quotidienne de citadins. Notre organisme n'a pas été construit pour résister sans dommages à des sollicitations acoustiques anormales et incessamment répétées. Le bruit, s'il peut être facteur de joie, peut aussi constituer un véritable fléau. Autrefois, l’on était à peu près certain de vivre dans la quiétude à la campagne, mais le bruit est permanent à l'heure actuelle, sur les routes, dans les villes, et les lieux de travail, il n’y a que du bruit. Dans la nature on trouve de moins en moins de silence, et même le ciel maintenant est devenu bruyant (nous n'avons plus le réflexe de faire une balade en silence). Aujourd'hui, nous vivons dans un monde extrêmement bruyant et la fréquentation des boîtes de nuit techno est devenue un signe de distinction sociale. En effet, les danses frénétiques au son du Dance Music, du Techno et du Rap dans l'atmosphère psychédélique (substances hallucinogènes), et les méga-concerts dans les stades avec leurs idoles lascives (sensuelle) déchaînant une foule en transe ont remplacé les messes comme occasion de communion collective avec cette musique dont on se sert pour remplir nos vides. Maintenant la musique commerciale gouverne les lieux publics, omniprésente dans tous les magasins, sur toutes les chaînes de télévision ou de radio, dans toutes les salles d'attente. De plus, elle est jouée ou diffusée très fortement lors des concerts, au cinéma, dans les restaurants ou les boutiques.

zombies-portables.jpgUn autre élément est rentré dans nos vies récemment, c’est l’omniprésence du téléphone portable. On ne peut pas rester longtemps dans la rue sans croiser une personne en pleine conversation. Dès que l'occasion se présente nous nous branchons automatiquement sur notre "iPod" avec lesquels il devient aujourd'hui possible d’écouter la radio ou ses morceaux favoris dans les transports en commun, en voiture, dans la rue (ces objets sont partout). On se demande où aller pour avoir le silence, nous le recherchons tous à un moment ou à un autre, car le silence nous permet de nous concentrer, de réfléchir, de bien faire les choses, d’écouter, de comprendre, d’apprendre. Le silence est indispensable pour se focaliser sur ce qu’on veut faire, hélas, le bruit ne favorise pas la réflexion. Il est incompatible avec l’idéal du dialogue et de l’échange. Pendant des siècles, le christianisme avait enseigné que la spiritualité passait par une alternance de silence et de musique. La vie monastique avait porté à sa perfection cette règle de vie avec le recueillement, la prière et le silence. Quatre moines avaient décidé de méditer en silence pendant deux semaines. A la tombée de la nuit du premier jour, leur chandelle commença à vaciller puis s’éteignit. Le premier moine dit. "Oh, non la chandelle s’est éteinte".  "Le deuxième moine dit. "Est-ce qu’on n’était pas censés rester silencieux". Le troisième dit alors. "Pourquoi faut-il que vous deux, vous brisiez le vœu de silence". Le quatrième moine dit.  "Donc, je suis le seul qui n’ait pas parlé".Nous ne sommes pas toujours à l’aise avec le silence.

trois-singes.jpgSi nous sommes dans un dîner, une rencontre entre amis, une activité quelconque, on se sent souvent obligé de "meubler" le silence, de parler, d’entretenir la conversation. Souvent même, ce que nous avons alors à dire n’est pas plus beau que le silence. Quand vous revenez d’un environnement bruyant et que vous fermez la porte derrière vous, vous êtes soulagés du silence que vous "entendez" enfin. ("Silence, on tourne" diraient les réalisateurs avant de démarrer le tournage de leur film). Il arrive souvent qu’on nous demande le silence en criant (paradoxal, non). On croit les sourds silencieux, il n'en est rien. Il font du bruit quand ils boivent, du bruit quand ils mangent, des bruits intimes. La voix est gutturale ou criarde, très aiguë ou très grave, ou les deux à la fois, selon le timbre. Mais attention, il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et nous sommes tous de ces gens qui, parfois, préférons nous boucher les oreilles. Vous connaissez, les singes de la sagesse (d'origine asiatique) constitué de trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains.
Le premier les yeux. (Ne voient rien, écoutent les autres et en parlent… ).
Le deuxième la bouche. (Qui entendent et voient des choses, mais n'en parlent pas… )
Le troisième les oreilles. (Qui voient des choses et en parlent, mais n'écoutent pas ce que l'on leur dit…). A celui qui suit cette maxime, il n'arriverait que du bien.

ronfleur.jpgLe ronflement (ronchopathie) n’est pas un problème de santé comme tel, mais il peut devenir très incommodant. Les bruits de vos ronflements empêchent tout le monde de dormir, mais aussi vous-même. De plus, vous commencez à culpabiliser. Vous vous réveillez avec l’angoisse d’être en train de ronfler. Au final, tout le monde passe une mauvaise nuit. Les ronfleurs sont handicapés dans toutes les situations. (Ils n’osent plus aller dormir chez des amis. En voyage, personne ne veut partager leur chambre. Ils n’osent plus dormir en refuge ou en auberge de jeunesse de peur de provoquer les foudres du dortoir tout entier. Ils sont obligés de se réserver une chambre à part à l’hôtel. C’est l’objet de disputes conjugales. qui exige de faire chambre à part…). Cette vibration peut avoir diverses origines dont l’embonpoint, qui induit un rétrécissement de la gorge, est régulièrement pointé comme une cause majeure, de même que la consommation d’alcool, qui accentue le relâchement musculaire, ou encore de tabac, qui obstrue les voies nasales. Plus prosaïquement, le fait de dormir sur le dos favorise également le ronflement. Les ronflements ne sont pas réservés aux êtres humains, bien au contraire, certains chats et chiens ronflent. Si tous les chats et les chiens peuvent ronfler, ce phénomène est plus répandu chez certaines races, et notamment celles ayant un nez court (le Persan, Exotic Shorthair), de même pour les chiens ayant un nez court (le Shih-Tzu, le Pékinois, le Bulldog, le Sharpei, le Boxer, le Carlin, le Boston Terrier, etc.).


pollutionsonoregrancetueuse.jpgEn conclusion, le seul moment où vous entendez le silence absolu, "c'est quand vous êtes mort". L'oreille est aujourd'hui soumise à plus de sons que jamais auparavant dans l'histoire. Dans nos villes où nous sommes assaillis par la prolifération des bruits, des médias, des portables, saturés par un flot de sonneries, de paroles, de musiques d’ambiance, le silence est devenu presque inquiétant. Il devient de plus en plus évident que la société occidentale est en train de s'assourdir par l'intensité du bruit et de la musique qu'elle tolère et encourage. Quant au scandale, eh bien!, cherchez-le.
 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 20 janvier 2016

A chacun sa merde !

 http://appalaches.skynetblogs.be/

La Préhistoire est définie comme la période qui commença voici environ trois à cinq millions d’années avec l’apparition des premiers humains jusqu’à la genèse de l’écriture. Produisant encore peu de déchets, ils laissent alors à la nature le soin de faire disparaître leurs restes.

Toilettes-antiques.jpg

papier-toilette.jpgPour beaucoup de gens l'excrément (fécès, étrons, selles, grosses commissions, crottes, déjections, bronzes, colombins, cacas, merdes) est tabou. Pourtant, tout le monde en fait et il n'y a pas à avoir honte. D'ailleurs, si on parlait plus librement de nos excréments, on saurait peut-être se soigner plus efficacement, car ils en disent long sur notre santé, selon leur texture, leur odeur, et leur couleur. L’excrément nous donne de précieux indices sur l’histoire de l’homme, de son mode de vie, et de ses habitudes alimentaires. Il permet de déduire quel était le menu de nos ancêtres et quelles maladies les frappaient. L’excrément est une matière première précieuse dans l’agriculture et même l’industrie de certaines sociétés. Transformé, recyclé, on redécouvre ses vertus. Il y a un vieux dicton qui dit que "la mort commence par le côlon". C’est plutôt simpliste, mais quand même vraie. Bien que dans l’intimité ce soulagement du ventre soit généralement source de plaisir. Il n’est dès lors pas étonnant que les expressions tournant autour des matières fécales et de la défécation soient considérées comme vulgaires, à valeur exclamative (Merde alors !), dépréciative (C’est chiant.), insultantes (Va chier !), le "Chacun sa merde" est une réalité au sens propre et figuré. Mais déféquer n’a pas toujours été si mal vu. Il n’y a pas si longtemps encore, les médecins faisaient la tournée des pots de chambre dans les hôpitaux qui consistait à vérifier l’état des selles.


les grands besoins se faisaient aux latrines publiques,.jpgLes premiers vestiges des toilettes (siège d'aisance) datent de 2500 av. J.-C. (Dans l'Empire romain, en Egypte et en Chine). Avec l'arrivée du Moyen Age, les égouts construits par les Romains disparaissent, faute d'être entretenus, c'est l'époque du "tout-à-la rue" ! Excréments et eaux usées s'y mêlent et nagent dans les rigoles se trouvant au centre des rues... A l’aube de la Renaissance, il faudra encore beaucoup d’efforts pour que les villes et plus encore les petites villes, et les quartiers secondaires ou les plus pauvres puissent être salubres. Les matières fécales, ou excréments humains sont utilisés massivement dans l'agriculture. Dans les grandes villes, des paysans organisent des rotations de charrettes, pour aller recueillir les excréments pour les cultures, ce qui soulage les villes (le caca est donc scientifiquement non dangereux pour l’environnement). Durant tout le Moyen Age, les matières fécales humaines sont les engrais courants pour les cultures, avec les matières fécales animales, comme le lisier de porc. Le commerce de matières fécales humaines comme engrais était courant en Europe occidentale. Mais à la Renaissance, on redécouvre des valeurs d'hygiène perdues depuis l'époque romaine,et on recommença à construire des égouts, puis avec la révolution industrielle du XIXe siècle, les constructions d'égouts sont la norme partout, même dans les petits villages. l-argent-n-a-pas-d'odeur.jpgLa célèbre phrase de l’empereur Vespasien "l’argent n’a pas d’odeur" doit être comprise dans ce contexte. Les grands besoins se faisaient aux latrines publiques, dans une ambiance conviviale, propice à la conversation. Dans l’Antiquité romaine, par exemple, déféquer se pratiquait en compagnie d’autres personnes. Les latrines étaient des lieux de sociabilité appréciés des classes moyennes, où il était de bon ton de palabrer de l’actualité et des affaires de manière décontractée. Les Romains avaient même un dieu des latrines publiques (Stercutius), divinité des lieux d’aisances, du fumier et des excréments. C’est dire la valeur que les citoyens accordaient à cet endroit. 

les excréments.jpgPlutôt que de les envoyer à l’égout, pourquoi ne pas collecter les déjections humaines et les convertir en une source d’énergie qui est le biogaz ainsi obtenu. Chauffer de la nourriture, faire pousser des plantes, alimenter des véhicules sont déjà possibles avec les déjections humaines.
Pour faire la cuisine, le bois qui servait à chauffer la nourriture a été remplacé par du biogaz, généré à partir des excréments (plus écolo, moins chère et moins dangereuse pour la santé).
Pour fabriquer une brique 100% naturelle, fabriquée à base de sable, de bactéries, de chlorure de calcium et... d'urine. Le processus de fabrication ne nécessite aucune cuisson, ce qui fait économiser énormément d'énergie. On considère que 400 arbres doivent être brûlés pour fabriquer 25.000 briques classiques.
Pour faire pousser des plantes, comme fertilisants. Elle nécessite de séparer l'urine des excréments, traités différemment. La première doit être mise de côté un mois avant d'être utilisable. Les seconds doivent être recouverts de cendre de bois et de terre pour éliminer les parasites qu'ils contiennent (une solution efficace et bon marché pour les agriculteurs).
Pour alimenter sa voiture, qui roule grâce à des excréments. Les déjections de 70 foyers permettent de parcourir 16.000 kilomètres par an (techniquement, le système est parfaitement fonctionnel).
additifs-alimentaires.jpgOn a tendance à croire que les excréments humains dégagent une odeur fétide. Lorsque les intestins fonctionnent bien et que le côlon fait son travail dans les meilleures conditions, les selles ne dégagent pas de mauvaise odeur. C'est notre style de vie moderne avec l’industrie alimentaire, comme les gras animaux, les gras trans, les charcuteries sous vide, les plats préparés, les sauces grasses, le sel, les viennoiseries, les sodas, les boissons énergisantes, les friandises et produits sucrés, etc; avec un niveau toujours croissant de stress qui contribuent à cette crise de santé gastro-intestinale. Les additifs alimentaires sont ajoutés aux produits industriels pour en améliorer l’aspect, le goût ou le temps de conservation. Ce qui ne peut être éliminé de votre urine doit passer par le côlon. Voici les additifs alimentaires qui sont ajoutés aux produits industriels pour en améliorer l’aspect, le goût ou le temps de conservation.
Le sirop de glucose fructose (sucre extrait du maïs).
Les colorants artificiels (codes E100 à E199).
Les édulcorants artificiels (coca light).
L'hydroxytoluène butylé ((antioxydant synthétique - code E321).
Les huiles partiellement hydrogénées (beurre, viande).
Le glutamate de sodium (exhausteur de goût).
Le benzoate de sodium (agent de conservation).

matière fécale.jpegEt si la "malbouffe" n’avait jamais aussi bien porté son nom. Au moment de l’abattage puis de la transformation, les matières fécales, restées sur la peau des bêtes ou dans leurs intestins ne sont jamais éliminées durant le circuit de production. Généralement présents à la seule surface de la viande, les excréments peuvent alors disparaître sans mal durant la cuisson. Mais avec du bœuf haché, il y a des matières fécales dans pratiquement tous les hamburgers, les bactéries se mélangent dans la viande. Autrement dit, elles contaminent toute la viande, y compris celle qui se trouve au milieu de votre hamburger. En outre, il y a aussi ce problème où la viande et le gras utilisés pour fabriquer des steaks hachés proviennent la plupart du temps de différentes bêtes, donc la quasi-totalité de la viande hachée contient des bactéries impliquant une contamination fécale. On peut tout de même se demander qui serait prêt à manger un steak préparé à partir de déjections, tout du moins en connaissance de cause. Alors, il n’y a pas à se demander pourquoi nous devenons malade et continuons à l’être. Il ne tient qu'à vous d'entretenir ce jardin, de le réensemencer régulièrement, d'éliminer les mauvaises herbes, de lui apporter de l'engrais... ou alors de le laisser à l'abandon.  https://youtu.be/IMhchn7nnJs   . Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire. Bon appétit


 

Écrit par Country francismarie dans Général, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 02 décembre 2015

Notre société moderne en fin d’année.

 http://appalaches.skynetblogs.be/ 

noel.JPGLe compte à rebours des fêtes de fin d'année a bel et bien commencé et, avec lui, le marathon des cadeaux. La pratique d'offrir des cadeaux est extrêmement ancienne, existant depuis des temps archaïques. Si les occasions auxquelles on offre des cadeaux sont désormais très ritualisées (anniversaires, Noël, Nouvel-an, etc.). Il faut dire que c'est l'une des rares occasions dans l'année où nous recevons des présents faits par des personnes qui nous connaissent (parents, grands-parents, amis, etc.), ce qui entraîne inévitablement des choix aléatoires. Sans parler des cadeaux simplement moches, inutiles ou sans intérêt et que l'on refuse de garder, même pour le geste. Ainsi, dès que le Père Noël a regagné son chalet hivernal, ceux qu'il a livré se pressent dans les boutiques de "deuxième main" ou sur les sites Internet (Ebay, 2èmemain, J'annonce, Kapaza, etc.) afin d'échanger ou de revendre ce qu'ils ont reçu. Pourquoi ne pas profiter de moments partagés plutôt que de vouloir absolument se faire plaisir en s’offrant l’énième cadeau inutile (les cadeaux ne sont qu’un bonus). Aujourd’hui tout le monde veut récupérer la fête de Noël qui perd son sens initial, en particulier les commerçants animés d’un esprit mercantile. On parle ainsi des cadeaux de Noël, des cartes de Noël, des vacances de Noël, des sapins de Noël, des sucreries de Noël, des voeux de Noël, du marché de Noël, de la dinde de Noël, etc. Les gens du spectacle nous proposent aussi des chants et des émissions particulières. Le pire des incrédules n’hésite alors pas à interpréter les plus beaux chants de Noël (cela peut rapporter des euros). Les villes s’illuminent, c’est la fête, c’est la joie, c’est la lumière. On peut toutefois se demander si ces animations ne nous éloignent pas de l’essentiel. C’est pourquoi le message de Noël (un Sauveur vous est né) reste d’actualité. Bien sûr, nous pouvons nous contenter de faire la fête en famille, si on a la chance d’en avoir une, ou si on a la chance d'avoir des amis. Cette joie est une bonne chose que nous ne savons parfois le faire dans la vie quotidienne. Etre plus attentifs lors des fêtes de fin d’année ne signifie pas pour autant la fin de notre tradition de Noël. Mais attention, à force de trop bien fêter Noël, nous oublions souvent l'incroyable Nouvelle qui est "un Sauveur vous est né".  Bien qu'on ne connaissance pas précisément la date de la naissance de Jésus, Noël est fêté depuis des siècles le 25 décembre, au terme de la période appelée l'Avent (venue - avènement).  Pour les catholiques et les protestants l'Avent commence le quatrième dimanche du mois avant Noël (cette année il commence le 29 novembre), et dure à peu près un mois., une couronne (branchages de pin, qui est toujours vert et qui signifie la vie) rappelle que le temps des fêtes nous revient à chaque année. Cette couronne est nouée par un ruban rouge et ornée de pommes de pins (il symbolise que Jésus va revenir). CouronneAvent.jpgLes quatre bougies allumées sont le symbole de la lumière de Noël qui approche et qui apporte l’espoir et la paix. Chaque dimanche de l’Avent, on en allume une de plus. Plus la fête approche, plus il y a de lumière. Ces bougies symbolisent les grandes étapes du salut avant la venue du messie.

 

La première bougie allumée est, le symbole du pardon accordé à Adam et Ève
La deuxième bougie allumée est, le symbole de la foi d’Abraham et des patriarches qui croient au don de la terre promise
La troisième bougie allumée est, le symbole de la joie de David dont la lignée ne s’arrêtera pas. Elle témoigne de l’alliance avec Dieu.
La quatrième bougie allumée est, le symbole de l’enseignement des prophètes qui annoncent un règne de justice et de paix.

chasse bestiale.jpg

sanglier.jpgTout le monde qui s'alimente de viande fraîche adore le gibier (un peu fauve), les marcassins, les faons, les biches, les cerfs, et autres lièvres sauvages abattus par nos amis chasseurs qui inondent les devantures des grandes surfaces et des petits magasins. La mise à mort du grand gibier se fait dans des conditions de stress extrême (battue, son du cor, chiens hurlants, tir maladroit, égorgement final). Il serait plus que temps de remettre tout à plat à propos de ce "plaisir" créant des centaines d’accidents et des dizaines de morts tout les ans, sans même parler des nombreuses victimes parmi le "gibier" qui s’élève à des centaines de milliers, à des millions sans que ça ne heurte personne, (on peut vivre sans manger de gibier). Nous causons à nos petits voisins sauvages bien plus de tort qu’ils ne nous en causent eux-mêmes. Tous les jours, nous envahissons des hectares entiers de leurs territoires, détruisons leurs habitats naturels et tuons ceux qui nous causent le moindre dérangement, alors que la plupart des dommages qu’ils provoquent ne sont pas causés de manière intentionnelle et qu’ils pourraient être aisément réparés. 

de légumes.jpg Notre société moderne nous apporte l’abondance, et une grande variété d’aliments de toutes sortes (fruits, légumes, piments) qui sont à notre portée douze mois par année. Dans l’esprit collectif, le végétarien est encore trop souvent celui qui picore trois feuilles de salade. En réalité, non seulement on mange parfois végétarien sans en avoir conscience mais il est tout à fait possible d’élaborer tout un menu festif sans tuer un canard, sans tuer une oie, sans tuer une dinde. En un mot sans tuer du gibier. Que diriez-vous de préparer un plat végétarien ("veggie"). cliquer.jpgPar la même occasion je vous souhaite à tous "Bonne préparation en cette fin d'année".

 http://recettes-vegetariennes.over-blog.com/2014/12/menu-...

 

Écrit par Country francismarie dans Religions, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

dimanche, 29 novembre 2015

Que ta nourriture soit ton médicament.

   http://appalaches.skynetblogs.be/ 

Il ressort clairement de tout ce qui précède que l’être humain pourrait très bien vivre sans viande, poisson et oeufs. Il n’existe aucune raison qui nous obligerait à manger ces choses mais de multiples raisons pour lesquelles nous devrions y renoncer. L’homme peut manger beaucoup de choses (il est capable, biologiquement, de se nourrir de viande aussi bien que de plantes), mais cela ne veut pas dire que tout est sain pour lui. Ainsi nos goûts et nos dégoûts, ne sont que le résultat de notre éducation, de notre culture, de notre religion. Au contraire, l’anatomie de l’homme montre qu’à la base, il était bel et bien végétarien comme le démontre le tableau ci-dessous:  

anatomie comparee.jpg

Pour comprendre les maux actuels, il faudrait retourner plusieurs milliers d'années en arrière, nous pourrions observer l’homme de Neandertal qui appartient à la famille des Homo Sapiens (littéralement l’homme qui pense). Ce chasseur ne pense qu’à une chose "se nourrir afin de "survivre». Sa journée est une succession de choix. Il doit déterminer quelle pièce de viande est bonne à la consommation. De la même manière, confronté à nombre de baies et champignons, il doit ne pas se tromper. Son quotidien se résume à une exigence simple "bien choisir pour ne pas mourir".

ok.jpgLes enfants adorent les animaux, ils aiment jouer avec les animaux domestiques, ils aiment nourrir les animaux, ils aiment observer les animaux dans la nature et ils aiment regarder des reportages ainsi que des livres sur les animaux. Mais tout ça ne les empêche pas d’aimer certains animaux… dans leur assiette sous forme de viande. Tout le monde connaît la phrase "On est traités pire que des animaux" (à vrai dire, l'homme traite mal son prochain). En théorie, l’idée que les animaux seraient tués avec "compassion" et de façon "douce" permet de tranquilliser les consciences. Dans la pratique, cependant, aucune mesure de protection ne mettra jamais fin à la peur, à la détresse, à la douleur et aux souffrances des animaux dans les abattoirs. Chaque semaine, c’est près d’un milliard d’animaux que le genre humain tue pour leur viande. Ce chiffre colossal inclut près de 900 millions de volailles, 17 millions de moutons et de chèvres, 24 millions de porcs et six millions de bovins. Nous sommes profondément programmé dans notre attitude envers la viande. Les hommes ont été conditionnés à attribuer la consommation de viande avec leur masculinité. Si nous avions à tuer nous-mêmes les animaux que nous consommons, le nombre de végétariens augmenterait de façon astronomique. Pour nous empêcher d’y penser, l’industrie de la viande fait tout en son pouvoir pour nous encourager à faire le vide à ce sujet. Nous en savons très peu sur les abattoirs. S’il arrive qu’on y pense, on présume et souhaite probablement que les animaux ne souffrent pas en mourant rapidement et sans douleur. La réalité des abattoirs est bien différente de ce que l’on veut bien imaginer. Quand on tuent des centaines d’animaux par jour, le risque de devenir insensible n’est pas mince.

machoire_homme.jpegNous avons 20 molaires qui servent à broyer les céréales, 8 incisives plus appropriées pour couper les légumes et 4 canines qui servent à manger la viande. Ainsi 28 de nos dent (sur 32), les molaires et les incisives sont spécialisées pour la consommation de végétaux. Alors que les canines (4) servent pour les produits animaux. C'est la raison pour laquelle notre alimentation devrait se composer de cinq partie de céréales complètes en grains, de deux parties de légumes et d'une partie de produits d'origine animal. Comme on le voit d'après la structure de nos dents, les aliments d'origine animale ne forment qu'une minime partie de l'alimentation (le rapport étant de 7 à 1). machoire_gorille.jpgSi nous prenons en exemple les singes anthropoïdes (chimpanzé, bonobo, gorille), la formule dentaire est identique à la notre. Il existe cependant des différences. Par rapport à leur corps, leurs dents sont plus volumineuses notamment au niveau des molaires. Autre différence, chez l’humain les dents sont en rang serré alors que chez les singes il existe un intervalle entre les incisives et les canines et entre les canines et les prémolaires, et la taille des canines (surtout chez le gorille). Si nous observons le régime alimentaire des grands singes, il est composé essentiellement de fruits, de racines, de graines, de feuillages et quelque fois d’insectes et de viandes (3%).

https://protegerlesanimauxetlanature.wordpress.com/page/3/

avec-la-nouvelle-alimentation-industrielle.jpg

obesitemalbouffe.jpgL'une des croyances les plus communément partagées dans nos sociétés et transmise de génération en génération, de parents à enfants, est que l'homme serait carnivore par nature, et qu'il a besoin de manger de la viande pour être en bonne santé... Comment pouvons-nous continuer à manger de la viande sans en être horrifiés. Manger un peu de tout est le plus sûr moyen de vous pourrir la santé (maladies cardiaques, crises cardiaques, cancer de la prostate, cancer du côlon, cancer du sein, cancer du pancréas, cancer des ovaires, maladies du foie, diabète, ostéoporose, hypertension, obésité, asthme et même l’acné ). De plus, la viande actuelle industrielle est remplie d’hormones et de produits chimiques en tous genres. L'alimentation qu'on trouve aujourd'hui dans les magasins est tellement déséquilibrée en faveur des produits mauvais pour la santé, que si vous mangez "un peu de tout", vous êtes sûr de vous retrouver un jour malade. La règle à suivre, c'est de manger le plus possible de bonnes choses, et le moins possible de mauvaises. Cela paraît simple, mais c'est dur. Souvent, des personnes qui mangent de la viande s’offusquent du fait qu’on puisse tuer un animal pour le plaisir (plaisir de la chasse, plaisir du spectacle (la corrida), plaisir des vêtements (fourrure, cuir). Mais ces mêmes personnes ne s’offusquent pas du fait qu’on tue un animal pour le manger. Or, la seule raison de manger de la viande aujourd’hui est le plaisir. Au final, l’animal est tué pour le plaisir d’un humain, et préférons souvent fermer les yeux sur la souffrance des animaux. Depuis la crise de la vache folle, on se targue d’avoir l’une des meilleures viandes au monde et d’être à la pointe de la sécurité alimentaire. Le message des industriels de la viande se veut clair et rassurant. "La viande est tracée et contrôlée de la fourche à la fourchette". Actuellement, la réalité est terrifiante. "Abattoirs non conformes, carcasses contaminées, prédominance de l’abattage halal et casher (égorgement vivant), diminution du nombre d’inspections vétérinaires, on ne décèle plus les abcès et les ganglions sur les animaux. A cause de l'accumulation de saleté, d'excréments et d'urine, 75 % des animaux souffrent de pneumonie et plus de 25 % d'une forme de gale qui peut être mortelle. En cassant la chaîne alimentaire de nos animaux, en les nourrissant de maïs, de soja et d’autres aliments (mais pas d’herbe). Tous sont malades, gavés d’antibiotiques qui deviennent des additifs alimentaires favorisant la croissance des animaux. Résultats : ont moins besoin de manger, grandissent plus vite, produisent plus de lait dans le cas des vaches, produit des aliments toxiques pour nous (poulets toxiques, oeufs toxiques,porcs toxiques, boeufs toxiques, etc.). Cette pratique concerne la quasi-totalité des porcs, veaux, dindons, poulets et bovins destinés à la filière viande.

Dans-les-coulisses-de-l-horreur.jpgDe la maltraitance... à la malbouffe. Dès le début de leur vie, des mutilations sont pratiquées pour "adapter" les animaux à la surpopulation des élevages ou au goût des consommateurs. Les becs des poulets sont amputés; les pattes des canards sont dégriffées; les poules pondeuses sont exposées à une lumière artificielle afin d’accroître les rendements; la queue et les dents des cochons sont coupées... Le sol nu et les caillebotis peuvent causer des blessures, des boiteries de l’inconfort et empêchent un comportement normal de fouille. La liste est encore longue !

vaches.jpgQuand aux vaches, parquées dans d'énormes hangars, elles sont traitées comme de simples machines à lait. Les vaches produisent du lait pour la même raison que les femmes (pour nourrir leur petit, avec qui elles ont un lien très fort). Mais un à trois jours après sa naissance, celui-ci leur est arraché, ce qui les plonge dans un profond désarroi. Trois mois plus tard, alors qu'elles sont encore en lactation, elles sont à nouveau inséminées et devront bientôt revivre ce scénario traumatisant. Alimentées à base de concentrés protéinés pour augmenter la production, 25 % des vaches développent un excès d'acide urique et deviennent boiteuses. Un tiers souffre de mastites (inflammations des mamelles) dues à la surproduction de lait. Rapidement épuisées par un tel traitement, les vaches laitières sont tuées vers l'âge de cinq ans, alors qu'elles pourraient atteindre une vingtaine d'années. Elles sont souvent pleines quand elles sont abattues. La viande obtenue est transformée en steaks hachés. La liste est encore longue.

elevage.jpgQuant aux poulets, qui ont pour mission de grossir vite (très vite), ils passent leur triste existence dans des hangars insalubres et sans fenêtres où ils développent ulcères et brûlures aux pattes. Ils disposent d'encore moins d'espace que les poules en batterie. Le stress étant générateur d'agressivité, les éleveurs tranchent le bec des poussins quelques heures seulement après leur éclosion à l'aide d'une lame chauffée à blanc pour éviter le picage. Le débecquage est une pratique si douloureuse que de nombreux poussins meurent immédiatement de crise cardiaque ou se laissent mourir de faim par la suite plutôt que de picorer. La liste est encore longue.

cochons-enfermés.jpgQuand aux porcelets, les dents sont sectionnées à la pince dans les élevages industriels. Coupées au niveau de la pulpe, elles éclatent jusqu'à la racine, ce qui provoque des infections à répétition qui sont une source de souffrance permanente. Viennent ensuite la coupe de la queue et la castration, toujours sans anesthésie. La castration nécessite une incision profonde car les testicules ne sont pas apparents (très douloureuse). La coupe de la queue toujours sans anesthésie. La liste est encore longue.

truies,.jpgQuant aux truies, beaucoup sont enfermées pendant la gestation dans des stalles où elles ne peuvent pas bouger. Leur détresse et leur souffrance y sont intenses. Certaines perdent connaissance en tentant de s'enfuir. L'accouchement se fait dans des cages plus petites encore, pour empêcher les truies d'écraser les porcelets en se couchant. Séparés de leur mère par une grille de métal même pendant l'allaitement, les petits leur sont définitivement arrachés au bout de trois ou quatre semaines. Les médicaments et les manipulations génétiques provoquent artificiellement une croissance si rapide que les animaux peuvent parfois à peine marcher. Chaque année, des centaines de milliers de cochons arrivent paralysés à l'abattoir. La liste est encore longue.

veaux.jpgQuand aux veaux, ils sont tellement à l'étroit qu'ils ne peuvent plus se retourner dès qu'ils atteignent deux semaines. Anémiés par une alimentation déficiente en fer (pour conserver leur chair bien blanche) et en fibres alimentaires, ils souffrent de diarrhées et de pneumonies et sont maintenus en vie au moyen de tranquillisants et d'antibiotiques. Au bout de cinq ou six mois sans mouvement et sans lumière, ils voient le jour pour la première fois en partant à l'abattoir. La liste est encore longue.

poussins.jpgQuand aux poussins, comme les poussins mâles ne pourront jamais pondre et que leur croissance est trop lente pour en tirer de la viande, ils naissent et meurent le même jour.
Pour arriver à cette fin, il est possible de les broyer, les gazer, les jeter vivants dans des sacs plastiques ou des bennes à ordures où ils étoufferont lentement, les écraser, les enterrer vivants… Bref, s’en débarrasser de la façon la plus économique possible.

poules-pondeuses.jpgQuand aux poules pondeuses, ces oiseaux sont enfermés dans de petites cages grillagées, alignées en batteries sur plusieurs niveaux (jusqu’à 8 étages), dans chaque cage, 15 à 60 poules doivent vivre ensemble dans un espace si restreint qu'il y est difficile d'étendre les ailes et à peine marcher ou se retourner. Certains meurent de faim et de déshydratation car ils n’arrivent tout simplement pas à se rendre aux points d’eau et de ravitaillement. Le sol est grillagé et occasionne des lésions aux pattes et peuvent causer également une infection généralisée. Les poules sont soumises à un programme d'éclairement précis, destiné à stimuler la ponte artificiellement (plus de 300 œufs par an). Parfois, les cadavres se décomposent au milieu des poules survivant es qui pondent les "œufs frais" vendus en supermarchés. La liste est encore longue.

dinde.jpgQuand aux dindes, elles sont normalement abattues à un âge qui varie entre 9 et 21 semaines. Leur voyage vers l'abattoir commence avec brutalité, ce qui cause bien souvent des hématomes et des blessures aux oiseaux. A l'abattoir, elles sont suspendues la tête en bas, où elles sont amenées à un réservoir d'eau qui est censé les électrocuter dans lequel la tête des dindes est plongée. Cela a pour but de les étourdir afin de faire en sorte que les oiseaux soient rendus inconscients et insensibles à la douleur avant que leur gorge soit tranchée. Ensuite, elles sont placées dans un bac d'eau bouillante afin de faciliter le "déplumages".

cochon2.jpgQuand aux transports, on exporte ou importe des centaines de millions d'animaux vivants qui sont transportés dans des conditions effroyables. Ils voyagent à travers l'Europe 40 à 50 heures d'affilée sans eau et sans nourriture, dans une odeur d'urine et d'excréments épouvantable. Certains sont écorchés ou ont les pattes cassées. D'autres meurent de suffocation ou de crise cardiaque. La liste est encore longue.

dieu hindoux.jpgDans l’ancienne culture indienne (Inde), la plus vieille culture du monde, le bétail représentait la richesse la plus sûre de l’homme puisqu’il assurait la base vitale de la société humaine; les vaches fournissaient le lait, les bœufs l’aide précieuse pour le travail dans les cultures, énergie propre qui livrait en même temps l’engrais nécessaire aux plantes. A cause de ces apports vitaux considérables, les vaches et les boeufs étaient considérés comme "deuxième mère" et "deuxième père", de ce fait, n’étaient pas tués lorsqu’ils devenaient vieux.

 

Bible-.jpgDans la religion du christianisme se présente aujourd'hui comme n'ayant pas d'interdit dans le domaine alimentaire. Simplement il encourage ses fidèles à se méfier des voluptés charnelles, celles de la table comme celles du sexe, et de se tourner tout entiers vers les joies spirituelles. Et, de fait, non seulement on ne trouve aucun interdit alimentaire dans le Nouveau Testament, mais celui-ci a très clairement aboli les interdits hébraïques. Le christianisme a une doctrine concernant l'alimentation : le jeûne et l'abstinence. Il faut se priver autant que possible des plaisirs gastronomiques, éviter la gourmandise et renoncer aux voluptés alimentaires les plus légitimes en jeûnant et en s'abstenant des nourritures et des boissons les plus friandes. Ces sacrifices marquent autant de victoires de l'esprit sur le corps.

Tora.jpgDans la religion juive, comme dans toutes les autres religion, l'alimentation est l'un des principaux critères de distinction vis-à-vis de l'autre. D'où le soin particulier des pratiquants à observer les règles alimentaires énoncées dans la Tora. Ces dernières reposent sur un principe fondamental «on ne contrarie pas la volonté divine». Dans la Genèse, Dieu crée les animaux en fonction de leur lieu d'habitat (la terre, l'eau et l'air). Chaque animal est ainsi pourvu de membres particuliers qui lui permettent de se mouvoir dans son milieu naturel (les pattes sur la terre, les nageoires dans l'eau et les ailes dans l'air). Tout animal ne répondant pas à ce premier critère est considéré comme impur, car hybride. Il porte la marque du mal et ne peut donc être consommé. Le régime alimentaire des animaux doit, lui aussi, répondre aux exigences divines. Les animaux terrestres sont herbivores, car Dieu leur a donné de l'herbe à manger. Les carnivores, qui ne font pas partie des plans de la création, sont impurs et portent la marque du mal, d'où leur interdiction. Afin de reconnaître facilement les herbivores, qu'ils soient domestiques ou sauvages, les juifs ont élaboré des critères qui ne laissent planer aucun doute sur leur nature. Les pattes de l'animal doivent se terminer par un sabot fendu, les carnivores possédant des griffes. Ce premier critère, néanmoins, est imparfait. En effet, il admet le cochon, qui a l'ongle fendu et qui est à la fois herbivore et carnivore, donc hybride et par conséquent impur. Il faut un critère supplémentaire (l'animal doit être ruminant, car tout ruminant est herbivore). C'est donc parce que le cochon ne rumine pas qu'il est prohibé, et non pour une quelconque raison hygiénique, que nos contemporains ont trop souvent l'habitude d'avancer.

prehistoire.jpgEn conclusion. Les êtres humains se targuent d'être l'espèce la plus intelligente de la planète. Mais beaucoup de nos comportements sont les mêmes que ceux d'un troupeau d'oies (sans cervelle). On fait abattre des animaux parce qu’on prend plaisir à manger de la viande. Ce n’est pas un motif qui mérite l’admiration. Surtout si l’on estime que le droit à la liberté comprend le droit à la vie, la conclusion s’impose que l’abattage (pour le plaisir d’un bon repas) est une atteinte aux droits fondamentaux des animaux. L’homme qui pense qu’il ne devrait pas être responsable de l’abattage des animaux ferait mieux d’échapper à ce dilemme en ne mangeant plus de viande (effectivement, ça met un coup) . Au plus l'homme évolue au plus son cerveau régresse. C'est bien l'animal le plus idiot de la planète, égoïste et méchant....

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 22 octobre 2015

La mémoire avec la danse

 http://appalaches.skynetblogs.be/

danse.5.jpgL'un des plus grands ennemis de la mémoire est la manie de tout noter par peur d'oublier!! Il faut faire travailler la mémoire le plus souvent possible en mémorisant. Pour avoir une bonne mémoire, il faut aussi avoir un cerveau bien oxygéné et bien nourri, c'est pourquoi l'exercice physique entretient la mémoire. Par contre les ennemis jurés, qui endommage les neurones sont, le tabac, l'excès d'alcool, le café, les médicaments (psychotropes antidépresseurs, les neuroleptiques, les hypnotiques, les anxiolytiques, les régulateurs de l'humeur). Dépassée, l’image de la ballerine faisant ses pointes. Aujourd’hui la danse s’est mondialisée et s’est libérée. On danse en robe, en jean, en jogging, en pantalon large, pieds nus, en baskets ou en talons, dans la rue, dans des stades, dans des salles de fitness, sur des musiques américaines, africaines, cubaines, orientales, ... Il y a plusieurs types de danse, la danse classique (ballet) - La danse contemporaine (improvisation) - La danse jazz (claquettes, shimmy, charleston...) - Les danses de salon traditionnelles (tango, boléro, valse...) - Les danses musettes (java, valse musette...) - Les danses du monde (salsa, samba, rumba, zouk, bachata, merengue, lambada, biguine, mambo, orientale, africaine, capoeira...) - Les danses rock (rock, twist, Charleston ...) - Les danses tendances (disco, tektonic, techno, smurf, break dance, street dance...) - Les danses en ligne (madison, country) - Les danses folkloriques (contredanses, Quadrilles, Scottishs, Valses, Bourrées, Caracoles, Cramignons) - Les danses sportives (la Samba, le Cha-cha-cha, la Rumba, le Paso Doble, le rock acrobatique.

 

Danser, c'est faire preuve de souplesse, d'une capacité de s'adapter, et d'affirmer son plaisir sans en avoir honte. En fait, la façon de bouger au son d'une musique peut montrer plusieurs indices de notre personnalité, de notre rapport avec les autres, la danse est aussi bien évidemment, un excellent exercice aérobic à commencer par le fait d'améliorer la capacité cardiorespiratoire et de brûler des calories, fortifier les muscles et améliorer la souplesse. IMG_10122.JPGLorsque nous dansons, notre organisme produit plus de sérotonine (la sérotonine est une substance biologique en circulation dans le sang, sécrétée par certaines cellules du cerveau et du tube digestif). La sérotonine nous aide à garder le sourire et, en plus, elle diminue la sensation de faim. Que ce soit, la danse country, le tango, la samba, le rigodon, le swing, et tant d'autres rythmes sont un bon prétexte pour se livrer à la musique et pour partager le plaisir de danser avec d'autres personnes et, cela, même si on danse seul. DSC02390.JPGPeut importe de la mondialité, la danse fait du bien. Une personne qui pèse entre 50 et 70 kilos respectivement peut brûler environ 430 calories après une  heure, en dansant sur un rythme intense, comme la country et le rock'en'roll. L'avantage c'est que en dansant, on s'amuse et on oublie la contrainte de l'exercice physique, ce qui peut nous amener à rester quelques heures de plus sur la piste de danse. La musique est un acte complexe qui déclenche une grande partie de notre cerveau. Partout où les humains se rassemblent, il y a de la musique. 2010_0612anniver12juindusor+®e0008.JPGIl semblerait qu'elle active littéralement toutes les régions du cerveau, donc pas étonnant que certains se considèrent comme accro de la musique. Elle joue aussi un rôle sur la régulation d'autres hormones dans le cerveau et peut avoir un impact direct sur le rythme cardiaque, la respiration et la pression sanguine. Quant on écoute des chansons pour la première fois, notre cerveau est excité, car il vient d'apprendre quelque chose de nouveau. barbecue anniversaire 4 sept 034.jpgVoila ce qui explique très sommairement ce qui se passe quand la musique entre dans nos oreilles. La musique est en nous, même à partir d'un jeune âge. Avant la musique était participative, tout le monde y prenait part. Ce n'est que depuis l'arrivée des salles de concerts qu'aujourd'hui, chaque fois qu'on ose chanter, on se compare aux professionnels.

 

Environ 80 % des gens de plus de soixante ans, hommes ou femme, se plaignent de difficultés de mémoire. Ils estiment que leur mémoire actuelle est nettement moins bonne que celle de leur enfance. Pour fonctionner efficacement, notre cerveau a besoin d'être stimulé sans cesse. Plus il travaille, mieux il se porte. barbecue anniversaire 4 sept 024.jpgEffectivement avec l'âge, on se plaint plus souvent de troubles de la mémoire mais est-ce notre mémoire qui devient réellement moins efficace ou bien est-ce un ensemble de facteurs organiques, psychologiques et sociaux qui modifie son fonctionnement. a3.JPGDernièrement aux Etats-Unis, une équipe scientifique a montré qu'on était capable de se créer des neurones en pratiquant des activités, dans ces activités, il y a des gens qui tirent profit de la danse classique, d'autres préfèrent la danse populaire, d'autres encore penchent vers le jazz, la country, le rock'en'roll, etc. Bien entendu cela demande une mémoire pour coordonner ses mouvements et retenir les pas de ces danses. A mesure que le corps s'assouplit, l'esprit lui aussi se détend. En outre, pour les personnes timides, c'est un bon moyen de s'exprimer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 13 juillet 2015

En mangeant de la viande, vous manger du cadavre.

http://appalaches.skynetblogs.be/

aa.jpgL’humain du XXIème siècle ne peut plus nier l’évidence et il est appelé à changer son regard et son comportement envers les animaux. La viande qui se retrouve dans son assiette provient d’un être vivant qui a développé des amitiés avec ses congénères, vécu des amours, souffert sous la violence, qui a eu peur devant la mort. Qu’on le veuille ou non, qu’on se mente ou pas, le fait est que les animaux ressentent douleur, peur, plaisir, colère, faim… L’animal est un être conscient et sensible qu’il soit animal de ferme, animal sauvage, ou encore animal domestique.

 nourritures maison.jpgLes nourritures maison sont les meilleures diètes que l’on puisse offrir à nos animaux de compagnie pourvu qu’elles soient équilibrées. L’avantage de ces nourritures est bien évidemment le contrôle absolu de ce que consomment nos animaux de compagnie. Quand on lit des critiques sur les aliments industriels, un premier point à avoir en tête est que de nombreux aliments industriels pour animaux domestiques existent, de types et de qualités différents (tous ne se valent pas). Malgré nos meilleures intentions, la plupart de nos animaux de compagnie souffrent en silence d'ingérer quotidiennement une nourriture qui n'est pas adaptée à leur nature digestive de carnivore. Certes, la nourriture industrielle permet aux animaux de survivre, mais il existe une différence fondamentale entre survivre et prospérer. Un des meilleurs moyens de savoir si une nourriture est convenable ou pas est d'observer si le chien prend une odeur corporelle insoutenable; car un chien qui mange une bonne nourriture, une nourriture qui lui convient, a une odeur corporelle agréable, chaude et parfumée au contraire, un chien qui mange de la mauvaise bouffe a une odeur corporelle épouvantable.

 

moins de viande.jpgChaque être humain est différent, avec un régime végétarien (voir végétalien), qui pourra convenir parfaitement à un individu et pas à un autre. De nombreux peuples vivent en bonne santé avec une alimentation végétarienne, d’autres peuples ont une nourriture très carnée. je ne pense pas que la viande soit indispensable à la santé, surtout que dans nos sociétés industrialisées, les animaux sont élevés dans des conditions abominables (maltraiter enfermés martyrisés et mal nourris). Lorsque nous mangeons de la viande, nous ingurgitons le stress que les animaux ont subi lors de l’élevage et de l’abattage. En mangeant de la viande vous mangez également tous les déchets que l’animal avait dans son sang au moment de l’abattage dont l’acide urique qui est un composé chimique que l’Homme mais aussi les animaux produisent. L’acide urique est tout simplement un ensemble de déchets, issus des cellules mortes de notre organisme et de la digestion de certains aliments, que nous produisons et dont nous devons nous débarrasser. Chaque personne, produit chaque jour, une certaine quantité d’acide urique dont il se débarrasse par l’urine, les animaux fonctionnent exactement comme nous, et quand un animal est abattu, tout l’acide urique qui circulait dans son sang y reste coincé après la mort de l’animal. Bref, vous l’aurez compris, il se retrouve dans les tranches de viande que vous consommez (une tranche de viande de taille moyenne contient 0,9 gramme d’acide urique). Alors, croyez vous qu'en mangeant ces pauvres animaux vous êtes en bonne santé. Il ne s'agit pas pour autant de renoncer à la viande, mais de poser certaines limites.

obesite-infantile.jpgLa principale cause du surpoids et de l’obésité est un déséquilibre énergétique entre les calories consommées et les calories dépensées. Bien qu'il est désolant de savoir que la plupart de la population mondiale souffre d'un apport alimentaire insuffisant et qu'une autre gaspille ses propres ressources, mais contrairement à une idée reçue, les produits animaux ne sont pas indispensables à la santé humaine, la viande en tant qu'aliment, est un danger pour la santé. Il n'y a aucune difficulté pour une alimentation sans viande et il n'est pas nécessaire d'avoir des protéines complètes à chaque repas. C'est un mythe sans fondement et sans réalité scientifique. Les viandes en tant qu'aliment, représentent tellement de problèmes qu'il est impossible de les exprimer en détail (il faudrait plus d'un livre pour être bien informé des dangers que cela entraîne sur la santé). En réalité ce sont les mangeurs de viande qui prennent tous les risques.

Porc d'Auvergne.jpg

L'interdiction du porc dans l'alimentation, est un acte "impur", car cela pourrait conduire à de nombreuses maladies. Ce ne sont pas seulement les adeptes de la religion islamique qui sont sujets à l'interdiction du porc, les juifs et les chrétiens aussi ne doivent pas consommer la viande de cet animal car il est interdit comme le prouve certains passages de la Bible. La viande de porc est impossible à saigner, le porc ne peut être saigné pour sa mise à mort, il ne possède pas de cou, ce qui fait que le taux d'acide urique présent dans l'animal mort est très élevé. Plus de nonante pour-cent (90 %) de cet acide reste présent dans la chair de l'animal, et c'est un des principaux facteurs de la goutte. (chez l'être humain, 98 % de l'acide urique provient de la filtration du sang et cet acide urique est éliminé en urinant). La consommation de viande de porc amène également une certaine quantité de cholestérol dans notre organisme qui est dangereux pour les vaisseaux sanguins. La graisse peut y être déposée causant de l'hypertension ou problème cardiaque, vu que le porc s'avère être un important vecteur de maladies de toute sortes.



 

deuxamis.jpgLa plupart des gens ne connaissent du porc que la viande qu'ils consomment. Mais cet animal est bien plus qu'une source "d'escalope ou de saucisse". Par ailleurs, les cochons sont très sensibles et très curieux et en termes d'intelligence, les cochons figurent parmi les animaux les plus intelligents, et sont capables d’exécuter des choses compliquées et de reconnaître leur propre nom. Il a récemment été prouvé que ces animaux reconnaissaient leur reflet dans un miroir, ce qui les place dans la même catégorie d’intelligence que les singes et les dauphins et en fait l’un des plus intelligents animaux domestiques du monde. Le patrimoine génétique des hommes et des porcs est similaire à 90 %. Cette proche parenté est mise à profit en médecine (des chercheurs élèvent des porcs dont les organes pourraient être greffés sur des patients).



Pour satisfaire les besoins européens, en viande de porc bon marché, l'élevage intensif se développe. Certains experts craignent la survenue de nouvelles épidémies pouvant s'étendre à l'homme. Nonante sept pour cent (97 %) des porcs sont maintenant élevés dans des fermes industrielles, ils sont forcés de vivre dans leurs excréments, leurs vomis et même parmi les cadavres de leurs semblables. Ils ne verront jamais le soleil, ne respireront jamais l'air pur sauf le jour où ils seront amener à l'abattoir en étant entassés dans des cages ne pouvant rien faire, ne pouvant se déplacer librement, en plus ils sont tenus en vie avec une alimentation remplie de médicaments qui les rend souvent infirmes. Les conditions de ces fermes sont telles qu'à n'importe quel moment plus du quart des porcs souffrent de la gale .

stales pour porcs.jpgA travers le monde, aux Etats-Unis, au sein de l’Union Européenne et de plus en plus dans les pays en voie de développement, bon nombre de truies sont gardées dans des stalles. La plupart sont nés de truies tenues enfermées dans des caisses de gestation de 60 cm environ où elles ne peuvent même pas se retourner une seule fois durant les quatre mois de leur grossesse. Les truies sont victimes de troubles invalidants au niveau des pattes et sont privées d’espace dans les caisses. Quelques jours avant la mise bas, la truie est déplacée dans une cage de mise-bas sans litière dans laquelle elle ne peut pas bouger ni suivre son instinct de construire un nid. Elle donne naissance à une douzaine de porcelets dont elle ne peut s’occuper correctement, l'interaction entre eux étant fortement limitée par cette cage. Les porcelets sont retirés de leur mère vers trois à quatre semaines, alors que l'âge naturel de sevrage se situe vers 3-4 mois. Ils sont mis dans des groupes destinés à l'engraissement. Le stress, la maladie et les conflits surviennent souvent lorsque les porcelets sevrés sont brusquement mélangés avec des porcelets non familiers. Par contre, les systèmes modernes d’élevage sont des incubateurs à virus (salmonelles, E. Coli). De plus, en élevage intensif, l’usage important d’antibiotiques contribue à l’antibiorésistance. Certains ont cru pouvoir favoriser le poisson en remplacement de la viande. Mais aux ravages de la pêche sur la faune aquatique et sur les écosystèmes sont venus s’ajouter les effets de l’aquaculture (35% de la production totale de poisson). Or, l’aquaculture utilise des produits chimiques, des engrais, des antibiotiques qui sont nocifs.



 

végétarien.jpgOn dit que les Américains sont les champions toutes catégories de l'obésité, pourtant on parle aujourd'hui d'une véritable épidémie (plus de 500 millions de personnes à travers le monde) du Canada à l'Europe en passant par la Chine. On a l'habitude de dire que les fêtes de fin d'année riment avec excès de bouche..., et bien non, plus d'une personne sur deux mange de trop, boit de trop et fume de trop. Cet excès, après plusieurs années, forme des dépôts de graisse (plaque) qui s'accumulent sur les parois intérieurs des artères (artériosclérose ou durcissement des artères), donc possibilité d'une crise cardiaque (les recherches progressent et les preuves reliant l'alimentation carnée sous formes d'autres cancer qui s'accumulent à un rythme alarmant)..Le nombre énorme d’animaux élevés en confinement, dotés d’une variabilité génétique très pauvre, et soumis à une croissance rapide, crée des conditions idéales pour l’émergence et la propagation de nouveaux pathogènes. La position conjointe des diététiciens américains et canadiens, affirment que des régimes alimentaires végétariens correctement planifiés sont sains, adéquats au niveau nutritionnel, et qu’ils apportent des bienfaits dans la prévention et le traitement de certaines maladies. Il n’y a jamais eu de "grippe légumineuse", ni de "grippe épinard" ou de "maladie du petit pois fou"...


 

https://www.youtube.com/watch?v=vu8HEgkI9Do

L'ail des ours.jpgL'ail des ours, est une variété d'ail sauvage proche de l'ail alimentaire courant. L'ail des ours s'observe au printemps lors des promenades dans les sous-bois. Il est reconnaissable des plantes à ses feuilles ovales en forme de lance, vertes foncées, luisantes avec une hampe florale blanche en ombelle. Cette plante est originaire d'Europe et d'Asie ou elle pousse dans les sous-bois humides, elle dégage une forte odeur d'ail quand vous froissez les feuilles. mais il est préférable de prélever des feuilles que d'arracher la plante dans la nature. On utilise les feuilles et les bulbes coupés très finement pour les crudités et les sauces, les bulbes pour les viandes comme le gigot d'agneau ou les légumes etc... (http://la.cuisine-sauvage.org/les-plants/lail-des-ours.html). La plante a une haute teneur en vitamine C, elle possède du magnésium et du fer, elle purifie le sang, facilite la digestion, fait baisser la tension artérielle et prévient de l'artériosclérose, elle est vermifuge et dépurative, en quelque sorte, c'est une plante bénéfique pour la santé et pourrait aussi avoir un effet amincissant et hypoglycémiant (qui abaisse la quantité de glucose dans le sang). Cette plante aromatique est utilisée depuis l'antiquité pour ses vertus médicinales (toutes les parties de la plantes sont utilisables). Les principes actifs de l'ail des ours sont sensiblement les mêmes que ceux de l'ail commun à cette différence qu'on les retrouve à des concentrations supérieures (comme c'est souvent le cas avec les plantes sauvages apparentées aux variétés cultivées). Traditionnellement l'ail des ours est utilisé dans le traitement des pathologies cardiovasculaires, des diarrhées, ou contre les vers intestinaux. D'autre usages sont documentés comme la lutte contre la grippe et certaines pathologies virales, les pathologies du foie ou encore des gastrites. L'ail des ours comme l'ail commun pourrait, en outre, avoir un effet préventif et curatif contre certains cancers.

-oxalis-des-bois-.jpgL'oxali des bois, par allusion à la saveur acide de la plante, très proche de celle de l'oseille. Tout comme l'oseille, l'oxalide est réputée pour son acidité, aux effets positifs sur la digestion. Elle peut d'ailleurs remplacer cette dernière en cuisine dans les soupes, les salades, les omelettes, les sauces à base de crème, les quiches et autres plats aux oeufs, le fromage frais (notamment de chèvre), le veau, le porc, le poisson, qu'elle accompagne merveilleusement. Comme elle est petite (10 centimètre), il faut avoir l'oeil exercé pour la repérer, mais une fois qu'on la connaît, on ne s'y trompe plus. Au nombre de trois, ses feuilles en forme de coeur ont la particularité de se plier lorsqu'il fait soleil et de se redéployer à la tombée du jour ou quand il pleut. Les Amérindiens de la famille des Algonquins, cuisaient les feuilles d'oxalide avec du sucre et mangeaient le tout comme dessert. En Europe aussi on l'a mangée en dessert, mélangée à du miel et des raisins secs. Pour la petite histoire, c'est l'oxalide et non le trèfle qui serait l'emblème des Irlandais.

Les orties.JPGLes orties, sont une espèce de plante herbacée à feuilles velues et dentées qui poussent communément sur des sols fertiles. Cette plante peut être utilisée à différentes fins et possède des vertus thérapeutiques non négligeables. Si vous coupez les tiges à la main délicatement et en évitant les feuilles, aucun risque de piqûres. L’ortie aide à lutter contre l'anémie et l'arthrite. L’ortie est utilisée en cas de chute de cheveux ou de pellicules. L’ortie régule la sécrétion de sébum (lubrification de la peau), elle est utilisée contre les peaux grasses et les cheveux gras ainsi que l’acné. Elle est bénéfique au niveau des affections de la peau telles que l’eczéma et le psoriasis (affection chronique de la peau). Pour la consommer crue il faut la hacher avant, elle peut ainsi être ajoutée à une salade. Pour la version cuite vous pouvez laisser aller votre imagination.

rutabagas.jpgLe rutabaga (chou-navet, chou de Siam), a la forme d'un gros navet avec une forme plus allongée et est de couleur jaune vert. Sa saveur est forte et n'est pas sans rappeler l'odeur de la terre. C'est un légume d'automne et d'hiver et on le consomme le plus souvent en soupe et mélangé à d'autres légumes (il doit cuire deux fois plus longtemps).

 

 

pissenlits.jpgLes pissenlits (dent-de-lion), nécessite un lavage soigneux, surtout le pissenlit sauvage. Les feuilles très dures du pourtour de la touffe sont à éliminer. Le pissenlit se consomme généralement cru, en salade tiède et en l'arrosant de vinaigre bien chaud, ce qui attendrit les feuilles. Il s'accompagne aussi de lardons et de croûtons à l'ail, d'œufs durs ou de noix. On peut également l'apprêter cuit, comme l'épinard, s'il n'est pas trop amer.

menthe-des-champs.jpgLa menthe des champs, sont des plantes vivaces herbacées au feuillage généralement très aromatique. Largement cultivées, on les trouve également à l'état sauvage mais leur odeur est moins forte, plus délicate. Elles forment de petits regroupements dans les fossés, au bord des ruisseaux et des étangs. Le genre a tendance à s'hybrider très facilement, sous cette appellation commune se cache une diversité d'espèces telle qu'il est parfois difficile de s'y retrouver. Certaines espèces sont tappisantes et ne dépasseront pas les trois centimètres (menthe de Corse), d'autres par contre pourront atteindre le mètre (menthe odorante). Elle est conseillée comme anticancéreux, tropisme pulmonaire. C'est effectivement une plante riche en huile volatile. Pendant plusieurs centaines d'années les gens ont utilisé la menthe comme tonique et pour aider à la digestion ainsi qu'au traitement contre les rhumes, la toux et la fièvre. C'est le menthol (antiseptique, antispasmodique, analgésique) qui donne à la plante sa senteur et son goût si caractéristique. La menthe est aussi beaucoup utilisée en cuisine. Entre autre, un pot de menthe dans la maison permet de faire fuir les moustiques

oseille-sauvage_feuille.jpgL'oseille (légume-feuille), est une plante comestible à saveur puissante, acidulée, très répandue... que l’on trouvait dans tous les jardins anciens. Plus ou moins dentelée selon les variétés, cette plante se récolte toute l'année, au gré des besoins. Mais au printemps, les pousses en forme de pointe de flèche sont tendres, elles sont d’un vert franc qui peut être utilisé comme colorant alimentaire. L’oseille est utilisée en cuisine aussi bien en légume d’accompagnement qu’en condiment. On peut également ciseler l’oseille crue, en parfumer les sauces à base de crème ou de vinaigrette ou en saupoudrer les plats à base de poisson, de volaille ou d’œuf.Cuite, l’oseille se consomme comme l’épinard. Elle est une excellente base pour les sauces ou les potages et se marie également parfaitement avec l’œuf. Son goût acidulé relève la saveur fine du blanc d’œuf et souligne la richesse du jaune.

 

La sève du bouleau.jpgLa sève du bouleau (arbre de la sagesse), fournit au début du printemps une boisson claire, légèrement sucrée (plus l’hiver est froid, plus le jus est sucré), qui renferme des sels minéraux, la sève est un puissant dépuratif, antilithiasique (aide à dissoudre les calculs), et possède des propriétés détersive. Ce jus de bouleau fermente rapidement, on peut y ajouter du miel ou du sucre, on le transforme alors en pétillant de bouleau. Les Algonquins récoltaient la sève du bouleau jaune qu'ils mélangeaient à celle de l'érable à sucre pour la fabrication du sirop. Les Saulteux (tribut amérindienne) mélangeaient également ces deux types de sèves et en faisaient une boisson froide. En Europe, on a aussi recueilli la sève du bouleau blanc. Pour la conserver, on ajoutait quatre ou cinq clous de girofle au litre. Selon une tradition ancestrale, on "saigne" l’arbre pendant la montée de sa sève, qui ressemble à celle du sirop d’érable. C’est avant que le jus ne commence à circuler et les premières feuilles n’apparaissent qu’il faut percer un trou horizontal dans le tronc. Pendant la saison qui commence vers la fin mars et dure jusqu’à la mi-avril, un arbre peut donner chaque jour entre un à deux litres de cette sève considérée comme une boisson miracle pour la santé. Non seulement le jus de bouleau rajeunit, mais il protège également les cellules de la peau contre le stress oxydatif (excès de molécules particulièrement nocives que l’on appelle les radicaux libres et qui viennent de l’oxygène que nous respirons pour vivre), y compris des rayons ultraviolets, de la pollution et des effets d’inflammations. En cuisine, il est particulièrement bon pour pocher un poisson, pour préparer des sirops et des sauces.

 

indicecorporelle.jpgVoici l'indice de masse corporelle (IMC) qui est défini.

http://femme.imc-calcul.com/-femme-.html?imc 

http://homme.imc-calcul.com/-homme-.html?imc

 

imc-.jpg

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans Religions, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 01 juin 2015

Le miroir de notre société.

 

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

la femme.jpgla femme2.jpg

Aujourd'hui, certains publicitaires cherchent à choquer et à troubler les personnes en utilisant des thèmes de nature morbide, perverse ou pornographique. L'importance de la publicité (informer et persuader) croît sans cesse dans la société dite post-moderne. La publicité n'est que le reflet des comportements et des valeurs d'une culture donnée, elle agit comme un miroir, vulgaire et moralement dégradante. Souvent elle fait délibérément appel à des motivations telles que l'envie, l'arrivisme ou la convoitise. La femme joue donc principalement un rôle de provocation en exhibant son corps. Ces représentations féminines, conduisent également à créer des complexes chez les femmes qui ne ressemblent pas au X stéréotypes. Pendant des siècles, les femmes ont été tenues dans un rang inférieur aux hommes. Que ce soit dans leur vie privée ou publique. Peu importait leur statut social, aucune n'échappait à la destinée toute tracée que sa famille avait décidée pour elle. Les femmes d'autrefois n'avaient pas à accepter leur condition, elles n'en imaginaient pas d'autre, c'était convenu (tranquille, paisible, rassurant), elles étaient résignées. Maintenant, aujourd'hui, contrairement aux esclaves de l’Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes devant une classe totalement asservie en acceptant le renoncement et la résignation, mais qui ne veut pas le savoir et qui sont la source de leur malheur. Notre société voit les femmes se masculiniser et les hommes se féminiser (pourtant nous ne sommes pas égaux). Les magazines féminins, par des exemples d’actrices belles ayant réussi leur vie sentimentale, professionnelle et familiale définissent les critères de la femme moderne, devant être à la fois bonne maîtresse, bonne mère, et bonne collaboratrice au travail. Cependant cette exigence de performance touche aussi bien les hommes, auxquels on demande de savoir cuisiner, de savoir s’habiller, de prendre soin de leur apparence. Un premier phénomène est le développement de la chirurgie esthétique et de produits de beauté pour homme, et de la mode masculine, symbolisé par l’apparition d’un modèle masculin hétérosexuel (urbain) prenant soin de son apparence, un deuxième phénomène est la forte croissance de l’activité de coaching (coach sportif, coach professionnel, coach pour la cuisine, coach de régime, coach pour la séduction, coach pour l’éducation des enfants), tous ces coachings et conseils étant prolongés au travers des médias par une multitude de rubriques de magazines, d’émissions de radio, d'émissions épicuriennes qui envahissent nos chaînes télé. La téléréalité s’est emparée du phénomène avec des émissions comme (top chef, un diner presque parfait, l'addition svp, bienvenue aux camping, les stars, etc.). "Quelle importance d'émettre une note sur 10, à propos d'un coulis de fraises légèrement trop lisse ou trop onctueux" (dans certains pays le peuple en donnera un 20 sur10).

blancheneige.jpg

Femme comme-un-homme.jpgAujourd'hui, pour les gens du monde il est primordial d'être bien dans son corps et "sexuellement épanoui" (tout est permis). Il est clair que Dieu a créé des êtres sexués, non seulement dans le but de la procréation, mais aussi afin d'établir entre l'homme et la femme une union intime, profonde, physique, sentimentale et spirituelle (que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni). Il faut souligner que l'expression en usage aujourd'hui dans le monde, faire l'amour, n'est pas employée dans la Bible, le terme qui convient pour décrire l'acte sexuel serait plutôt "éros" (divinité de l'Amour) qui caractérise l'aspect passionnel du désir et de la convoitise, la satisfaction du plaisir charnel. Donc si Dieu n'existe pas tout est permis. Quand l'individu se constitue comme seule référence, il n'y a plus de vie en société possible. Chacun devient roi et, insensiblement, les rois deviennent des dictateurs. Il serait donc facile d'imaginer qu'une société sans Dieu serait une société anarchique ouverte à tous les vices, à toutes les déviances. Une société sans religion semblerait alors vouée à la désagrégation. Sans spiritualité, pas de cohésion sociale. Régneraient alors l’individualisme, l’hédonisme et le matérialisme dans un monde où tout complexe serait réduit à la simplicité de l'atome (des êtres isolés, des plaisirs sans souci du lendemain). On trouve de nombreuses illustrations de cette dérive dans nos sociétés occidentales, cette fragilité s’est traduite par l’augmentation du stress, de la dépression et de la consommation de substances anti anti-dépresseurs (drogues ou médicaments).

miroir.jpgSous la pression des magazines, de la télévision, du cinéma, des médias, nous vivons de plus en plus dans une société de l'image, où l'apparence physique et la quête de l'éternelle jeunesse prennent des proportions considérables où l’on est de plus en plus exposé aux regards des autres via les nouvelles technologies de l’information (incitant à offrir de soi une image la plus parfaite). Si l'on s'évalue constamment et que l'on est si déçu de notre reflet dans le miroir, c'est parce que nous nous comparons toujours à nos idéaux et comme nous nous jugeons toujours en fonction de ces idéaux, plus l'écart qui nous sépare d'eux est grand, moins nous nous aimons. Ce qui varie d'un individu à un autre, c'est la stratégie que l'on va développer face à ces complexes (frustration, dévalorisation, voire dépression).


images1.jpgindex.jpgimages4.jpg

 

 

 

 

 

 

On peut entendre les souhaits les plus divers et les plus surprenants (Je ne supporte plus mon nez -  je ressemble de plus en plus à mon père - Je voudrais ressembler aux poupées mannequins que j'avais étant petite - Je voudrais des prothèses beaucoup plus grosses, car j'ai des difficultés dans mon ménage - Pourriez-vous me faire le même nez que l'actrice...? Je la trouve si belle. Vous allez peut-être dire que la chirurgie esthétique est une avancée de bien-être alors que, l’origine de cette spécialité est malsaine puisqu’il s’agit, au départ, d’aider les gens complexés à mieux s’accepter en gommant certains complexes puisqu’on s’attaque au symptôme et non au problème. De nos jours, la chirurgie esthétique est devenue un phénomène de mode, qui bat tous les records. S’il s’agissait au départ de faire en sorte que les gens se sentent plus "normaux", elle sert maintenant à faire sortir les gens de la norme. Je n’accable pas cette technique que je trouve admirable mais simplement les excès qui en sont le produit. Joli-corps.jpgLa chirurgie esthétique concerne avant tout la beauté du corps. Elle est à distinguer de la chirurgie réparatrice qui a pu réparer des visages et des vies, sauver des brûlés, des accidentés, corriger des malformations congénitales, améliorer considérablement la vie de personnes complexées. Aujourd'hui c'est le culte de la beauté, de la jeunesse et de la minceur qui pousse de plus en plus de personnes à avoir recours à la chirurgie ou à la médecine esthétique. On assiste à une banalisation des actes de chirurgie esthétique par leur utilisation de plus en plus fréquente, notamment, dans les émissions de téléréalité. Chirurgie et médecine esthétique gagnent sans cesse en popularité. Les prix se démocratisent mais cela ne se fait pas sans risque. La chirurgie esthétique, qui est le reflet (miroir) de notre société dans laquelle nous vivons est régie pas un ensemble de codes et notre comportement et notre morphologie en subissent lorsqu’ils ne sont pas conformes à la norme. Voir à longueur de journée des publicités faisant l’apologie de corps amincis aux courbes bien rebondies au niveau de la poitrine et du fessier incite les femmes à se remettre souvent en cause en espérant un corps idéal similaire à ceux imposés par le diktat de la beauté, où le culte de l’apparence et de l’image est roi. La recherche de la perfection physique n’est pas mauvaise en soi, mais lorsque cette dernière vous amène à mettre en danger votre vie, cela souligne un important dérèglement émotionnel. anorexie_mentale-.jpg Quand on est ado, le corps se transforme, on passe plusieurs heures devant la glace, ces doutes identitaires donnent parfois la déprime et on focalise sur telle ou telle partie du corps. Pour les filles, bien souvent les seins, les hanches… (indices d’une féminité naissante). Et si la chirurgie esthétique pouvait aider à dépasser ces complexes, comme une panacée (remède contre tous les maux) à toutes les imperfections en occultant les risques psychologiques pour les patientes. Aujourd'hui, ont est à la recherche d'une belle poitrine, un visage jeune, un ventre plat ou des fesses rondes et belles, les femmes et les hommes se mettent dans le risque de vivre avec les mauvais résultats de ces interventions. Aussi parmi ces complications qui sautent aux yeux on trouve des seins franchement asymétriques, des paupières qui ne ferment plus sans parler du laser qui cause plusieurs risques sur les nerfs et la peau. Chaque matin, le miroir est notre interlocuteur (ces cernes, cette graisse, ces rides, ce nez…). L’image que nous avons de nous n’a souvent aucun lien avec le réel. Alors qu’elle est squelettique, l’anorexique se voit énorme. Et le dysmorphophobique (celui qui a peur d’un défaut physique) se découvre, à chaque instant une nouvelle monstruosité, mais qu’il est seul à voir. Evidemment, le principal traitement de la dysmorphophobie n’est pas la chirurgie esthétique, le problème étant psychique, le fait de changer l’apparence physique ne résoudra rien. (au pire, trouvera le résultat encore plus horrible, au mieux, déplacera le problème sur une autre partie du corps). Plus nous plaçons la barre haute, plus nous risquons de nous dénigrer (la beauté n'est pas nécessaire, un gros nez ne mérite pas une déprime). Pour Madame tout-le-monde, les magasines "people" et autres torchons voyeurismes des "stars" s’évertuent à décrire un triste tableau de la vie pathétique et dégénérée des "stars" (voici donc la vie dont je rêvais, mais finalement je ne rate rien). Alors, souvenez-vous que ce qui charme l’autre ce sont aussi nos imperfections, nos "défauts" qui font aussi notre richesse et notre beauté, elles contribuent aussi à la construction de ce que nous sommes, de notre personnalité. Les gens qui veulent se tourner vers la chirurgie ont leurs raisons, mais je pense qu'il faut apprendre à s'accepter et à être content de soi plutôt que de se fier au regard des autres pour être heureux. La bonne nouvelle, c'est que personne n'est parfait, il est donc tout à fait normal de se sentir imparfait(e) et d'avoir des complexes.

Chirurgie Stars .....JPG


Donatella Versace,.jpgDonatella Versace, est née le 2 mai 1955 à Reggio di Calabria en Italie. C'est une styliste italienne. Elle est la sœur du créateur de mode Gianni Versace, fondateur de la maison de couture milanaise Versace. Donatella Versace est une adepte de la chirurgie esthétique, jusqu'à l'excès. Elle a une fille aînée, Allegra, et un fils prénommée Daniel, qu'elle a eus de son mariage avec un mannequin américain.

 

 

2-jocelyn-wildenstein.jpgJocelyn Wildenstein, si son nom ne vous dit rien, en revanche son visage reste dans les mémoires. Quand on parle des ravages de la chirurgie esthétique, on pense immédiatement à Michael Jackson, du côté des hommes. Et du côté des femmes ? La médaille d'or revient sans hésiter à Jocelyn Wildenstein, la femme qui voulait ressembler à un chat, et qui, à la longue...semble avoir réussi son pari. Mais à quel prix.

 

 

 

 

ferrari Lolo.jpgLolo Ferrari, décédée en 2008 à l'âge de 37 ans, l'actrice Lolo était surtout connue pour ses prothèses mammaires qui défiaient les lois de la grativité. Courant après la célébrité, elle a subi plus de 25 opérations pour devenir un monstre de cirque qui l'a fait entrer dans le livre des records comme  "la femme à la plus grosse poitrine du monde". Loin aussi l’époque où elle arborait comme des trophées ses prothèses mammaires pesant chacune trois kilos et se perchait sur des talons de douze centimètres pour avancer plus vite vers son destin. Désormais, elle n’avançait plus et tombait même régulièrement, déséquilibrée autant par ses talons que par ses seins.

jackie_stallone001.jpgJackie Stallone, la maman de Rocky n'est jamais montée sur un ring et pourtant elle est drôlement cabossée. Jackie Stallone fait partie de ces femmes qui ne veulent pas vieillir, et surtout du Botox en veux-tu en voilà. Jackie ne fait pas ses 90 ans, mais, même si elle fait plus jeune, l’abus du Botox a fait de son visage une espèce d’œuvre d’art ratée. Mi-femme, mi-poisson, Jackie n’aurait pas dû abuser de la chirurgie esthétique. À bon entendeur…

 

 

 

michael-jackson-chirurgie-esthetique-nez.jpgMichael Jackson, première star mondiale à avoir abusé de la chirurgie esthétique tous les deux mois. Résultat, un visage effrayant avec un nez en "plastique". Aux Etats-Unis, les dernières blagues douteuses affirment que Michael Jackson aura été le seul homme noir à devenir une femme blanche. Mais sans rigoler, son visage émacié fait peur à voir, sa peau est translucide à force de dépigmentation, son menton exagérément carré, ses sourcils ridiculement dessinés et son nez. Trente ans de chirurgie et de traitements à gogo.

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans Général, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

dimanche, 29 mars 2015

Aujourd'hui notre alimentation est déréglée.

 http://appalaches.skynetblogs.be/

Sud et Nord.gif

bateau.jpgTerre marquée par la guerre de Sécession qui a mis fin à l'esclavage, le Sud retrace aussi les vagues de migration venues du vieux continent; les Anglais en Virginie, les Espagnols en Floride et les Français en Louisiane. De cette histoire tourmentée et de ce mélange si particulier, il en ressort une hospitalité légendaire avec une délicieuse cuisine où les saveurs créoles, africaines, indiennes, écossaises, anglaises et espagnoles sont enviées de partout. une musique omniprésente sur fond de jazz, blues, country, gospel, funk soul, que Louis Amstrong, Fats Domino, Bill Haley, Elvis Presley ou Willie Nelson ont fait connaître. Les Amérindiens ont particulièrement inspiré les colons américains avec le maïs qui accompagne toujours de nombreux plats aujourd'hui comme le faisaient les indiens avec d'autres ingrédients dont les citrouilles, les poivrons, les pommes de terre (Native du Pérou), les piments. La tomate est également un ingrédient majeur de cette cuisine dont le nom vient de l'aztèque "Nahualt tomatl" et dont la saveur a été importée par les espagnols. Ce fruit du Pérou est la base d'une des sauces américaines les plus connues avec le fameux "Ketchup" qui est né dans la région de Pittsburg (Sud de la Pennsylvanie). La cuisson au barbecue est également très prisée, ce mode de cuisson a été popularisé par les indiens Tainos (Haïti). Ces indiens avaient pris l'habitude de badigeonner leurs poissons et leurs viandes de diverses sauces et cette pratique observée par les espagnols devint populaire en Amérique du Nord et particulièrement auprès des sudistes qui est toujours une activité sociale prisée. La mode de préparation d'un bon barbecue varie en fonction des états. En Caroline du Nord, la viande est enduite d'une sauce au vinaigre et piments tandis qu'en Caroline du Sud elle est enduite avec une sauce composée de moutarde et mélasse. barbecue.jpgDans le sud des Etats-Unis, lorsque l’on parle de barbecue, on n’évoque pas la même chose que chez nous. Il ne s’agit pas de grillades(“grilling”), mais d’une cuisson très lente à la braise et à basse température, effectuée dans un “pit” (littéralement un trou). A l’origine, il s’agissait en effet d’une méthode de cuisson traditionnelle utilisée par les Indiens, qui consistait à creuser un trou dans le sol et à y cuire à l’étouffée de grosses pièces de viande. On retrouve encore cette ancienne façon de procéder à Hawaï, où elle est connue sous le nom de "kalua". Tandis que dans l’est de la Caroline du Nord, malgré la modernisation, le procédé est toujours quasiment identique (Louisiane, le Mississipi, le Tennessee, l’Alabama, la Géorgie et les Carolines du Sud et du Nord). Mais c’est au XIXe siècle que le barbecue entre définitivement dans la culture du Sud, en s’immisçant dans les picnics des églises et dans les réunions politiques, traditions toujours d’actualité de nos jours. La cuisine du sud-est s'étend de la Virginie à la Géorgie en passant par les deux Caroline, ce qu'on appelle le "Old South" ou le "Low Country Cuisine". Décrire en un seul mot cette région, pourrait s'évoquer par le maïs, qu'il soit en épi grillé, en grains, en semoule ou en farine. Le maïs est la base de la boulangerie; Il enrobe le poulet et le poisson. Il sert en légume nature ou en croquettes et nage dans le potage. Le Country Ham (Jambon de Virginie)country ham.jpg est traditionnel sur la table du petit déjeuner, c'est un jambon qui demande de la patience comme le faisait les ancêtres il y a plus de cent ans. Frotté à la main avec un mélange d'épices, le jambon est vieilli, fumé légèrement au bois sans le déformer, ni le presser.

 


 

crab cakes.jpgLe crabe se trouve sur toute ses formes mais les "crab cakes" sont sans doute les plus reconnus, un peu dispendieux puisqu'il s'agit de vrai crabe bien compressé et frit en carré. Le catfish (poisson-chat ), par contre, garni la table quotidienne, habituellement pané dans la semoule de maïs, frit et servi avec des Hush Puppies (Beignets à la farine de maïs). Voici une recette traditionnelle du sud des Etats-Unis les "hush puppies", qui daterait d'après la guerre de sécession. Les habitants avaient l'habitude de faire frire du poisson enrobé d'une pâte à base de farine de maïs. Les chiens qui les accompagnaient aboyaient pour qu'on leur donne à manger. Aussi pour les calmer, on leur jetait des morceaux de pâte frit en leur criant "Hush puppies" qui signifie "chut, les chiots".


fried-foods-hushpuppies.jpegRecette des "hush puppies"

Ingrédients pour une vingtaine de boulettes: 175 g de farine de maïs ou de polenta, 50 g de farine de blé, 1 cuillère à café de levure chimique, 1/2 cuillère à café de sel, 1/4 de cuillère à café de poivre, 1/2 cuillère à café d'ail en poudre (facultatif), 1 oeuf, 3 ciboulettes ou 1 échalote ou 2 oignons nouveaux, 250 ml de lait, 25 g de beurre, huile à friture.

Préparation: Dans un saladier, mélanger les farines de maïs et de blé, la levure chimique, le sel, le poivre et éventuellement l'ail en poudre, ajouter l'oeuf battu. Hacher très finement les ciboules ou échalote, etc. Dans une casserole moyenne, faire chauffer le lait et le beurre jusqu'à ébullition. Incorporer dans la casserole les ingrédients du saladier, bien remuer jusqu'à obtention d'une pâte homogène, puis ajouter les ciboules et bien mélanger, puis retirer du feu. Dans une sauteuse ou une friteuse, faire chauffer environ 10 cm d'huile à 180°. Quand la pâte à beignet a suffisamment refroidi pour être manipulée, former des boulettes d'environ 4 cm de diamètre, puis plonger les boulettes dans l'huile bouillante et veiller à ne pas trop cuire de boulettes à la fois pou éviter qu'elles ne se collent, ensuite laisser frire jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées en les retournant pour qu'elles cuisent uniformément, retirer les hush puppies et les égoutter sur du papier absorbant. Les gens du sud-est ont le bec sucré. Après avoir mangé tout au cour du repas des fruits cuits au sirop, de la boulangerie avec une pincée de sucre, jambon à l'ananas, porc barbecue etc, il reste encore pour l'incontournable tarte à la pacane, des cobblers aux fruits, des gâteaux, voire même un morceau de pralines, soit des pacanes noyées dans le sucre à la crème.

En Caroline du Nord (Norh Carolina, autrefois Albemarle). C'est le pays de la tarte aux pommes de terre douces. Aux fèves de lima arrosées de beurre.Pecan-nuts.jpg Au poulet rôti aux pacanes (le pacanier est un grand arbre de 20 à 25 mètres de haut en moyenne, mais il peut atteindre jusqu'à 40 mètres de haut et 6 mètres de circonférence à 1 m de hauteur) Quand aux fruits de mer, on dit qu'on ne compte pas les crevettes et les huîtres, on se contente de les empiler pour prolonger le plaisir.
En Caroline du Sud (South Carolina), si la tendance culinaire est fort imprégnée par le "low country cuisine" avec une fortes similitudes de la Nouvelle-Orléans et les cuisines cajun. On y retrouve mêlées, les saveurs de la mer et une touche française apportée par les immigrants qui arrivèrent après avoir fui la Révolution.

 

 

Les okras frits ou gombo. Gombo.jpgLe gombo est une grande herbe, annuelle, à la tige érigée pouvant atteindre 2,50 m de haut. Le gombo, aussi appelé okra, a été introduit en Amérique par les esclaves noirs venus d'Afrique. Ceux qui venaient de la "Côte d'Or l'appelaient "nkruman" dont la déformation a donné le mot "okra", ceux qui venaient d'Angola le nommaient "ngumbo" qui devint "gombo".

 

 

Recette des okras ou gombo.

Ingrédients: 750 ml de lait, 500 ml de Chablis ou vin blanc, 1 c. à café de sauce forte Tabasco ou autre, 1c. à café de sauce soya, 1 c; à thé de poudre d'oignon, 1 c. à thé de poudre d'ail, sel et poivre, huile d'arachide, farine de maïs.

Préparation, Okra.jpgdans un bol, mélanger le lait, le vin, la sauce forte, la sauce soya, la poudre d'oignon et la poudre d'ail.

Tremper les okras dans ce mélange quelques minutes. Passer ensuite les okras dans la farine et assaisonner; Faire frire dans l'huile chaude et lorsque les okras remontent à la surface de l'huile, retirer les okras. Déposer sur un papier absorbant.

 

 

friedapples.jpgIl faut connaître le langage local car si les "Fried apples" (Pommes frites) ne sont pas frites mais cuites avec leur peau dans le sucre de canne pur et la cannelle et servi en légume d'accompagnement au déjeuner comme entrée. Les "Hash Brown potatoes" (Pommes de terre rissolées) sont davantage des pommes de terre râpées cuites vapeur en casserole avec du fromage Colby. Le "Gravy" n'est pas une sauce mais un gruau au maïs contenant de la saucisse réduite en grumeaux pour accompagner la saucisse . Un "stew" n'est pas un ragoût mais un potage. etc.

meilleure-alimentation.jpg


malbouffe-monde.jpg

 

Malbouffe 2.jpgLes Américains symboles de l'hyperpuissance et de la "malbouffe" ont toujours un temps d’avance. La "malbouffe" est le nom donné à une nourriture jugée mauvaise sur le plan diététique, elle est également associée à la nourriture rapide et au loisir. Sa consommation est une sorte de prestige social (le fait d'être vendue à des prix accessibles est une plus-value). La plus populaire de cette malbouffe est le "hamburger" (viande hachée à haute teneur de graisse), qui est généralement accompagnée d'autres aliments peu sains (frites, boissons gazéifiées). Prenons  par exemple le menu typique "hamburger + frites + coca-cola", ce type d'alimentation ne contient  que trois saveurs sur six (sucré, salé, acide), la viande, le pain et le soda sont sucrés, les frites sont salée et le vinaigre du ketchup est acide. Plus qu'une alimentation, le fast-food est aujourd'hui un style de vie, celui des gens pressés qui ne veulent pas perdre de temps à cuisiner. Nos habitudes alimentaires ont considérablement changé. La cuisine et le souci des repas étaient alors le lot des femmes. C'est devant ce fourneau que se transmettaient oralement, de mère en fille, les recettes simples, équilibrées et bon marché de la nourriture familiale de tous les jours. Si la saveur de tous ces plats reste dans le souvenir de beaucoup de personnes, les secrets de leur fabrication sont moins connus, et la plupart n'ont jamais figuré dans aucun livre. On pensait qu'on était attachés aux traditions culinaires et aux plaisirs de la table. Avant le plaisir de manger étaient primordiales. Aujourd'hui, c'est vite fait, (bien fait), avec la nourriture rapide pour les gens pressés qui l'apprécient beaucoup, parce que ça leurs a grandement facilité la tache pour dîner ou souper, mais derrière cette facilité existe un gros problème qu'on appelle l'obésité. L'industrie agroalimentaire a inventé un produit (glucose-fructose) dans les années 70, dont personnes ne parle, mais qui est fortement suspecté (test scientifique à l'appui) d'être néfaste pour la santé et à l'origine de la crise d'obésité que connaît le monde. On passe à l'ère de l'élevage intensif (poulet, boeufs, vaches, porcs), de la production de masse, de l'utilisation massive d'herbicides, de pesticides, d'insecticides, d'antibiotiques, d'hormones, de farine animale, d'engrais chimiques et autres nitrites. C'est dans ce contexte que les producteurs de maïs réfléchissent à la manière d'écouler le surplus de leur production, la solution arrive grâce à un nouveau procédé industriel américain (l'hydrolyse d'amidon de maïs), ce procédé va permettre de transformer le maïs en sucre qui s'appelle (High fructose com syrup), "sirop de glucose-fructose" ou "sirop de maïs", autant d'appellation que l'on peut aujourd'hui retrouver sur les étiquettes de nos produits alimentaires (vérifier et supprimer). L'intérêt du glucose-fructose est énorme, non seulement il permet d'écouler les stocks de maïs, mais en plus il s'avère être un succédané bien moins cher à produire par rapport au sucre de canne ou au sucre de betterave. C'est Coca Cola qui va se laisser convaincre en premier, ensuite Pepsi, puis par toutes les compagnies qui utilisent du sucre dans leurs recettes (sodas,soft drinks, boissons énergisantes, glaces, biscuits, céréales, chocolats, yaourts, friandises, barres chocolatées, plats préparés, conserves, etc.). On le sait, le sucre est nécessaire à notre organisme, mais le "sirop de glucose fructose", présent dans de nombreux produits industriels, est très dangereux pour la santé, d'autant que nous en avalons de plus en plus, parfois même sans le savoir. Malbouffe.jpgTout le monde ou presque sait ce que veut dire au juste graisses "saturées" (c’est forcément mauvais pour la santé), pourtant les graisses saturées sont indispensables pour la santé, et aident votre corps à mieux fonctionner. Nos ancêtres, avant l’invention de l’agriculture, mangeaient en effet beaucoup de graisse d’animaux, d’entrailles, de crustacés riches en graisses.Les quelques tribus à travers le monde qui ont conservé un mode de vie traditionnel mangent très gras. Vous avez les Inuits (Esquimaux) de l’Arctique qui, jusqu’à récemment, mangeaient essentiellement de la graisse de phoque, de morse, de baleine, des poissons gras, qui contiennent une forte proportion de graisses saturées. Les Maasaïs, une ethnie semi-nomade qui vit de l’élevage et de la chasse, au Kenya, se nourrit surtout d’un mélange de lait et de sang, prélevé sur les jeunes bovins sans les tuer, auquel ils ajoutent plantes, racines, écorces, et de nombreux végétaux. Là aussi, ce régime est très riche en graisses saturées. Même chose pour les Tokelauiens, situés dans un archipel du Pacifique dépendant de la Nouvelle-Zélande, qui se nourrissent de noix de coco et de poisson. Or, les uns comme les autres ont de très faibles taux de décès par maladie cardiovasculaire.

obesite-glucides.jpgEn fait, la nouvelle mode qui sévit depuis les années 1960, et qui consiste à manger plus de glucides (surtout des céréales) et moins de graisses, est responsable d’une telle hausse de l’obésité, du diabète et des maladies cardiaques qu’il est devenu presque impossible pour nos contemporains de se souvenir que, il y a seulement un siècle, moins d’une personne sur cent était obèse (y compris aux Etats-Unis) et les maladies coronariennes étaient pratiquement inconnues. Car s’il est vrai que nous consommons beaucoup de viande rouge et de graisses saturées, notre régime alimentaire est aussi dangereusement riche en sucres et glucides raffinés. Voici les aliments qui arrivent en tête de la consommation dans les pays industrialisés en y ajoutant beaucoup de sucre, de sel, d’arômes et des colorants (le pain, les céréales, les sandwichs, les pâtes, les pizzas, les biscuits, les gâteaux, les desserts en tout genre, les chips, les frites et biscuits d'apéritifs à base de pomme de terre) qui sont des glucides, car tous ces produits sont fait à partir des matières premières les plus bas de gamme, et les moins chères. Aujourd'hui, les gens ne cherchent plus forcément pour maigrir, mais pour savoir comment se nourrir.

olio_passione.jpg Les bonnes sources de graisses sont: L’huile d’olive (et bien sûr les olives entières, la tapenade…) - les noix et amandes crues, ainsi que l’huile de noix et l’huile d’amande, mais aussi les noix de pécan, les noix de macadamia, les noix du Brésil, et dans une moindre mesure les noisettes - les graisses animales d’animaux élevés en plein air et nourris d’aliments biologiques - les œufs bios et surtout les œufs de poules nourries de graines de lin (riches en oméga-3) - les avocats - le beurre de vaches nourries à l’herbe (et non aux céréales et au tourteau, comme la plupart des vaches européennes) - l’huile de noix de coco et l’huile de palmiste, qui sont les meilleures huiles à utiliser pour les fritures car elles ne se dénaturent pas à haute température (attention toutefois à ne jamais les faire fumer) - les poissons gras (sardines, maquereaux, anchois, harengs) et l’huile de poisson, dont bien sûr la célèbre huile de foie de morue, malheureusement tombée en désuétude et victime d’une terrible réputation, alors que, très franchement, son goût n’est pas du tout si mauvais qu’on le raconte aux enfants.

TER-qui_obese.jpg

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mardi, 03 février 2015

L’hiver, temps de repos.

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

première neige.gifAu jour d'aujourd'hui, nous accueillons rarement l'arrivée de l'hiver comme une bonne nouvelle (au prix du mazout, du gaz et autres énergies).  En effet les journées sont courtes et le soleil se fait rare, ce qui nous donne l'impression de nous lever le matin en pleine nuit, et nous donne envie de nous coucher avec les poules. Pourtant, notre mode de vie sont les mêmes en hiver et en été, et nous ne ralentissons pas pour autant nos activités, durant la mauvaise saison. Il n'en était pas de même du temps de nos grands-parents, à l'époque où l'agriculture dominait. L'hiver était pour les paysans une période de repos. On profitait de l'hiver pour dormir plus longtemps, en suivant l'exemple du soleil qui se couchait tôt et se levait tard (difficile aujourd'hui d'imaginer un retour en arrière). Pratiquement toutes les plantes de nos climats ont leur période de repos. La plupart des semences ont besoin d’obscurité pour germer (les débuts de la vie humaine se passent dans l’obscurité). Pour les plantes printanières, comme les perce-neige, les crocus et les jonquilles, la période de repos est l’été. Pour la plupart des arbres, arbustes et plantes, la saison de repos est l’hiver. L’hiver est un temps d’enracinement, ce n’est pas la même chose de planter un arbre en automne ou au printemps (un arbre planté en automne va s’enraciner durant tout l’hiver). Alors qu’à l’extérieur, la vie semble arrêtée, dessous, la vie continue. Et au printemps, la végétation va démarrer avec un bon enracinement, donc plus vigoureusement (les jeunes plantes qui ont passé leur premier hiver dehors seront des plantes résistantes et fortes). En tombant du ciel, notre belle neige n'est pas aussi blanche qu'elle en a l'air. Si blanche soit-elle, elle est un mélange de polluants atmosphériques et gazeux qui redescend sur terre, une partie de la mixture aérienne qui flotte habituellement au-dessus de nos têtes. La neige poreuse et absorbante, entraîne avec elle vers le sol, du dioxyde de carbone, des oxydes d'azote et des composés semi-volatils, malheureusement bien présents dans notre atmosphère. pollution-automobile.jpgFaut dire que les tuyaux d'échappement des millions de véhicules qui circulent, contribuent grandement tout comme le chauffage et l'activité des usines. Avant même de toucher le sol, nos flocons héritent, de notre atmosphère empoisonnée, car elle est une source de bactéries et de virus. Une fois couchée au sol, notre belle neige est ensuite exposée à des particules fines de soufre, d'azote et de plomb, ainsi qu'aux pertes d'huiles et de graisses, à notre circulation automobile (surtout n'en manger pas!). L'utilisation du sel pour dégivrer les routes est une autre source de contamination (car, la recette continue). Nos voiries municipales, provinciales et nationales ajoutent à notre blanche neige, encore et toujours, du sel (chlorure de sodium, de calcium, de magnésium ou de potassium), qui sont malheureusement néfastes pour l'environnement. C'est millions de tonnes, ne sert pas à saler nos frites, mais plutôt à rendre nos routes moins dangereuse. Il est clair, que l'épandage intensif du sel sur les routes s'avère être néfaste pour l'écosystème environnementale, car les effets du sel par infiltrations dans les sols sont  dangereux pour les nappes phréatiques. De plus, la pénétration du sel dans les sols peut réduire leur perméabilité ainsi que pour la flore, le sel est un facteur aggravant de dépérissement des arbres et des plantes et par extension la faune est touchée si elle s'abreuve à proximité des épandages de sel. Si vous conduisez une auto, ou si vous vous chauffez au mazout, au gaz, au charbon ou si vous utilisez toujours des pesticides, et bien malgré les apparences, vous n'êtes pas blancs comme neige!!

le retour.pngLorsqu'il fait très froid dans nos régions, c'est-à-dire quand la température est de - 5 °C à –10°C, les chutes de neige sont rares, et il peut tomber tout au plus quelques flocons très légers. Les chutes de neige les plus fortes ont surtout lieu, en plaine, lorsque le temps se réchauffe (quand il dégèle), sous l'influence d'une importante perturbation venant de l'ouest l’air se réchauffe seulement lentement au-dessus des grandes étendues enneigées, car la liquéfaction puis l'évaporation de la neige nécessitent beaucoup d'énergie calorique. La neige, en tombant l'hiver sur le sol, couvre tout de son blanc manteau et crée dans les campagnes de merveilleux paysages. Mais ses effets ne sont pas simplement décoratifs : son accumulation sur les montagnes constitue d'énormes réserves d'eau; elle protège la terre du gel et favorise ainsi la végétation, surtout celle du blé (proverbe. "La neige est l'engrais du pauvre"). La neige, renfermant beaucoup d'air, est très mauvaise conductrice de la chaleur. Alors que la température peut descendre jusqu'à plusieurs degrés au-dessous de zéro dans la couche supérieure, la neige de la couche inférieure, au contact du sol, se maintient généralement autour de zéro degré. Prenons par exemple une couche neigeuse de 40 cm d'épaisseur: si la température superficielle est de 8°C au-dessous de zéro, la couche inférieure est à la température de 0°C. Voilà pourquoi les petites pousses de blé, les racines et les tubercules trouvent dans la neige une protection contre le gel hivernal.

3668394699.jpgL'histoire se passe dans les Ardennes Belge.

(Août). On a emménagé dans notre nouveau bungalow, dans les Ardennes ensoleillées. Cet endroit est vraiment magnifique. La forêt, les pâtures, le calme. Je suis impatient de les voir couvertes de neige "J'adore cet endroit"

(Octobre). Les Ardennes est l'endroit le plus beau de la planète. Les feuillages passent par toutes les nuances, du rouge à l'orange. Je suis allé en promenade dans ces superbes bois et j'ai aperçu des cerfs. Ils sont tellement gracieux. Ce sont sans doute les animaux les plus merveilleux sur cette terre. J'ai l'impression d'être au paradis. "J'adore cet endroit".

(Novembre). Bientôt l'ouverture de la chasse aux cerfs. J'ai du mal à imaginer qu'on  puisse tuer des créatures aussi adorables. J'espère qu'il va bientôt neiger. "J'adore cet endroit".

(Décembre). Il a neigé cette nuit. Au réveil, j'ai vu que tout était recouvert d'un beau manteau blanc. On dirait une carte postale. Nous sommes sortis pour déblayer la neige devant l'entrée et nous avons dégagé le chemin d'accès à la pelle. Nous avons fait une bataille de boules de neige (J'ai gagné), mais quand le chasse-neige est passé, nous avons dû reprendre les pelles. "Quel endroit merveilleux".

(Décembre). Encore de la neige, cette nuit, je n'ai pas pu aller travailler. Le chemin était obstrué par la neige. Je suis crevé à force de pelleter. "Enfoiré de chasse-neige".

(Décembre). Cette merde de neige blanche est encore tombée toute la nuit. J'ai des ampoules plein les mains à cause de la pelle et de la neige qui plaque. "Je suis sûr que le chasse-neige est planqué dans le virage et attend que j'aie dégagé le chemin".

(25 décembre). Joyeux Noël de merde ! Encore cette saloperie de neige. Si seulement je pouvais mettre la main sur le fils de pute qui conduit le chasse-neige. Ma parole. Je lui fais la peau, à ce taré. "Je me demande pourquoi ils n'ont pas rajouté du sel sur la route pour faire fondre cette saleté de glace".

(Décembre). Encore cette merde blanche, la nuit dernière. Je suis resté enfermé trois jours, sauf pour dégager le chemin à chaque passage du chasse-neige. Je ne peux plus aller nulle part. La voiture est enfouie sous un tas de neige. Le gars de la météo dit qu'on doit encore s'attendre à 25 cm de merde, cette nuit. "Vous avez une idée de combien de pelletées ça représente 25 cm !!"

(Décembre). Le météorologue de mes deux s'est fichu dedans. Cette fois, c'est plus de 50 cm qu'il est tombé. A ce train-là, ça ne fondera pas avant l'été. Le chasse-neige est resté bloqué sur la route, et l'autre taré est venu à la porte pour m'emprunter une pelle. Après lui avoir raconté que j'avais déjà bousillé plusieurs pelles en dégageant la neige qu'il balançait dans mon allée, "je lui ai cassé la dernière qui me restait sur sa sale gueule".

(Janvier). J'ai quand même pu sortir aujourd'hui. Je suis allé en grande surface faire des courses, et sur le chemin du retour, un con de cerf est venu emplafonner l'avant de la voiture. On devrait massacrer ces putains de bestioles. "Je croyais que les chasseurs les avaient toutes tuées en novembre".

(Mai). J'ai conduit la voiture au carrossier. Vous me croirez si vous voulez, mais la caisse est toute rongée par cette saloperie de sel qu'ils ont mis partout sur la route. (Fin mai). Les déménageurs sont là. On retourne en ville. "Je n'arrive pas à imaginer que quelqu'un sain d'esprit puisse avoir envie de vivre dans cette région paumée".

hermine2.jpgElle s’habille tout de blanc en hiver, notre hermine. Le pelage de cet animal, qui ne se laisse pas facilement apercevoir, se confond avec la neige qui tapissent parfois nos campagnes. "Cet animal d’une blancheur éclatante n’apparaît que la nuit, s’ébattant dans la pâle clarté de la lune", c’est vers la mi-mars que l’hermine retrouve sa couleur d’été (brun foncé, juste avant la saison des amours). Elle progresse par bonds, atterri sur ses antérieurs et pose immédiatement ses pattes postérieures sur la première empreinte. Elle est vorace, habile, vive. Elle se nourrit des mulots, jeunes passereaux tombés du nid, voire même de jeunes lièvres nés au printemps. L’hermine vit dans les zones dégagées à l’inverse de sa cousine, la belette qui affectionne les milieux boisés. Voici son histoire.

l'hermine.jpgUn jour d'hiver, alors que la forêt était recouverte d'un beau manteau blanc, l'hermine se promenait pendant que ses amis dormaient en attendant le retour du printemps. "Que vais-je bien pouvoir faire, se demanda-t-elle, je m'ennuie toute seule". Elle essaya bien de réveiller quelques-uns de ses amis (l'écureuil, le hérisson) mais elle n'y parvint pas. "Bon, se dit-elle, puisque tout le monde dort et même Hector, le grand ours, je vais en profiter pour le taquiner". Elle s'approcha doucement du museau d'Hector et souffla très fort. Celui-ci, qui ne dormait que d'un œil, poussa un grognement de mécontentement si impressionnant que l'hermine devint blanche de peur et s'enfuit à toutes pattes. Cependant, en se promenant ainsi le poil tout blanc, elle s'aperçut qu'on ne la remarquait pas et pouvait facilement échapper au loup et au renard. C'est pourquoi maintenant l'hermine garde son manteau blanc l'hiver en se faisant peur toute seule.

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 31 janvier 2015

A un condamné on propose une dernière cigarette? "Oh non! Ce n'est pas bon pour la santé, j'essaye d'arrêter de fumer"

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

un fumeur.jpgLa majorité des fumeurs qui liront cette rubrique n’y verrons qu’un "écolo" qui ne comprends rien au plaisir de la cigarette et qui répète les mêmes choses que disent ses semblables sur internet, à la télé et la radio. Bref en résumé, certains disent que ça leur donne une contenance (pourquoi pas ….). Par contre ils ne pensent pas que ça leur donne aussi des odeurs (un fumeur ça sent  le cendrier). Vous avez beau prendre des bonbons à la menthe, mettre du parfum, pour nous pauvre non fumeur a l’odorat non empoisonné, vous sentez la cigarette (vous ne vous sentez plus), c’est normal, vous respirez cette merde à longueur de journée; mais nous on vous sent bien, même de loin …. Pendant des années, on à du supporter tout ça et ironie du sort c’était le non fumeur qui passait pour un emmerdeur, jusqu’à une merveilleuse loi qui interdit de fumer dans les lieux public. Quel bonheur, aller au restaurant et manger sans odeurs de clopes, idem dans les brasserie, dans les bals, etc. (rentrer chez sois et ne plus sentir cette fumée froide). Une autre qualité du fumeur "Regardez les trottoirs, les plages, les parcs, il y en a partout". Fini les cigarettes au café, au restaurant, au cinéma, en discothèque, au bureau, à l’usine, à l’armée, dans les centres commerciaux, dans les transports, etc. (Loi du 1er janvier 2007). Vous aurez donc le choix entre fumer sous la pluie, la neige, le froid, le vent ou la volonté de bannir cette cigarette.

cigarette mortelle.jpgSi on disait que vous arrêtiez de fumer dès maintenant ("En ne fumant plus"). Dans 20 minutes votre pression sanguine sera revenue à son niveau initial.

Dans 8 heures, le taux de monoxyde de carbone dans votre sang aura été divisé par deux, et les niveaux d'oxygène seront revenus à la normale.

Dans 48 heures, vos "chances" d'avoir une crise cardiaque commenceront à décliner. Toute la nicotine aura quitté votre corps, et votre sens du goût et de l'odorat seront revenus à la normale.

Dans 72 heures, vos bronches se détendront et votre énergie globale augmentera.

Dans deux semaines, votre circulation sanguine s'améliorera et continuera de progresser pour les 10 prochaines semaines.

Dans 3 à 9 mois, les toux, respirations sifflantes et autres problèmes de respiration se dissiperont tandis que votre capacité pulmonaire augmentera de 10 %.

Dans un an, votre risque de souffrir d'une crise cardiaque aura diminué par deux.

Dans 5 ans, votre risque de souffrir d'une attaque sera redescendu au niveau de celui d'un non fumeur.

Dans 10 ans, votre risque de cancer des poumons sera redescendu au niveau de celui d'un non fumeur.

Dans 15 ans, votre risque d'avoir une crise cardiaque sera redescendu au niveau de celui d'un non fumeur.

la fumée de la  cigarette.jpg

L'odeur de la fumée du tabac est particulièrement désagréable et elle persiste très longtemps. Quand vous avez fumé, vous empestez le tabac à 10 mètres, votre haleine nauséabonde porte à plus de 5 mètres, vos vêtements et vos cheveux empestent le tabac, vous allez souiller pendant une heure un "halo" de fumée qui empeste le tabac tiède puis froid. Comme la fumée de cigarette diminue la teneur en eau dans la peau, les rides augmentent en conséquence. Ce manque d’oxygène qui s’inscrit parmi les effets du tabac sur le teint finit par provoquer le ralentissement de la circulation sanguine. Finalement, une dégénérescence de la peau est constatée, la peau prend un aspect terne au lieu d’un éclat sain et naturel. En outre, d’autres effets du tabac sur votre teint sont le résultat de la réduction du taux de collagène et de l’élasticité de la peau, qui peuvent accélérer les rides autour de la bouche ainsi qu’au niveau des yeux peuvent également apparaître en raison du manque d’élasticité et provoquer le jaunissement du visage (et des dents).



santé tabac.jpgOn peut se demander quelles sont les raisons d’un telle enjouement pour un petit rouleau de tabac (10 mm de diamètre) disparaissant en cendre et fumée pour un plaisir qui dure peu de temps. La cigarette est une gestuelle répétitive, qui va et vient des doigts à la bouche et se consume lentement entre deux bouffées pour finalement s’écraser dans un cendrier (si tant est que le fumeur est consciencieux). En effet la cigarette est avant tout un plaisir qui dure peut de temps en dépit de son caractère nocif et pourtant jouissive. C’est lors de cette pratique régulière qu’apparaît la dépendance comportementale. La cigarette devient dès lors un rituel, bien huilée (après déjeuner, avec un café, en soirée, en attendant le bus, en se déstressant, etc.). C’est l’acquisition de ce rythme de vie qui est le plus difficile à parer pour les fumeurs qui souhaitent arrêter. Comment perdre des habitudes vieilles de parfois plusieurs années. Abandonner certaines de nos habitudes demande beaucoup de détermination et de volonté (tout le monde n'est pas capable). Ceux qui y parviennent vont essayer la cigarette électronique (cigarette artificielle), sa taille et son aspect varie mais se rapproche de celle d’une vraie cigarette pouvant presque laisser l’illusion qu’il s’agit d’une vraie. Le rituel étant le même que l‘original à un détail près, on ne l’allume pas à l’aide d’un briquet. Bien que les cigarettes électroniques puissent être présentées comme des substituts tabagiques plus sécuritaires, elles peuvent présenter des risques tels que l’empoisonnement et l’accoutumance à la nicotine, elle n'est pas aussi inoffensives que le disent leurs fabricants et peuvent émettre des composés potentiellement cancérogènes (présence de formol, d’acroléine, d’acétaldéhyde, de nickel, de chrome et d’antimoine). Malgré une certaine incertitude concernant les effets à long terme de "l'e-cigarette", les scientifiques et tabacologues sont d'accord pour dire qu'il vaut mille fois mieux "vapoter" que fumer du tabac.

Champ de tabac Cuba.JPG

 

fleur du tabac.jpg

Le tabac commun (nicotiana tabacum), avec ses quelque soixante sortes de tabac répertoriées poussent sur le continent américain. Il s'agit de plantes annuelles à grandes feuilles, qui ont besoin de beaucoup de chaleur et de pluie pour pousser (lors de la croissance, via ses racines avec l'eau et les nutriments, ou avec l'oxygène la plante absorbe lors de sa croissance plusieurs produits radioactifs, qu'on retrouvera dans la fumée). La culture du tabac commence au début du mois de mars, lorsque la graine est semée en pépinière ou sur semis flottants. Le jeune plant va ensuite émerger puis se fortifier avant d’être, vers la mi-mai, transplanté en champ. Au début de l’été il atteint une hauteur d’environ 1,80 mètre, stade auquel commence la floraison. Le producteur s’empresse alors de couper la fleur qui se trouve à la tête de la plante afin que les feuilles parviennent à leur développement maximal. On en compte une vingtaine par pied, larges, gaufrées, au port légèrement retombant. Les premières décolorations signalent l’imminence de la récolte, qui s’opère pendant les mois de juillet et août. Les feuilles de tabac mures (jaunies) peuvent être, séchées à l'air libre à l'abri du soleil ou dans des locaux chauffés par des feux de bois qui fument en même temps le tabac, dans des locaux chauffés par l'air chaud sans fumée. Elles sont ensuite mises à vieillir, à maturité (plus tard les feuilles de tabac seront préparées spécifiquement pour faire du tabac à cigarette, à pipe, à cigare, à priser, à chiquer). Les tabacs sont mélangés entre eux (blended) et avec des agents chimiques de texture, des arômes, des produits de conservation. 

https://www.youtube.com/watch?v=rTtobtqOits&feature=related

https://www.youtube.com/watch?v=4nEVPMrJQrc&feature=related

indiens.jpgA l'origine, dans les sociétés amérindiennes (encore maintenant dans certaines tribus indiennes d'Amérique du Sud), le tabac était essentiellement utilisé à des fins magiques, religieuses, par les sorciers guérisseurs ou peut-être pendant des rites de réconciliation. On oublie souvent un peu vite que le tabac a été importé comme plante médicinale (purges et saignées). Demandez à des anciens, le tabac est une plante qui a plusieurs vertus thérapeutiques, désinfectante, antiparasite et anticancéreuse. On peut rappeler qu'il y a une différence certaine entre fumer du tabac naturel (sans additif), et fumer un paquet de cigarettes (avec des additifs chimiques). Bien sur que le tabac n'est pas à conseiller, il a ses bons et mauvais côtés comme le café, le thé, etc. De nombreuses enquêtes montrent l'effet protecteur du tabac sur la maladie d'Alzheimer, même constatation avec la maladie de Parkinson. Le tabac se présente sous de nombreuses formes (cigarettes, narguilé, cigare, tabac à chiquer, tabac à pipe et bien d'autres). Ces produits sont évidemment très différents non seulement dans leurs caractéristiques physiques, mais aussi dans les normes culturelles et des modes de consommation qui les environnent. Le panorama global de la dépendance sera très probablement différent entre un fumeur de cigarettes et un amateur de tabac.

nicotine.jpgNous buvons souvent du café et de l'alcool ensemble, et ceci semble jouer un rôle de lubrifiant pour le comportement en société. C'est vrai aussi pour la fume de tabac. Offrir une cigarette peut être un acte grâce auquel on établit le contact avec une personne inconnue. Fumer peut être une occasion de prendre une pause ou se reposer d'une tâche ennuyeuse, parfois avec d'autres fumeurs. Cela accroît potentiellement les liens et la convivialité. Quand on est pris de court, allumer une cigarette donne un fumeur peu de temps pour formuler sa pensée. Même si aujourd'hui fumer est dénigré dans de nombreuses cultures, il y a encore des contextes culturels où fumer permet au fumeur de s'identifier et de se conformer aux autres. Fumer une cigarette peut stimuler les activités via des propriétés gratifiantes ("je dois finir ça avant d'aller fumer une cigarette"), être une "compagne" quand on est seul ; et dans certaines circonstances le tabagisme donne quelque chose à faire de ses mains, ce qui réduit l'anxiété (tenir et caresser son paquet de cigarettes peut soulager un peu du stress).      Bienfaits du tabac 24 kps

le-tabac-tue.jpgOn dit que le tabac tue lentement ? Certaines personnes vous dirons. "C'est pas grave, on n'est pas pressés" . Le tabac a été introduit dans le monde entier avec la cigarette (vingt milliards de cigarettes sont fumées chaque jour). Dès qu'on allume une cigarette, une véritable usine chimique se met en route. La fumée de tabac est un aérosol, c'est-à-dire un mélange de gaz et de particules, ce mélange se forme à une température pouvant atteindre 1.000 à 1.500 degrés. La cendre apparaît, tandis que la fumée se forme. C'est à ce moment que les 2.500 composés chimiques contenus dans le tabac non brûlé passent à plus de 4.000 substances dont beaucoup sont toxiques. Parmi ces substances analysée et publiée dans le "National Cancer Institute américain", soixante quatre substances ont été identifiée comme cancérigènes. La fumée se refroidit très rapidement avant d'atteindre la bouche du fumeur. Sa composition n'est pas constante et sa nature varie en fonction du type de tabac, de son mode de séchage, des traitements appliqués, des additifs, etc. On y retrouve toujours la nicotrine, les goudrons et les agents de saveur mais il en existe beaucoup d'autres, telles que des gaz toxiques (monoxyde de carbone, oxyde d'azote, acide cyanhydrique, ammoniac) et des métaux lourds (cadmium, plomb, chrome, mercure). La nicotine qui est un alcaloïde puissant (les plus connus sont la morphine, la colchicine, l'atropine, le curare, la caféine, la cocaïne, la mescaline) est la substance qui entraîne la dépendance. Ont a observé une nette augmentation des cancers bronchiques, cette augmentation est en partie due à l'usage de la cigarette de tabac, l'autre facteur étant l'augmentation de la pollution de l'air par les fumées industrielles et les gaz d'échappement. La nicotine elle-même ne parait pas mutagène (n'est pas dangereux), ce sont les produits de combustion du tabac qui sont cancérigènes, ils agissent en premier lieu au niveau de l'épithélium des bronches en l'irritant(épithélium protège le poumon contre les corps étrangers contenus dans l'air) avec au minimum bronchites à répétition, toux chronique, emphysème mais passent aussi dans la circulation sanguine et on les retrouve dans les urines.



Aujourd'hui, la cigarette est un plaisir associé à la virilité masculine, à l'émancipation des femmes, à l'affirmation de soi des jeunes, à la convivialité des cafés, des cinémas, des restaurants...C'est devenu une drogue qui tue (les humains adorent fumer, cela leur procure une sensation de bien-être, cela les aide à supporter les difficultés de la vie, le stress). Après avoir été le symbole de la modernité et du libéralisme triomphant, la cigarette est devenue le plus grand tueur du monde industrialisé.2.jpg Le cinéma reste l'un des moyens les plus efficaces et discrets de faire la promotion des produits du tabac?. Ainsi, depuis des décennies, les apparitions des marques de cigarettes dans le cinéma hollywoodien ne sont pas non plus le fruit de hasard mais décidées à coups de millions de dollars. Les belles images qui s'associent au tabac (succès, beauté, jeunesse, liberté, plaisir, joie de vivre, force, invincibilité, sensualité, charme, sexualité) sont innombrables. La fabrication de cette propagande par l'image a commencé très tôt au cinéma et s'est depuis poursuivie activement à la télévision et sur les affiches. Les magazines constituent aussi  une vitrine efficace pour la publicité occulte, simplement en multipliant les photos de personnalités ou de mannequins cigarette à la main. La propagande pour le tabac est omniprésente sur Internet où la plupart des jeunes surfent tous les jours. A titre d'illustration, des voitures sponsorisées par des marques de tabac sont visibles sur des sites de Grands Prix de Formule 1.

http://www.vivelapub.fr/fumez-cest-bon-pour-votre-sante-selon-la-pub/#8

Le tabac est une drogue, arrêter de fumer du tabac est plus difficile qu'arrêter de boire de l'alcool. Les humains adorent fumer, cela leur procure une sensation de bien-être, cela les aide à supporter les difficultés de la vie ainsi que le stress. Voici un test qui est utilisé par les médecins, mais aussi par les pharmaciens pour savoir si l'on est plus ou moins accro au tabac.

une usine chimique.jpgCombien de temps après le réveil, fumez-vous votre première cigarette.

Moins de 5 minutes = 3 points
6 à 30 minutes = 2 points
31 à 60 minutes = 1 point
Après 60 minutes = 0 point

 

 

vie plus courte.jpgTrouvez-vous difficile de ne pas fumer dans les endroits interdits (ex : cinémas, bibliothèques...)

Oui = 1 point
Non = 0 point

 

 

 

la cigarette nuit à l'enfant.gifQuelle cigarette trouvez-vous la plus indispensable.

la première matinale = 1 point
n'importe quelle autre = 0 point

cigarettes.pngCombien de cigarettes fumez-vous par jour en moyenne.

10 ou moins = 0 point
11 à 20 = 1 point
21 à 30 = 2 points
31 ou plus = 3 points

tabac danger.jpgFumez-vous de façon plus rapprochée dans la première heure après le réveil que pendant
le reste de la journée.

oui = 1 point
non = 0 point

 

tabagisme-passif-grand.jpgFumez-vous, même si une maladie vous oblige à rester au lit.

oui = 1 point
non = 0 point

 

 

 

methode-pour-arreter-de-fumer.jpgLe niveau de dépendance à la nicotine est obtenu en ajoutant les points. Votre score est de 0. Vous n’avez pas de dépendance physique au tabac. En tous les cas, d’après ce test vous n’avez pas de dépendance physique (profitez-en maintenant pour éteindre définitivement votre cigarette) - 0 - 2 points = très bas - 3-4 points = bas - 5 points = moyen - 6-7 points = élevé - 8-10 points = très élevé.

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 04 décembre 2014

L’humanité a de multiples façons de se soulager.

hygiène.gifL’humanité a de multiples façons de se soulager. Certains d’entre nous s’assoient sur des trônes élevés, tandis que d’autres s’accroupissent au-dessus d’un trou. Certains d’entre nous s’essuient avec du papier sec, tandis que d’autres utilisent un pichet d’eau laissé à proximité. Bref, il faut nettoyer régulièrement les latrines. "Malgré la pudeur et la vertu, c’est ici que l’on montre son cul. Malgré que ce lieu soit détestable comportez vous-y comme à table, et faites en sorte que la cuvette soit aussi propre que votre assiette. Car c’est ici que tombent en ruines les merveilles de votre cuisine".

En France, on dit couramment les toilettes, en Belgique on dit plutôt la toilette (au singulier). On dit aussi les cabinets, les latrines, les vécés (wécés en Belgique), water closet (abréviation de l'anglais), chiottes (en argot), la salle nécessaire, salle des messieurs ou des dames, la plus petite pièce ou le petit coin, le trône ou la salle de trône, salle de toilette, cabinet d'aisance. Les systèmes les plus simples comprennent un simple trou dans le sol recouvert d'une planche de bois. Dans les bidonvilles où l'assainissement est souvent défectueux, le terme de "toilettes volantes" décrit l'utilisation de sacs plastiques pour la défécation, jetés au hasard une fois la nuit tombée. Il y a aussi les pays où l’on se lave à l’eau avec la main gauche d’un lavage manuel (des petits robinets d’eau sont disposés en contrebas des toilettes). Au Moyen Age, on utilise un bâton courbe pour enlever le plus gros des excréments et l’on fignole avec du foin, des feuilles ou une poignée de terre (en Chine, le bâton était déjà utilisé depuis très longtemps, c’était un objet précieux qui passait de père en fils). En Grèce, on s’essuyaient rarement, quand ils le faisaient, c’était avec les doigts ou avec des cailloux lisses, la classe riche utilisaient volontiers des poireaux. Les Romains ont également utilisé des cailloux, cependant, la technique la plus courante consiste à s’essuyer avec ses vêtements. Au premier siècle avant notre ère, à Rome, les techniques étaient déjà plus raffinées, la classe patricienne se sert de serviettes de tissu. Dès la fin du premier siècle, la laine est adoptée comme papier toilette et il devient courant de la parfumer. En Asie, on se servait de coquillages et particulièrement des coquilles vides de moules. Dans les siècles qui suivirent, les doigts et les vêtements, restaient le plus couramment utilisé. Durant les XVIIe et XVIIIe siècles, dans les grandes maisons bourgeoises, la mode est de s’essuyer le derrière avec un linge. La toile de lin est très à la mode chez les roturiers tandis que la noblesse pousse le raffinement jusqu’à utiliser du velours. A la fin des années 1730, les toilettes avec soupapes voyaient le jour. Il y eut une autre grande percée technologique vers 1820, avec l’invention des toilettes avec chasse par un Britannique (réservoir d’eau que l’on vidait en tirant sur une corde). -latrine.JPGLe premier papier-toilette moderne est né en Angleterre en 1850, avant d'être créé industriellement aux Etats-Unis (1857). Au milieu du 19ème siècle, les égouts de plus en plus présents dans les villes permettaient à un nombre croissant de personnes de disposer d’un moyen d’éliminer leurs déchets. Les journaux se développent et deviennent le papier hygiénique le plus utilisé et continuent à être utilisés jusqu’à la moitié du 20e siècle, il aura fallu attendre les années 1960, pour voir se développer en Europe le vrai papier en ouate de cellulose (papier hygiénique). Après avoir multiplié les épaisseurs, on y a ajouté des couleurs, puis des parfums. Aujourd’hui, le papier toilette, est rentré dans tous les foyers.

Environ 476 après J.-C, jusque 1453 après J.-C, les populations européennes se préoccupent beaucoup moins de l’hygiène, et la santé publique décline. Les hommes commencent à avoir une peur superstitieuse de l’eau, croyant qu’elle véhicule des maladies, de sorte que les bains ne font plus partie des activités quotidiennes. Au lieu de cela, les gens prient et font des pèlerinages, ils croient que le péché est aussi à l’origine des maladies. Les vêtements ne sont lavés qu’après avoir été portés plusieurs mois. Les villes sont surpeuplées. Les eaux usées des foyers et le contenu des pots de chambre sont déversés dans les rues. Ce manque d’hygiène personnelle et les conditions de vie insalubres en particulier l’absence de traitement des déchets ont des conséquences terribles.l& peste.jpg Les épidémies ravagent l’Europe. La peste noire du 14ème siècle tuera 10 millions de personnes. Les pots de chambre qui servaient à recueillir l’urine et les matières fécales humaines étaient vidés dans les rues. Certaines villes disposaient d’une réglementation imposant aux citoyens de prévenir les autres avant de vider leurs pots de chambre, afin d’éviter tout incident déplaisant. Dans de nombreuses maisons, le premier étage comportait une protubérance à l’arrière, où l’on recueillait les excréments. En Asie (Yémen, Afghanistan, etc.), les excréments sont souvent réutilisés comme engrais, à travers un système d'où les excréments tombaient dans des fosses en contrebas, au niveau de la rue. Les excréments étaient ensuite vidés régulièrement par une trappe, puis séchés au soleil pour devenir plus "manipulables, moins désagréables" et emmenés vers les champs ou utilisés comme carburant.pisseuse-.jpg Pour la plupart, la défécation était pratiquée dans la nature ou avec des toilettes publiques(sans murs ni séparation) construites au-dessus des égouts dans la Rome antique, des latrines suspendues au-dessus des douves dans les châteaux du Moyen Age qui débouchaient sur les rivières ou un lieu vide, des chaises percées sous l’Ancien Régime, du laisser-aller à même le sol dans les débarras ou sous les escaliers (comme le faisaient les courtisans à Versailles par exemple). Pendant toute la période de la Renaissance, les pots de chambre continuèrent d’être utilisés au cours de cette période mais désormais, de petites pièces ou cabinets de toilette étaient réservés à un usage en privé de ces pots de chambre. D’où les termes “cabinet“ ou “cabinet d’aisances” qui devait être vidé régulièrement, dont le contenu était revendu aux fermiers voisins de la ville et, pendant les guerres anglo-espagnole revendu pour fabriquer le salpêtres utilisé dans la poudre à canon. Les villes connaissaient davantage de problèmes, car il était rare qu'il existât un système organisé de collecte et d'évacuation des excréments. Les cabanes au-dessus des rivières ont existé (sièges en planches percées posées sur des rondins), mais de façon assez marginales. La plupart des "toilettes" débouchaient directement sur des fosses d'aisance rarement étanches, dont le contenu pénétrait dans le sol. Les résidents des habitations privées utilisaient souvent des pots de chambres qui étaient vidés dans les rues avec les ordures. Ainsi, en 1671 à Berlin, les excréments s'accumulaient à un tel point devant une église qu'une loi fut votée obligeant les paysans visitant la ville à en embarquer une partie avec eux en repartant. Les résidents plus aisés faisaient parfois construire des édicules dans leur cour. Paris n'était guère mieux, où les habitants déféquaient directement dans les rues, tandis qu'à Versailles les courtisans faisaient leurs besoins derrière les portes, sur les balcons ou dans les jardins, sans s'en cacher. Les pratiques variaient, notamment par les pots de chambre près de la table que les gens utilisaient même pendant le repas, à la vue de tous. La garde-robe était l'endroit où l'on plaçait généralement la chaise percée, "aller à la garde-robe" a fini par signifier "aller à la chaise percée", d'où les expressions "chaise garde-robe", encore couramment employée de nos jours dans les catalogues de matériel médical, voire "fauteuil garde-robe", qui laisse une impression plus confortable. toilette extérieurs.jpgA la campagne, la cabane au fond du jardin du temps de nos grand parents (construit sur une fosse) est utilisée directement de jour et sert le matin à déverser le contenu des pots de chambre. L'usage s'est perpétré jusqu'au XXe siècle. La nuit le pot trônait sous le lit (d'où le nom de vase de nuit). Aujourd'hui le pot de chambre, c'est pour les enfants, on a aussi inventé des tables de chevet avec tiroir à pot de chambre. Il y en avait de très beaux, en belle faïence ornée, et ils avaient souvent un œil peint au fond (d'où l'expression curieux comme un pot de chambre).

chasseur.jpg

 

On nous a rabâché durant toute notre enfance et notre vie que l’être humain est un omnivore par nature, que ses ancêtres furent des chasseurs (nos ancêtres chasseurs-cueilleurs). L’être humain possèdent des intestins douze fois la longueur de leur tronc et ils sont destinés à conserver les aliments plus longtemps pour pouvoir digérer (la viande se putréfie dans son intestin). Le foie d’un carnivore est capable d’éliminer dix à quinze fois plus d’acide urique que le foie d’un non-carnivore. Le foie d’un humain ne parvient à éliminer que de petites quantités d’acide urique (nos reins ne peuvent éliminer que 2% des toxiques générés par la viande), une substance produite par la viande, extrêmement toxique, pouvant perturber complètement l’organisme. De plus, la viande est souvent riche en acides gras saturés et en cholestérol et favorisent l’apparition de maladies cardiovasculaires (l’artériosclérose, l’infarctus, les thrombosis obturant un vaisseau sanguin).Anatomie d’une saucisse  Pour masquer notre instinct naturel, nous avons recours a divers artifices tel que la cuisson, les épices, les sauces, les savants mélanges paraîtra délicieux. Certains modes de cuisson des viandes sont également problématiques. Par exemple, un kilo de viande grillée au barbecue contient autant de benzopyrène (agent cancérigène) que six cents cigarettes. La chair des animaux est également très riche en insecticides, en anabolisants, en antibiotiques, en tranquillisants, en hormones du stress, induites par la peur de l’animal en agonie (bon appétit).

jeune-careme.jpgLe jeûne a une longue tradition au cours de l’histoire. Il se décline sous de nombreuses formes et s'accompagne de multiples rituels. Il se pratique surtout au printemps, conciliant ainsi aspects religieux et pratiques (nettoyage des intestins). L’histoire du nettoyage intestinal remonte à la nuit des temps, on attribua l’invention du lavement à l’observation de la cigogne, qui remplit son long bec d’eau de mer, et injecte ainsi de l’eau dans le derrière de ses petits quand ils sont incommodés. En Afrique, les femmes nettoyaient l’intestin de leurs enfants en leur soufflant de l’eau dans l’anus (c’était une pratique naturelle et ancestrale). Plus proche, on redécouvrit en Allemagne, il y a plus de 100 ans, cette pratique de nettoyage, reprise par les Américains et les Canadiens. Pour se préparer à Pâques, fête de la résurrection de Jésus, les chrétiens commémorent les 40 jours que Jésus passa au désert, sans boire ni manger (y compris la nuit). Moins connu que le Ramadan, le Carême s’achève le dimanche de Pâques. La différence avec le Ramadan est que le jeûne dure toute la période du Carême, sauf les dimanches, alors que le Ramadan est paradoxalement une période de forte augmentation de la consommation alimentaire, due aux fêtes rituelles qui ont lieu chaque soir. La façon de se nourrir est la principale cause d’un mauvais fonctionnement de l’intestin. Lorsque le côlon est sain et fonctionne normalement, l’assimilation se fait sans retard, sans excès de fermentation, ni de putréfaction. (un jeûne rationnel est véritablement sans danger).

citron.jpgCure de jus de citron, mélanger deux cuillères à soupe de jus de citron fraîchement pressé, deux cuillères à soupe de sirop d’érable et une pincée de poivre de Cayenne dans 2 à 3 dl d’eau. Boire ce mélange 5 à 6 fois par jour. céréale.jpgCure de crème de céréale, elle consiste à manger de la crème de céréale chaude (avoine, orge, sarrasin ou riz). Cette forme de cure est recommandée aux personnes qui ont un estomac sensible.

Cure verre-de-lait-morceau-de-pain.jpgpain et lait, elle consiste à manger deux fois par jour du pain rassis et du lait. Elle devrait corriger les dysfonctionnements intestinaux.

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 21 décembre 2013

Les mentalités désordonnée de notre société.

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

 

 

moulin_daudet.jpg Il était une fois, un pays couvert de moulins à vent, jusqu'au jour où ce pays est déstabilisé par la création d’une meunerie à vapeur où se préparent les farines qui doivent être livrées au commerce. Les moulins, n’ayant plus assez de clients, ferment les uns après les autres sauf un, celui de "Maître Cornille". Ce vieux meunier se dresse violemment contre la meunerie à vapeur mais n’est pas suivi. Il continue à faire tourner son moulin et transporte tous les jours des sacs sur son petit âne. Mais il semble mener une vie de plus en plus misérable et solitaire, délaissant même sa petite fille orpheline. Ce comportement déshonorant, semble bizarre aux autres villageois qui finissent par découvrir son secret. Cette activité fébrile était feinte pour sauver l’honneur du moulin qui tournait à vide et, dans les sacs, ce n'était que du plâtre. Pris de remords et de pitié pour cet homme fier mais désespéré d’avoir été confondu, ils s’entendent pour fournir régulièrement du blé à son moulin et lui rendent, en même temps que son travail, son honneur de meunier. Il en est ainsi jusqu’à la mort de Maître Cornille. Alors le dernier moulin de la région s’arrête de tourner définitivement.

grande surface.jpgL'extraordinaire transformation de l'appareil commercial a permis aux grandes surfaces de développer une énorme puissance face aux commerçants traditionnels de "proximité". Le terme "proximité" permet de garder la liberté d’aller faire ses courses à pied et de ne pas dépendre d’un véhicule. De nos jours, il y a une nouvelle façon de faire ses achats, naturellement le prix payé, en terme d'emplois et de nuisances, est bien lourd, les rares emplois crées dans les grandes surfaces ne compensent pas les perte d’emplois massives dans l’économie locale (un emploi crée en grande surface, c’est trois à cinq emplois détruits ailleurs). Ce système favorise par ailleurs une agriculture intensive et productiviste qui ne se soucie de la qualité des produits. En définitive la lutte contre la vie chère se retourne contre le client qui participe à l’augmentation du chômage à moyen terme.On pourrait dire aussi. "Il était une fois l’apparition des grandes surfaces" qui a marqué la disparition progressive des petits commerces de proximité. Les supermarchés ou les grandes surfaces, vaste temple de la consommation, dont les tentations lorsque l’on fait les courses sont très nombreuses avec tous ces produits qui sont présents en abondance, il suffit de les mettre dans son chariot pour les consommer plus tard. De là à penser que la vue de nourriture pouvait inciter à la consommer, il n'y avait qu'un pas. Selon les chercheurs, ce comportement a été sélectionné au cours de l'évolution de l'espèce humaine. Il favorisait sa survie, et incitait l'homme à consommer la nourriture lorsque celle-ci était disponible. Cependant, loin de lutter pour trouver notre nourriture, nous sommes aujourd'hui abreuvés à outrance d'informations alimentaires. Le cerveau sécrète donc de la dopamine (substance qui est produite au niveau du tronc cérébral, juste à la base du cerveau) en excès, ne permettant ainsi de ne plus faire la différence entre besoin alimentaire et envie. Une étude américaine a ainsi démontré que les produits gras ou sucrés stimulent la même zone du cerveau que les drogues et provoqueraient donc une forme d’addiction qui pousserait à manger de façon compulsive et incontrôlée.

20121118-aliments-malsains-caloriques-augmentent-risque-diabetique-regimesmaigrir.jpgAujourd'hui bien se nourrir semble devenir compliquer avec le rythmes de vie effrénés (travail, loisir, vie sociale, vie familiale, etc.) que nous menons et qui contribuent à la diminution du temps accordé à la préparation des repas, c'est-à-dire, environ trente minutes par jour actuellement au lieu de trois heures il y a 75 ans. Nos ancêtres mangeaient de façon bien plus saine que nous ne le faisons de nos jours, Hippocrate n'exagérait pas en disant: "Que ton aliment soit ton médicament". Il répond sagement à la question de comment bien se nourrir. Sans prôner le retour de la femme au foyer, force est de constater que ce changement généralisé de nos modes de vie contribue à la facilité pour les repas déjà préparés et a la restauration rapide. Un nombre important de repas est pris hors du domicile, généralement le repas de midi qui est souvent trop calorique (sandwicheries, friteries, fast-foods, pizzerias, etc.). Où alors, c’est le fait de rentrer tard le soir et de ne pas savoir cuisiner qui finit par amener un individu à restreindre son alimentation aux produits surgelés, aux plats emportés et aux plats cuisinés tout prêts. Ces plats ont participé à l’augmentation du nombre de malades de diverses affections liées à la malnutrition. En effet, les plats cuisinés tout prêts présentent de graves dangers (excès de sel, forte teneur en matière grasse de qualité assez douteuse, forte teneur en glucides,manque de transparence sur la provenance des matières animales, les colorants alimentaires, les conservateurs, les émulsifiants, épaississants, stabilisants, gélifiants, les édulcorants, les exhausteurs de goût). Si l’on entend souvent que rien ne vaut les plats "faits maison", il semble cependant que plus de la moitié des consommateurs estime que les plats "tout faits" ont plus de goût que les plats préparés à la maison. L'ennui c'est que nous sommes paupérisés, sensibles à la publicité, stressés, que dire de ce mal profond qui amène l'individu à ne plus réfléchir, à se déresponsabiliser, à perdre son instinct. Nos sens, qui ont constitué depuis toujours notre principale barrière de protection, sont trompés continuellement avec des ajouts artificiels, et nous sommes aujourd'hui très vulnérables face à notre assiette, puisque nous ne pouvons plus nous fier ni au goût, ni à l'odeur, ni à l'aspect. Pourtant, retrouver le plaisir de cuisiner et de préparer de bons plats plutôt que des préparations "toutes faites" (peu chères et souvent de mauvaise qualité), alors finalement, à l'heure de l'individualisme, le repas maison est le dernier moyen de souder la famille.

pouvoir d'achat.jpgA chaque nouvelle crise économique qui s’exprime par une chute du pouvoir d’achat, une plus grande partie de la population se verra dans la pauvreté qui résulte généralement de conditions de départ défavorables (surendettement, mauvais accès à la formation, santé déficiente, destruction de biens, accident de santé, perte d'emploi, etc.). La vie, parfois, est difficile, et si vous voulez quelque chose avec ardeur, il n’y a qu’une seule personne sur cette planète qui sera capable de vous arrêter (vous même). Voici des  exemples. "Un employé fait de son mieux pour assurer le succès à son entreprise, pour ne recevoir en retour qu’une réaction blessante, au lieu d’une appréciation satisfaisante de la part de son supérieur (découragement). Une femme rêve d’une harmonie de couple réussie, tout s’écroule quand elle découvre que son mari lui est infidèle (découragement). Un couple subit la douleur d’une deuxième fausse-couche, alors qu’il essaye de fonder une famille (découragement). Toutes ces personnes affrontent le découragement différemment, certaines vont être tellement découragées, tellement désespérées qu’elles vont en arriver au point d’essayer de se supprimer. Je me rappelle avoir lu une histoire. "Satan avait convoqué ses principaux conseillers, pour savoir quelle était la meilleure manière de faire pécher un homme". Un esprit méchant se leva et dit, "je sais comment le faire pécher, je lui montrerai tout le plaisir qu'il y a à pécher, tous les délices associés au péché, et les satisfactions qui en découlent. "Satan lui répondit, cela ne marchera pas, car l'homme a déjà péché, et il en connaît les conséquences. " Un autre esprit méchant se leva, et dit, "je sais comment le faire pécher, je lui montrerai les souffrances et les peines associées à la vertu, je lui montrerai qu'il n'y a aucun plaisir dans la vertu, et qu'elle n'offre aucune satisfaction." Satan s'exclama." Cela ne marchera pas du tout, il a déjà essayé et il sait que les voies de la sagesse sont agréables et que tous ses sentiers sont paisibles." Alors un troisième esprit méchant se leva et dit, "Je sais comment le faire tomber dans le péché, je le ferai tomber dans le découragement." Alors Satan s'écria, "voilà la solution, nous allons pouvoir le vaincre." Et c'est ce qu'ils firent

 

Nos grands-parents ont été formés par une éducation autoritaire (travailler dur, ne pas gaspiller la nourriture, prendre soin de sa tenue, respect, etc.). Cette éducation avait le mérite de "montrer" aux autres comment on avait bien élevé son enfant (sage comme une image). Lorsque le père se fâchait et donnait une fessée à l'enfant, c'était la punition idéale, normale, ce dernier étant fautif. Ces méthodes d'éducation sont apparues étrangement choquante, pourtant de nombreuses personnes ont vécue cette pédagogie, et certains la vivent encore à l'heure actuelle. Maintenant on prend en compte la psychologie de l'enfant, des lois ont été crées pour les protéger. On a souhaité faire disparaître la violence, tant physique que psychique (on le comprendrais pour les enfants martyrs). On a réalisé qu'un enfant était un être humain à part entière, même s'il est de petite taille. Et justement parce qu'il est de petite taille, innocent à la naissance, tellement mignon et charmant, on a souhaité l'inclure comme une personne identique à l'adulte (aurions-nous pu penser que l'autorité parental risquait d'en perdre son pouvoir). Au jour d'aujourd'hui, l'enfant décide et évolue dans un contexe sans contrainte ni limite, autant dire sans repère. En quarante ans, il est passé du statut d'être inférieur, de sous adulte, à celui de roi. On a vu une génération d’enfants rois prendre le pouvoir dans les familles. Produits d’une éducation qui tolère facilement, ces enfants ont en effet été mis au centre de la cellule familiale. Quant à la cause de ladite augmentation des "adultes tyrans", ces adultes n’ont pas été mal aimés, incompris, empêchés de s’exprimer dans leur enfance, ni subi aucune carence affective (au contraire une survalorisation de leur personnalité). De l’enfant roi à l’adulte tyran, vous n’aurez aucun mal à les identifier, leur vie doit être plaisir et tout leur est dû, depuis celui qui vous bouscule dans le bus pour se jeter sur le siège libre, jusqu’au malotru qui farfouille dans son sachet de pop-corn au cinéma, en passant par le conducteur qui stationne devant la librairie sans se soucier de la circulation, pas de remords, pas de culpabilité. "Moi, Moi d’abord", dans la rue, au travail, en couple ou en famille... ils agissent en fonction de leur seul bon vouloir, et font comme-ci l'autre, les autres, n'existaient pas (sil existe des conflits par contre, il sortira vite de ses gonds). Lancés dans une quête absolue du plaisir de vivre, ils ne développent aucun sentiment de l’autre. Ils ne ressentent pas de sentiment de culpabilité lorsqu’ils ne respectent pas autrui. Ils considèrent les autres comme des "moyens" d’assouvir leurs désirs, car ils souffrent surtout d’une "pathologie de l’hypertrophie de l’égo (comportements vaniteux et prétentieux). Jusqu’à preuve du contraire, il reste que les grands criminels ont été beaucoup plus souvent des enfants maltraités ou mal aimés que des enfants-rois. Je ne dis pas que les sociétés anciennes offraient plus de bonheur ou de vérité, mais c’est plutôt la liberté qui nourrit les mentalités, où l’on se confronte à une vraie crise de valeurs, dont les limites fixées par les normes ne visent alors plus qu'à respecter les consciences individuelles, promouvoir la tolérance et l'autonomie. Il y a même un danger sérieux pour ces sociétés qui prônent la tolérance. Il n’y a pas de tolérance pour les fanatiques, pas de pitié pour les sans-pitié, pas de liberté pour les ennemis de la liberté. Qui douterait, par exemple, que la meilleure façon de réduire les infractions au code de la route est encore de placer un agent de police à tous les carrefours. Retirez cet agent de police et vous verrez aussitôt les automobilistes retrouver leurs mauvaises habitudes au volant. L'individu se trouve confronté à une société dans laquelle les valeurs et les normes sont à peu près remplacées par une culture sans repères, une culture indifférenciée, égalitariste, ni religion, ni idées politiques, le bien-être, le confort, la consommation, où tout se vaut, où tout est bon, c'est-à-dire une culture sans normes où la notion de valeur disparaît. Celui qui travaille se voit pénalisé par de lourdes taxes, tandis que paresseux et imprévoyants bénéficient d’allocations. Le criminel est considéré comme une victime du système. Le quémandeur se voit récompensé au détriment du producteur.

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 04 décembre 2013

L'Eldorado du stress de la misère.

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

le naufrage.jpg

impots.jpgL’eldorado, de l’espagnol "le doré", est un mythe, qui se situe au nord de l'Amérique (supposé regorger d’or). L’eldorado représente donc un pays de rêves et de délices. Ce mythe aura alimenté sur plus de quatre siècles une course au trésor. Bien sur, le lieu de ce mythe varie plus ou moins selon les époques, ainsi, les conquistadors situent l’eldorado entre le fleuve Orénoque (Venezuela et Colombie) et l’Amazonie. Pour d’autres, l’Eldorado se trouve  quelque part, dans la grande forêt, au lac de Guatavita près de Bogotá, en Colombie, ou même en Guyane… (malheureusement c’était des pays imaginaire). De nos jours, le terme "eldorado" a évolué, il désigne maintenant l’idéal d’un pays très agréable. L’Europe a longtemps été une terre de départ avant d’être une terre d’accueil et c’est toujours d’actualité, cet "Eldorado" c'est notre Europe tant convoitée par des populations qui sont prêtes à risquer leur vie pour y accéder et échapper à leur misère quotidienne. C’est a croire que la fascination du blanc du temps de l’esclavage et des colonies reste encore vivace de nos jours. Il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, c’est l’exclusion du travail et du chômage, c'est l'exclusion du droit au logement, du droit au soin, du droit à l’éducation. Il y a 40 ans, lorsqu’on disait “exclu” on pensait  “chômeur”, maintenant on pense  sans domicile fixe (SDF), ce qui montre bien à quel point le malaise social s’est aggravé. Si l'humanité ne se comportait pas de manière si égoïsme et si irresponsable, si les migrants ne cherchaient pas un faux "Eldorado", si il existe, de par le monde, des centaines de millions, probablement un milliard, d’êtres humains qui ne rêvent que de vivre dans cette "Eldorado" où l'assistanat sert de miroir aux alouettes, comme un attrape mouche. Le problème ne peut être traité efficacement que dans les pays mêmes d’où les populations émigrent, il ne sera pas résolu en faisant de l’Europe et de l’Occident en général, le  refuge du monde.

pouvoirargent multinationales.jpgEn moins d'un quart de siècle, les pays européennes ont perdu l'essentiel de leurs colonies. Les médias occidentaux ont tendance à dépeindre l’Afrique, les pays musulmans et ses guerres en fonction des tribus et des conflits entre les groupes ethniques différents. Et pourtant, la quasi-totalité des guerres enregistrées sur le continent africain et musulmans sont devenues une politique des pays occidentaux et de certaines multinationales, pour profiter des richesses du continent (il est plus facile d’accéder aux ressources d’un pays quand son économie est déstabilisée), c’est l’unique méthode que les occidentaux ont utilisé jusqu’à présent en Afrique et au Moyen Orient. Pour la signature de ces accords, les occidentaux, crée une rébellion et jouent les médiateurs. De la sorte, on affaiblit le gouvernement pour l’obliger à signer un contrat au rabais. Les occidentaux ont compris que la guerre rapporte plus d’argent que la paix, c’est pour cela que toute les sois disant démocratie de leur part sur la paix n’est que pure escroquerie intellectuelle, puisque l’argent est au centre de leur existence. Non, nous ne pouvons pas accueillir toute cette misère, et la première des choses que les journalistes pourraient faire, serait d’éviter de donner une fausse dimension de "l'Eldorado Européens" et à leurs conséquences par rapport à la réalité. Notre société de consommation semble avoir montré ses limites, la crise économique en a forcé plus d’un à réduire leur train de vie.

choses inutiles.jpgEn réalité, en choisissant de consommer moins, on réduit sensiblement ses dépenses et ses besoins de ressources financières. Donc, vivre simplement nous ouvre la porte vers une vie saine, agréable et démunie du superflu inutile et encombrant. Il est en effet prouvé que lorsque l’on a de quoi se loger, de quoi se nourrir et de quoi vivre correctement, le surplus n’apporte pas autant de bonheur qu’on pourrait penser (le bonheur est l'état dans lequel on se trouve, lorsqu'on est pleinement satisfait). Le plaisir n'est que la satisfaction plus ou moins vive lorsqu'on obtient ce que l'on souhaitait, mais après un certain temps on s'y habitue, et de nouveau il nous faudra d'autres choses pour être heureux. La société moderne ne cesse d’essayer de nous convaincre que notre bonheur se trouve principalement dans le plaisir. Ainsi pour bien des personnes, la tendance est de rechercher avec grande motivation les satisfactions narcissiques (par manger avec gourmandise, par des drogues, par de l'alcool, par des échanges sexuels, par des sorties, de la musique, se vêtir à la mode, se procurer des objets de luxe, consommer de manière excessive, etc.). En vérité, ces plaisirs n'apportent pas le vrai bonheur car ils sont passagers et ne dure pas. Aujourd'hui si on aime une femme (ou un homme), on est "obligé" d'aimer plus tard une autre femme, car elle ne peut pas tout nous donner. Elle nous donne des choses, mais il y a une autre qui peut nous donner quelque chose que la première ne peut pas nous donner… puis une troisième etc…Autrement dit "j’ai aimé pour ne pas être seul". Avec des séparations de cohabitation et des divorces plus fréquents et plus précoces, de plus en plus d’hommes et de femmes sont susceptibles de former de nouvelles unions. Aujourd’hui le temps est devenu relatif. Le temps vécu est le temps de l’instant, oublieux d’hier et de demain. Il est commun d’avoir plusieurs vies professionnelles et plusieurs vies sentimentales (sexuels). Le concubinage exprime cette nouvelle conception du temps, on se quitte comme on s’assemble, la fin justifie les moyens. Ainsi,  jeunes ou moins jeunes, divorcés ou séparés, refusent la légalisation de l’engagement conjugal afin de laisser chacun libre cours à son individualiste (égoïsme).



stressquotidien.jpgDepuis quelques années, les séparations et divorces sont en explosion, il y aurait en Belgique quatre mariages pour trois divorces, détenant ainsi le record européen. Les repères du passé ont disparu, c'est-à-dire pour laisser place à une société sans culture ni valeurs, barbare, virtuelle et factice, une société d’exploitation, totalitaire et inhumaine, d’où ont disparu le beau, la décence, la liberté, le droit, la dignité, l’éthique pour faire place au "stress individualiste" qui est devenu le fléau des temps modernes (bien plus nuisible pour la santé que le tabac et l’alcool). La vie moderne principalement en milieu urbain est source constante de stress (licenciement, divorce, événement familial ou sentimental, soucis financiers, surmenage, solitude, contraintes liées à l'environnement, voisinage désagréable, etc.). Ce climat anxiogène (angoisse, anxiété, crainte) n'offre guère de perspectives heureuses et sans le savoir, par nos propres stress, nous le perpétuons à travers les générations à venir en leur donnant des repères qui ne sont guère facteur de bien-être et de bonheur. En revanche, si le stress est mineur ou maîtrisable, il devient un véritable atout. Il n’est pas difficile d’imaginer les conditions de vie de l’homme préhistorique en pensant au milieu hostile dans lequel il évoluait. Il devait parfois combattre des animaux sauvages dont la force et la puissance étaient très nettement supérieures à la sienne. Ses multiples agressions et tous ces dangers potentiels ou réels engendraient inévitablement "des stress" très importants pour nos ancêtres. Le stress dans ce genre de situation correspondait à une réaction se survie indispensable pour sa préservation. Toute l’histoire de l’humanité qui s’en est suivie et jusqu’à nos jours témoigne d’un très grand nombre de situations où l’homme a dû constamment faire face à des situations particulièrement difficiles et contraignantes qui généraient des stress importants. Ces nombreux événements stressants ont parfois des répercutions positives puisqu’elles ont imposé à l’individu de chercher des solutions appropriées pour améliorer ou changer la situation dans laquelle il se trouvait. C’est grâce à ce principe que nos ancêtres ont fait évoluer les situations difficiles dans lesquelles ils se sont trouvés impliqués, c’est l’héritage dont nous bénéficions et qui s’est inscrit dans nos chromosomes.

stress-vie-moderne.jpgAujourd’hui il est de plus en plus difficile de trouver une personne qui ne se plaigne pas des effets négatifs du stress. Alors, qu’est ce qui a tellement changé dans notre vie pour que le stress soit devenu un empoisonnement aussi préoccupant ? Un individu peut être très motivé par son travail mais totalement désengagé et dégoûté par l'organisation dans laquelle il est, parce que celle-ci est malsaine et freine sa performance (c'est l'une des sources majeures de la souffrance au travail). L'ouvrier qui travaille, tous les jours de sa vie, aux mêmes tâches, n'a pas un destin moins absurde. Ce destin devient tragique lorsque l'ouvrier en prend conscience de l'absurde au monde moderne. _sisyphe.jpgVoici un exemple. Pour avoir osé défier les dieux de l'Olympe (mythologie grecque qui symbolise une tâche interminable), Sisyphe fut condamné à faire rouler éternellement jusqu'en haut d'une colline un rocher, cependant, une fois au sommet, Sisyphe n’avait pas assez de place pour y bloquer son rocher qui redescendait aussitôt, obligeant Sisyphe à le remonter encore et encore…. En somme, en ayant justement pris conscience de cette condition, il y établit pourquoi la vie, malgré l'absurdité du destin, vaut la peine d'être vécue. Sisyphe redevient maître de son existence (il faut imaginer Sisyphe heureux), le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout. Une façon de dire que la vie vaut d'être vécue, malgré son absurdité.

Pour résumer, les gens simple savent qu’il est important d’être injoignable pendant un moment. Prendre le temps de se déconnecter des appareils électroniques (internet, téléphone, GSM, télévision) est vital pour survivre au stress. Soit vivre autonome, désengagé des modes et des lubies, des courants artistiques, scientifiques, méconnaître les nouveautés, refuser un présent qui nous est imposé. Moi, je refuserais de mourir malheureux (combien l’ont fait?), avec des regrets ou un grand secret, il me semble qu’il n’y a pas grand-chose de pire, sauf peut-être laisser une personne partir sans lui avoir dit qu’on l’aime.

Écrit par Country francismarie dans Général, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 23 octobre 2013

Autrefois et aujoud'hui.

 

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

 

debout.jpg

 

Toujours et partout, les hommes ont eu à affronter deux passages majeurs dans la vie, au cours desquels leur esprit semble se dissoudre et entrer dans un royaume totalement inconnu. Le premier passage est celui du sommeil qui permet au cerveau de se nettoyer des déchets accumulés pendant l'éveil du fait de l'activité neuronale. Le sommeil est le compagnon constant de l'humanité, temporaire et rempli de rêves, qui a enchanté les cultures depuis le début de l'Histoire. Le second est celui de la mort, l'énigme profonde et béante, l'événement ultime où la science occidentale se sent souvent mal à l'aise. Presque toutes les espèces animales dorment d'une manière ou d'une autre (des mouches aux baleines). La bonne nuit de huit heures de sommeil, recommandée par nos grands-mères n'est peut-être pas celle qui aide à vivre le plus longtemps. Selon une étude américaine, les personnes qui dorment beaucoup (8 heures ou plus) ou trop peu (moins de 4 heures et demi) ont un taux de mortalité plus élevé de 12 à 15 %, ainsi que ceux qui ont recours à des somnifères, ont un risque plus élevé de mourir plus tôt. A choisir, mieux vaut donc prendre un bon livre et s'armer de patience plutôt que d'avaler une pilule du sommeil


 

Il existe deux types de sommeil (lent et paradoxal), le sommeil lent qui marque un ralentissement de l'activité de notre cerveau ainsi que le maintien d'un tonus musculaire normal, par contre le sommeil paradoxal, au contraire, se caractérise par une activité du cerveau proche de celle observée lorsque l'on est éveillé (rêve). Le sommeil évolue avec une alternance des "deux types de sommeil" et des cycles qui durent quelques dizaines de minutes. Le sommeil lent profond est plus réparateur et survient que dans les deux à trois premiers cycles de sommeil soit avant 2 heures du matin pour un coucher avant minuit. Malheureusement, le phénomène s’est aggravé ces dernières années avec le développement du matériel informatique, avec une ou deux télévisions et autant d’ordinateurs dans chaque maison ou appartement, donc, les citoyens ont la possibilité de veiller très tard (pas de travaille, pas envie de travailler, insomniaque, etc. ), et par conséquent de moins bien respecter leur sommeil. L'homme moderne est libre de choisir son métier, sa bien-aimée et son huile d'olive parmi la vingtaine de marques en rayon (une chance, à l'évidence), sauf qu'il se demande d'abord comment faire le bon choix. Puis, après qu'il a tranché : "Est-ce que je ne vais pas le regretter ?" ce qui résume l'anxiété, la dépression, le burn-out (la fatigue d'être soi). Ce serait, d'une certaine façon, le prix à payer pour être enfin maître de son destin, après que les carcans religieux ou institutionnels ont été banni et brisé. Nos angoisses intérieures sont liée par le style dramatique des journaux télévisés qui nous matraque ainsi qu'à des tragédies en cascade tel que la pressions au travail, la tensions au foyer, la peur d’avoir peur, l'incertitude, la préoccupations qui vous suivent dans vos rêves, l'important niveau de stress que vous n'arrivez pas à évacuer. Cette peur liée à l’endormissement ou à la nuit est bien la peur d’être abandonné, de perdre le contrôle. (Dans ma chambre, je me couche, et j’attends le sommeil comme on attendrait le bourreau. Je l’attends avec l’épouvante de sa venue; et mon cœur bat, et mes jambes frémissent; et tout mon corps tressaille dans la chaleur des draps, jusqu’au moment où je tombe tout à coup dans le repos. Je ne le sens pas venir, comme autrefois, ce sommeil perfide, caché près de moi, qui me guette, qui va me saisir par la tête, me fermer les yeux, m’anéantir. Je dors deux ou trois heures, puis un rêve, un cauchemar m’étreint. Je sens bien que je suis couché et que je dors, et je sens aussi que quelqu’un s’approche de moi, me regarde, me palpe, monte sur mon lit, s’agenouille sur ma poitrine, me prend le cou entre ses mains et serre... à m'étouffer. Moi, je me débats, lié par cette impuissance atroce, qui nous paralyse dans les songes. je veux crier et je ne peux pas. je veux remuer, ,je ne peux pas. j’essaye, avec des efforts affreux, en haletant, de me tourner, de rejeter cet être qui m’écrase et qui m’étouffe, je ne peux pas. Et soudain, je m’éveille, affolé, couvert de sueur. J’allume, Je suis seul. Après cette crise, qui se renouvelle toutes les nuits, je dors enfin, avec calme, jusqu’à l’aurore).

ange_mort.jpgOn se souvient de la polémique à propos de la mort du président Français Mitterrand? (Paris Match avait été condamné pour la photo mortuaire). Aujourd'hui, la mort est le tabou de notre époque, au point qu'il ne viendrait plus à l'idée de quiconque de photographier ses morts, cela passerait pour du vice malsain, anormale et même dérangeant. La mort devient un objet de la société marchande avec des milliards de chiffre d'affaire. On est passé du destin commun (nous mourons tous), au destin individuel (la mort de moi), puis au destin relationnel (la mort des autres), pour arriver au destin escamoté (la mort a quitté le domicile pour l'hôpital, pour le funérarium, puis l'accompagnement en auto). Autrefois, le deuil était visible, le noir était porté, avec d'autres couleurs de deuil qui était le violet (du lavande au mauve). Aujourd'hui, on le vit en silence, rares sont les personnes qui abordent un brassard noir ou même une tenue vestimentaire sombre pendant un temps donné. Le code des couleurs n'est (presque) plus respecté lors des enterrements ou autres cérémonies funèbres et nombreuses sont les personnes présentes arborant même quelques couleurs chatoyantes. A tel point que l'expression "faire son deuil" est même banalisée et utilisée à tout bout de champ par bon nombre de personne (faire son deuil après une rupture sentimentale, faire son deuil d'une alimentation trop riche, etc.), est sans doute une expression du quotidien, une vulgarisation d'un état auquel on ne prête presque plus d'attention ("Elle est morte à 92 ans et entourée de tous ses proches, c'était un bel âge", "il faut passer à autre chose désormais").



daguerréotype.jpgSuite à l’invention du daguerréotype (par Louis Daguerre, son nom est inscrit sur la Tour Eiffel), les commémorations des défunts ont soudainement été modifiées. Les peintures, jugées trop coûteuses pour le manque de qualité et le trop peu de réalisme qu’elles apportaient ont été délaissées par la société et remplacées par des "shooting-photo". La photographie va prendre une place importante dans le processus de deuil et de mémoire. Les familles font appel à des photographes locaux ou itinérants pour prendre des clichés de leurs défunts. Photographier des personnes qui viennent de mourir était une façon de vouloir leur rendre hommage, de conserver leur image. A la fin du XIXe (époque victorienne), le taux de mortalité chez les enfants est élevé (maladies comme le choléra, la tuberculose...). On meurt à la maison, entouré de sa famille et de ses amis. Le corps du défunt est installé dans le salon ou dans une chambre jusqu’à son inhumation. On ne cherche pas à préserver les enfants de la vision des morts. Il n’est pas rare que dans les familles pauvres, l’enfant doive partager la chambre, et même le lit d’une sœur ou d’un frère mourant (on veille auprès du lit de mort). Les amis, les connaissances viennent présenter leurs condoléances à la famille endeuillée. La mère ou la veuve entame pour une durée de deux ans et demi, la période dite de "grand deuil". Elle ne portera durant cette période que des vêtements de couleur noire et ne participera à aucune activité sociale. Durant les six derniers mois du deuil, il est permis de porter la couleur grise ou lavande. Dans la classe moyenne, les enfants sont tenus de respecter ce rituel, mais pour une durée d’un an seulement. L’aspect qui pourrait nous paraître le plus morbide, réside dans la mise en scène des clichés. Parfois, il s’agit simplement du corps placé dans le cercueil, d’autres fois, on le place dans un lit pour faire croire qu’il sommeille. Plus singulier, le défunt est parfois accompagné des autres membres de la famille. Les mères portent leurs bébés dans leurs bras. L’enfant se tient à côté de son frère mort… Parfois même, c’est toute la famille qui pose prêt du défunt (il y a une volonté de représenter la personne comme si elle était encore vivante). L'enfant mort, porté sur soi, montré, est encore là, dans la famille, en fait partie. Les photos ainsi prises sont précieusement conservées et placées dans l’album familial. On les envoie aux membres de la famille n’ayant pas pu se déplacer. On les encadre, on les porte en médaillon. Ces pratiques disparaîtront progressivement avec la fin de l’époque victorienne (1901) et l’évolution du rapport à la mort. Il ne s’agira plus de montrer la mort pour la dompter, mais bien au contraire de la cacher pour l’éloigner.

 

photo.jpg

 la-plus-etrange-tradition-de-lepoque-victorienne-prendre-des-photos-post-mortem-.jpgLe temps de prise du daguerréotype était si long que des supports étaient spécialement conçus pour maintenir la pose du modèle (photo avec dessin). Dissimulés, ils permettaient d'aider le modèle à rester immobiles et d'éviter le flou rendu par un éventuel mouvement. Ces mêmes accessoires étaient utilisés dans les représentations d'un défunt en position assise ou debout. L'impression de vie était parfois renforcée en maintenant les yeux du défunt ouverts ou en peignant des pupilles sur la photographie.

 

photos-post-mortem-3.jpg

photos-post-mortem-2.jpg





 

 

 









 



Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 08 mars 2013

Le miel et les remèdes de nos grands-parents

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

remèdes autrefois.jpg

 

Fatigue générale, maux de gorge, toux, écoulement nasal, sont des "petits maux" de l'hiver....à ne pas confondre avec la grippe qui peut entraîner des complications. Les épidémies débutent généralement dès novembre pour disparaître en février-mars. Bien avant que l'industrie pharmaceutique ne prenne en charge notre santé, nos grands-parents avaient leurs secrets pour soigner les rhumes, les maux de gorge. Certains trucs de vos grands-parents peuvent sembler bizarres ou trop simples, mais ce sont souvent ceux-là qui se révèlent efficaces.

Piqûre d'abeille : Enlever le dard soigneusement en le grattant, puis nettoyer ensuite la piqûre avec du vinaigre de cuisine.

Piqûre d'insecte : Il est nécessaire tout d'abord de nettoyer à l'eau et au savon, comme toute plaie simple. Mettez de l’ouate imbibée de vinaigre dans la zone affectée et laisser reposer l’effet est rapide et efficace

Piqûre de guêpe : Prendre un oignon, l'éplucher et le couper en deux, frotter ensuite sur la piqûre pendant quelques minutes (au moins 10 minutes)

Piqûre de moustique : Vous avez un pied de géranium dans votre jardin, cueillez une fleur de votre plante et l'écraser délicatement dans vos mains. Appliquer ensuite la fleur écrasée sur la piqûre. Ou frottez quelques brins de persil frais sur les boutons pendant quelques secondes et laissez agir à l'air libre (au moins 1/2h). Le plus efficace est de pulvérisé immédiatement de l'ammoniaque sur la piqûre.

Pour guérir un rhume, une grippe : Remplir un bocal à confiture à moitié avec du miel liquide, ajouter 4-5 gousses d'ail pressé ou coupé en très petits morceaux et mélanger. Laisser reposer environ une heure (Prendre une cuillère à café, matin, midi et le soir avant de se coucher.

Les rhumes : De l'eau chaude dans un bol (bouillante). Des rondelles de citron séché, 25 gr de ginseng ou du ginseng en poudre et du miel liquide. Préparation : Pelez le ginseng et découpez le en fines tranches - Versez l'eau chaude dans la tasse - Mettez y les fines tranches de ginseng et deux ou trois rondelles de citron séché - Versez un peu de miel et laissez macérer pendant cinq bonnes minutes (le goût du ginseng doit être prononcé).  Boire cette tisane pendant une journée.

Fièvre : Boire du jus de céleri avec du persil.

Gorge : Ecrasez une gousse d'ail, plongez-là dans un demi-verre d'eau tiède et gargarisez-vous toute les heures.

Toux : Mélangez deux cuillères à café de jus de citron avec une cuillère à café de miel. Ajoutez-y une petite pincée de poivre de Cayenne. Le miel va tapisser votre gorge, le citron calmera l'inflammation et en plus combattra l'infection et pour finir le poivre y stimulera la circulation (si vous n'aimez pas le poivre, l'oignon fera largement l'affaire).

Herpès labial ou buccal : Tout simplement du cérumen d'oreille (c'est radical). Il suffit de mettre un peu de cérumen sur le bouton de fièvre et le lendemain votre bouton aura disparu.

ruche d'abeille.jpg

 http://www.rtl.be/videos/page/438.aspx?SearchedText=abeille

Les vertus du miel sont nombreuses. On peut faire 1001 choses avec du miel (cuisiner, l'utiliser dans la confection de masques faciaux), le miel rafraîchit et soigne, il hydrate la peau grâce à sa richesse en sucre. Le miel apaise aussi les peaux sensibles, car il est anti-irritant. Il possède aussi des vertus adoucissantes et régénératrices parce qu'il est très riche en substances minérales, en vitamines et en acides aminés. Le miel peut être employé chez les enfants comme chez les adultes (il est utilisé sous forme de savon ou de gel). C'est un des éléments de base de nombreux produits cosmétiques et d'hygiène. Il peut aussi être appliqué directement sur la peau.

 

miel bienfait.....JPG

Pellicules : Enduire le crane de miel. Laisser une heure puis laver les cheveux. Répéter l'opération tous les 3 ou 4 jours. Après quelques applications il n'y aura plus de pellicule.

Les brûlures parce qu'il forme une couche protectrice qui guérit les tissus très rapidement.

Les coupures ou égratignures. Servez-vous de miel comme pommade qui empêche l'infection et active la cicatrisation.

Miel et citron : Ce mélange nettoie la peau et régularise les niveaux d'huiles naturelles. Il est aussi possible de l'utiliser contre les infections de la gorge.

Miel et argile : Ce mélange est bénéfique pour tout type de peaux. Il aide à nourrir la peau et à la nettoyer. La quantité d'argile doit être supérieur.

Miel et avoine : Le masque à base de miel et d'avoine est un excellent exfoliant. Mélangez un quart de tasse d'avoine avec une cuillère à soupe de miel. Vous pouvez ajouter au mélange deux cuillères de yaourt non sucré.

Miel et oeufs : Ce mélange est recommandé pour les peaux sèches. Une cuillère de miel mélangée à un oeuf contribue à humecter la peau déshydratée et desséchée, permettant à votre peau de retrouver son état.

                                                                  

                                                                           Sortes de miels.

une abeille.jpg

Miel de tilleul : Relaxant, favorise le sommeil (Récupération).

Miel de sapin : Antiseptique respiratoire, anti-anémies (meilleur transport de l'oxygène dans le sang - performances augmentées).

Miel de romarin : Cholagogue (meilleure digestion des graisses). Foie, anti-fatigue.

Miel de fleurs de printemps : Stimulant des fonctions organiques, excitant (métabolisme).

Miel d'aubépine : Contre la fatigue cardiaque, l'insomnie, la nervosité (récupération).

Miel d'acacia : Régulateur intestinal.

Miel Bruyère : Voies urinaires, articulations

Miel de châtaigner : Circulation sanguine, fatigue.

Miel de lavande : Maux de tête, brûlures, blessures et piqûres légères.

Miel d'oranger : Sommeil.

Miel de tournesol : Circulation sanguine.

 

 

                                                                Le saviez-vous ?

abeillereinemale ......JPG

La consommation de miel permet de diminuer les effets de l'alcool. Une étude réalisée en 2005, montre que la consommation simultanée d'alcool et de miel accélérerait la vitesse de disparition de l'éthanol dans le sang par une élévation de son élimination de près de 30%. Cette élimination plus rapide de l'alcool permet de diminuer le temps d'intoxication du corps humain et permettrait donc de diminuer l'intensité des symptômes causés par cette intoxication.

Pour éviter d'augmenter la quantité de toxine injectée, il ne faut pas écraser l'abeille lorsqu'elle nous pique mais, plutôt la balayer. Pour la même raison, il est suggéré de gratter le dard plutôt que d'utiliser une pince à épiler (la pression de la pince pourrait contribuer à injecter plus de toxine).  Après l'extraction du dard, dirigez la chaleur d'un sèche-cheveux sur la zone piquée pour désactiver les toxines puis, lavez à l'eau savonneuse.

Bien conserver, le miel est le seul aliment qui ne s'avarie jamais. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il se bonifie au fil du temps. On recommande donc de le conserver environ deux ans dans un endroit frais et sec, et surtout dans un récipient hermétiquement fermé. Tout comme la teneur en glucose et en fructose, les différences de température peuvent altérer sa texture et sa couleur, il s'épaissit et se cristallise sous l'effet du froid, et il se liquéfie à la chaleur, en prenant généralement une teinte plus foncée (au delà de 40°c, il perd ses enzymes). Sachez qu'un miel exposé à la lumière prend une teinte foncée et qu'un miel conservé à l'obscurité et à une température de 15°c environ garde sa couleur claire.

 

L'abeille a en fait deux estomacs, anatomie.jpgun pour la digestion et une pour la fabrication du miel (le premier en vert sur la photo). De plus, l'estomac qui fabrique le miel ne sécrète pas de substances digestives. Cependant, l'abeille sécrète obligatoirement une enzyme qui va agir sur le nectar pour qu'il se transforme en miel. Cette enzyme, produite par l'abeille, une fois qu'elle a transformée le nectar en miel, se désagrège intégralement. Il ne reste donc que du nectar pur, régurgité par l'abeille. Le nid de l’abeille mellifère (la ruche) renferme plusieurs catégories d’individus. Les ouvrières qui sont les plus nombreuses. Ce sont des femelles stériles qui assurent la totalité des tâches non reproductrices (soigner le couvain (composé des œufs, larves et nymphes), construire, aménager et réparer le nid, approvisionner la communauté en nourriture et matériaux divers. La reine possède un abdomen plus long et plus effilé. Elle est reconnaissable car entourée d’une cour d’ouvrières qui lui prodiguent soins et nourriture, c’est elle qui assure le rôle unique de pondeuse. Les mâles ou faux-bourdons : ils ne sont présents dans la ruche que pendant la période de reproduction. Ils se distinguent des ouvrières par leurs yeux plus gros. Seuls quelques rares élus, parmi les milliers de mâles d’une société, assureront la fécondation d’une reine. Les autres n’ont pas de fonction particulière et, avant l’arrivée de la mauvaise saison, sont rejetés du nid vers une mort certaine ou exécutés à l’intérieur par les ouvrières. Leurs cadavres sont évacués de la ruche. Une abeille peut voler à 30 km/h. Une ouvrière, née l’été, ne vit que 50 jours environ car elle se tue à la tâche. Sa sœur, née en automne, peut vivre 6 mois car l’activité est moins importante. Un mâle ne vit qu’environ 50 jours. La reine, quant à elle, peut vivre 5 à 6 ans.

 

abeilles.jpg



Les premières abeilles sont probablement apparues en même temps que les premières fleurs, c'est-à-dire il y a plus de 100 millions d’années. Les abeilles tiennent un rôle important auprès de l'humanité (ci-dessus, la célèbre phrase d'Albert Einstein) et son même à la base de notre survie. Pourtant, l'homme ne les ménage pas (pesticides, monocultures, urbanisation) sont pour ces précieuses ouvrières autant de fléaux qui les mettent en péril. L'abeille peut s'éloigner jusqu'à quatre km de sa ruche pour extraire le nectar des fleurs mellifères.Le miel est un liquide sucré 100 % naturel, produit par les abeilles. Il peut être issu de ruches domestiques ou de ruches sauvages. Ainsi, le miel est le résultat de la collecte du nectar de plantes par les abeilles puis de son stockage dans les alvéoles des ruches jusqu'à sa maturité. Ce liquide visqueux est issu soit du nectar des plantes soit du miellat, une substance sécrétée par certains insectes comme les pucerons. Suivant l'origine du nectar ou miellat, le miel aura un parfum plus ou moins prononcé et sa couleur différera également. Celle-ci peut aller du jaune pâle au brun foncé et peut aussi être accentuée au court du vieillissement du miel. C'est environ il y a 25 000 ans que le miel est apparu, quasiment en même temps que les abeilles, ses productrices. Ce n'est qu'à partir de l'Antiquité que les hommes découvrent que ce sont les abeilles qui en sont à l'origine. Ils confectionnent alors des ruches pour faciliter l'extraction et la consommation de ce mets. La principale utilisation du miel était, à l'époque, pour édulcorer les pâtisseries et plats car le sucre n'existait pas encore. Au Moyen-Orient, on ne le considérait pas uniquement comme une friandise : mais le liquide faisait aussi partie de rites symboliques. A un moment de l'année, on trempait des pommes de terre dans du miel pour faire en sorte que l'année suivante soit pleine de douceur. En Egypte, le miel servait à embellir la peau ou à embaumer les morts. Enfin, durant la Première et la Deuxième Guerre Mondiale on appliquait du miel sur les plaies des soldats pour accélérer leur cicatrisation. Aujourd'hui, le miel joue essentiellement un rôle d'aliment nutritif mais de plus en plus, avec la tendance "au naturel", on le voit apparaître dans des produits de beauté ou encore des médicaments. Par contre le miel, ne peut en aucun cas être considéré comme un aliment recommandable au diabétique (moyenne 38 % de fructose, 31 % de glucose et divers autres polysaccharides, parmi lesquels du saccharose).


 

Apis_mellifera_scutellata.jpgEn 1956 le Brésil importe de Namibie 46 reines d’une espèce d’abeilles appelée Apis mellifera scutellata (impossible de distinguer une abeille tueuse d’une abeille européenne). Cette abeille d’origine africaine supporte mieux le climat local que l'abeille européenne. Un an plus tard 26 reines s’échappent du centre expérimental où elles étaient étudiées. Par le biais de leur descendance, les “évadés” vont coloniser le continent dans les années 1960, atteindre le Mexique en 1985, et se répendre aux Etats-Unis au début des années 1990. Actuellement l’invasion de l'abeille africaine continue de progresser vers le nord des USA. La principale caractéristique de cette espèce d'abeille africaine reste son agressivité d'où son surnom d’abeille tueuse. Elles défendent leur colonie avec une âpreté sans pareil et la moindre approche de la ruche est considérée comme une agression et provoque immédiatement une attaque en règle. Cette dernière est d’autant plus dangereuse que les abeilles africaines attaquent en très grand nombre (jusqu’à plusieurs milliers) et beaucoup plus longtemps puisqu’elles peuvent poursuivre leurs victimes des heures et ce sur plusieurs kilomètres (une européenne abandonnera la “poursuite” au bout d’une cinquantaine de mètres). Contrairement à la légende le fait de sauter dans l’eau ne sert à rien car dans ce cas, nos teigneuses abeilles africaines attendront patiemment que la personne ressorte. La seule chose à faire est de s’enfuir en se couvrant au maximum le visage qui est la cible privilégiée des assaillantes. Leur piqûre n’est pas en soit plus dangereuse qu’une autre espèce mais le problème réside dans le fait qu’elles piquent 20 fois plus que leurs congénères. Depuis leur arrivée aux Etats Unis une dizaine de personnes ont trouvé la mort suite à des attaques. Le nombre de piqûres sur les victimes varient d’une cinquantaine à plus de 1000 (on considère qu’au-delà de 100 piqûres le risque de mort est considérable). A ce bilan il faut rajouter les victimes qui ont dû être hospitalisées ainsi que la mort de très nombreux animaux domestiques (chiens, chats, vaches...). Les abeilles africaines progressent régulièrement aux Etats unis et supplantent les autres espèces. Des reines africaines parviennent à s’introduire dans des ruches “européennes” puis tuent la rivale et prennent sa place. La nouvelle reine, grâce à sa ponte, modifie ainsi la population de la ruche en l’africanisant. De plus les mâles africains plus nombreux et résistants que les Européens arrivent parfaitement à s’hybrider avec des femelles européennes contribuant ainsi à l’africanisation de l’espèce. Pour freiner cette expansion, des insecticides ont été employés sans succès. Les apiculteurs quant à eux tentent d’inverser la tendance en remplaçant les reines et en introduisant des bourdons européens dans les ruches. Il semblerait toutefois que le plus efficace pour ralentir l’invasion soit la géographie locale, plus elles avancent vers le nord du continent moins leur progression est rapide. On pense qu’elles n’apprécient pas le climat de certaines régions montagneuses et désertiques des Etats Unis. Quoiqu’il en soit nul ne sait encore aujourd’hui jusqu’où leur progression va les conduire...

 

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (1) |

dimanche, 23 octobre 2011

Ceux qui attrapent la maladie sont vacciné ?

Aujourd'hui, il s'agit de toute une industrie pharmaceutique avec tous ses laquais.

dependence-.jpg

Certaines personnes ne veulent pas s'informer, car elles ont peur d'avoir peur en apprenant des nouvelles inquiétantes qu'ils préfèrent ignorer. Mais la politique de l'autruche ne mène pas à la sérénité et mieux vaut prévenir que guérir. C'est pour cette raison que tous les pouvoirs utilisent la peur pour mieux dominer, et comme le disait Machiavel "Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes". Cet instrument de manipulation qui permet d'abolir tout sens critique et d'exploiter la crédulité des populations en les maintenant dans l'ignorance des fait essentiels de l'existence a toujours été utilisé, mais à présent il opère sur une plus grande échelle grâce aux multiples moyens de diffusion. Il faut donc bannir la peur qui peut être meurtrière dans le domaine de la santé et l'industrie pharmaceutique profite de ce commerce pour vendre des vaccins et des médicaments, non seulement inutiles mais souvent très toxiques.


Les films au cinéma, à la télévision, les documentaires, les journaux, les jeux et les débats télévisés, la publicité exercent un rôle persuasif majeur sur notre apprentissage, nos comportements et nos perceptions au niveau individuel, et social colportant souvent une information erronée au nom de la science ou cachant au public et aux parents des informations vitales qui leurs permettraient de prendre des décisions éclairées quant à la santé de leurs enfants. Dix groupes pharmaceutiques se partagent 50% du marché mondial des médicaments. Ils soulagent la planète et financent la recherche avec le produit des ventes. Voici le visage, lisse et souriant, que les "Big Pharma" présentent au monde, mais on meurt, au Sud, faute de médicaments (souvent trop chers), on souffre au Nord de surconsommation et d'effet secondaires longtemps passés inaperçus. Pourtant, ces firmes semblent ne connaître aucun contre pouvoir. vaccins Gardasil.jpgLe pire Scandale aux dégâts vaccinaux se trouve en fait sur des sites, qui évoquent les histoires d'enfants qui sont arrachés à leurs parents sous prétexte d'abus d'enfants, comme le Syndrome du bébé secoué (Shaken Baby syndrome (SBS), alors que la plupart du temps le véritable coupable est l'inflammation du cerveau provoquée par les vaccins. Allez jetez un coup d'oeil pour prendre conscience des faits au sujet du SBS que l'on cache au public parce qu'il est plus important que ce soient les parents qui soient poursuivis en justice que les compagnies pharmaceutiques qui détériorent la santé des enfants au nom de la médecine et de la science pharmaceutique. Sur un plan mondial, les vaccins mettent en péril la santé d'un nombre très important d'enfants et d'adultes, alors que la presse et les médias aux Etats-Unis et en Europe continuent de garder le silence sur les dommages et les décès qui surviennent après les vaccinations en Australie, en Inde et en Europe. Par contre, les médecins, les scientifiques et les chercheurs qui dénoncent les dommages causés par les toxines vaccinales voient souvent leur carrière anéantie, par les compagnies pharmaceutiques et les journaux médicaux.


Les marchants de vaccins ne savent plus que faire pour liquider leurs stocks, ils ne savent plus comment vendre leurs poisons, aussi sont-ils obligés d'avoir recours aux subterfuges. Par exemple aux Etats-unis les "drugstones" donnent à présent des bons de réduction sur la nourriture à ceux qui acceptent de se faire vacciner contre la grippe. Walgreens qui est une chaîne de pharmacie américaine, représente plus de 6.500 magasins sur l'ensemble du territoire américain. Ces pharmacies, qui sont avant tout des drugstores vendent toute sorte de marchandises (Médicaments, appareils photographiques, produit de beauté et cosmétiques, plats préparés, cartes de voeux). Leurs employés ont reçu la consigne d'inciter, de harceler, les clients lorsqu'ils passent à la caisse à se faire vacciner contre la grippe. Ce marketing outrancier et mondial est d'une gravité car, non seulement il coûte cher à la Sécurité Sociale, mais il fait croire aux consommateurs qu'il s'agit de préserver leur santé alors quand réalité on préserve la santé financière des investisseurs. Quand à l'Europe, qui est en période de restrictions, elle injecte encore plus d'argent dans la fabrications de vaccins aussi inutiles que dangereux, mais très lucratifs pour "Big Pharma". Dans le cadre du projet "Aditec (Advanced Immunization technologies) qui vise à développer une nouvelle génération de vaccins plus efficaces et tout aussi sûrs "Plus efficaces c'est à voir, mais tout aussi sûrs" c'est tout vu car ce n'est pas une référence étant donné les milliers d'accidents et de décès qu'ils génèrent. images.jpgCe projet qui devrait coûter 41 millions d'euros, dont 30 millions d'euros sont financés par des fonds publics européens ,(Chaque euro investi dans la mise au point d'un médicament de marque rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros) ce projet sera également soutenu par l'Organisation mondiale de la Santé, dont le sérieux a été démontré lors de la "Pandémie" de grippe A.



Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, L'Europe, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 28 janvier 2011

Le téléphone mobile? oui mais!!

 

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/Club Appalaches.jpg

les portables.jpg

Le téléphone mobile, est une invention extraordinaire? Une technologie et une réussite marketing de l'ère moderne ! Jamais un produit de consommation n'a connu autant de popularité. A en croire certain, le téléphone cellulaire procure une "autonomie et une liberté"? (On s'en passait il y a environ une dizaine d'années), mais aujourd'hui nous nous précipitons directement sur nos portables, cet intrus a changé nos habitudes de communication et de savoir vivre.


Avec le portable, c'est la connerie qui va plus loin et plus vite. Quel cauchemar, avec le portable, on ne voit pas son interlocuteur. De plus, qui me dit que mon interlocuteur n'est pas en train de faire ses besoins pendant qu'il me parle! En plus cela permet à n'importe qui de m'interrompre quand il le souhaite et me dire après "Que disais-tu"? Par contre on devrait prendre des dispositions contre l'usage intempestif des portables dans les lieux publics (restaurent, cinéma, banque, transport public, etc.). Le téléphone portable nous fait oublier les bonnes manières et certaines personnes n'ont aucune éducation.

dyn007_original_411_365_pjpeg_2656757_086e62b6a48e0682dafb701e3c98500e.jpgLa personnalisation de votre GSM est un leurre, à chaque fois qu'un adolescent pense révéler sa personnalité en mettant en sonnerie son tube préféré du moment (sur le Warp), c'est son opérateur et Universel qui se frottent les mains. Quand les fabricants y rajoutent le lecteur mp³ et le haut parleur, ce sont les usagers des secteurs publics qui trinquent. Sans parler des abonnements démesurés où les moyens de communications se développent, car les frontières entre travail et vie privée s'estompent. Allo?, je ne te dérange pas? T'as cinq minutes.

Quand on est seul dans la rue, on sort le téléphone pour se donner une contenance, on ne téléphone pas spécialement. En plus combien de coups fils stupides et inutiles qui ne mène à rien avez vous reçu ou recevez-vous par jour? De plus vous avez une facture supplémentaire à payer chaque mois...Avant, il n'y avait pas ce  problème-là!! Essayer de le couper, la paix est garantie. Ce gadget souvent utilisé de façon ostentatoire présente un aspect "additif" et dangereux, certains ne peuvent plus s'en séparer en aucune circonstance.

dyn002_original_624_462_pjpeg_2656757_a6369e762956843f4046755f27e4d4b6.jpg

 

Écrit par Country francismarie dans Inventions, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 17 janvier 2011

Nous vivons dans un monde dangereux!!!

 

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

Club Appalaches.jpg

planète.png

Depuis des années, l'impact de l'homme sur la planète (Empreinte écologique) ne fait qu'augmenter.Tandis que notre consommation en ressources naturelles augmente, nous dégradons les écosystèmes naturels à un rythme sans précédent. Et pourtant !! Ne pensez même pas pouvoir y mettre fin, C'est impossible? Nous vivons dans un monde périlleux, un environnement dangereux. Il suffit de regarder les actualités télévisées ou de lire les journaux pour être soumis à un régime quotidiens de vols, de viols, d'émeutes, de meurtres, d'incendies, de tremblements de terre, d'inondations et de famines. informations.jpgCertaines personnes pourraient être appelées les "Marchands de chaos". Ces personnes veulent que l'environnement apparaisse très perturbant. Il s'agit de personnes qui tirent avantage, que l'environnement apparaisse plus menaçant. Nous en avons un exemple flagrant avec les journaux. Il n'y a jamais de bonnes nouvelles. Les journalistes nous jettent l'environnement à la figure et disent " Regardez ! C'est dangereux. Regardez ! C'est submergeant. Regardez ! C'est menaçant" Ils ne se contentent pas de rapporter les nouvelles les plus effrayantes, ils font du sensationnalisme et les font apparaître pires qu'elles ne sont. Ils sont payés dans la mesure où ils peuvent créer un environnement redoutable. Créer un environnement paisible n'est pas dans l'intérêt de ceux qui tirent leurs revenus, leur crédit budgétaire ou l'audiances du public.

 

troupeaumoutons.jpg

On ne peut pas changer ce qu'on ignore, la presse libre n'existe pas. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les moutons des puissances financières et politiques derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des personnes prostituées. Hypocrite.jpgLe travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge parlent, la perversion des faits et la manipulation de l'opinion au service de l'argent. Mais la corruption est tellement répandue que même la meilleure volonté au mode pour la révéler au grand jour et  lutter contre elle ne suffit pas. On développe certains côtés comme l'hypocrisie en pensant que tout le monde est hypocrite, sans se rendre compte que ce n'est qu'une manipulation envers les autres en leur faisant croire ce que l'on est pas, on peut appeler hypocrisie le fait de se servir des autres pour obtenir ou arriver à ses fins.

Faut-il être méchant pour se faire respecter? La méchanceté est plus sournoise, il y a les "vrais méchants"mechantmaladepochette.jpgsous leurs airs de saint qui sont plus difficile à identifier. Les méchants "Stupides" qui ne se rendent pas toujours comptent du mal qu'ils font. Les méchants "vindicatifs" qui ont eu de grandes difficultés avec la société et qui ne supporteront pas trop de gentillesse qui pour eux peut se traduire en faiblesse ou en pitié. Pour la jalousie c'est pareil que l'hypocrisie et la méchanceté, seulement elle peut amener à des situations graves. Et pourtant, en ce monde où on a toutes ces technologies de communication possible (téléphone portable, accès internet avec la messagerie instantanée, les mails), où l'on peut parler à n'importe qui dans le monde, en toute liberté et gratuité. Je peux parler à des milliers de personnes sur des forums, les côtoyer virtuellement tous les jours, et pourtant je ne parlerai jamais à mon voisin?

 

Le monde est dangereux à vivre. Mais personne ne se doute à quel point ce que l'on avale peut-être dangereux "L'American Academy" a répertorié les dix aliments les plus dangereux du monde.

CassaveCassave.jpg (galette à base de farine de manioc). Si elle est mal préparée, la cassave peut être mortelle car elle peut sécréter du cyanure. A ajouter que de nombreuses personnes sont allergiques au manioc.

 

 

Café.cafe.gif (la dose mortelle est de 100 cafés en un jour), Au delà des troubles de sommeil, de la décoloration des dents, de la mauvaise haleine, et des crises cardiaques le café est très dangereux. 

 

 

 

Thon. thon-blanc.jpgC'est le poisson le plus consommé dans le monde, bien que les thons rouges soient en voie de disparition. Les femmes enceintes qui mangent trop de thon blanc peuvent causer des problèmes du système nerveux de leur bébé.

 

 

 

Rhubarbe.rubarbe.jpg Inoffensive, délicieuse même crue ou en tarte, la rhubarbe contient des toxines comme "l'oxalate" (mortel à forte dose) qui sont très dangereuses si elle est mal cuite. Mais appréciée pour son action antiseptique sur les problèmes de foie. Enfin, la rhubarbe est un bon anti-inflammatoire pour les muqueuses buccales.

 

 

Les feuilles vertes. laitue-verte.jpgComprenez les épinards, la laitue, le chou. Aussi fou que sa puisse paraître, elles contiennent de  nombreux virus capables de tuer. Des chercheurs ont trouvé du "Ribovirus", de "l'E. Coli", de la salmonella sur ces salades.

 

 

 

Cacahuètes.cacahuetes-.jpg On ne le dit pas assez mais 1% de la population mondiale est allergique à l'arachide et risque la mort à chaque poignée prise dan un bar !

 

 

 

Ackee. ackee.jpgEn Jamaïque, c'est le fruit national, pourtant il peut provoquer un coma et la mort. L'Achée est gorgé de poison appelé "hypo glycine" (toxine se trouvant dans les fruits d'akée) alors il faut attendre que le fruit s'ouvre de lui-même pour qu'il soit consommable.

 

Fugu.Fugu.jpg Le Fugu est un poisson que les japonais adorent ! Mais dangereux, ses intestins contiennent un poison violent appelé "tetrodotoxine" (il n'y a pas d'antidote) qui est 1200 fois plus mortel que le cyanure. Un Fugu a assez de poison en lui pour tuer 30 personnes.

 

Hot DogHotDogMustard.jpg (chien-chaud). C'est le design du hot dog qui est fautif ! Il faudrait  changer la forme, en effet, 17% des asphyxies liées à la nourriture, chez les moins de 10 ans, proviennent des hot dog. 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Europe, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 16 décembre 2010

La télévision est-elle notre amie? ou notre pire ennemie?.

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

Club Appalaches.jpg

 

La télévision, destructrice de la solitude et de l’ennui, fait perdre à la maison un peu de son bienfait familiale.

mediasManip yes.JPG

Au jour d'aujourd'hui, il est pour la plupart d'entre nous impossible de vivre sans télévision? Pourtant il y a plusieurs millions de personnes à travers l'Europe qui n'ont pas de télévision à la maison et disent en vivre mieux? Tele-Influence-Violente.jpgEt pourtant, tous les jours des milliers de personnes se plaignent amèrement du petit écran. La  télévision influence profondément le public, surtout les plus jeunes et les plus faibles. Par ailleurs, des sociologues de l'université ont conclu, après avoir étudié plus de 2.000 cas, que les suicides d'adolescents survenaient, en général, peu après une émission ayant montré un suicide.

 

 

 

 

 

Notre vie se déroule sous l'influence de la télévision et de l'ordinateur.

xxx.JPG

La télévision, celle qui fait office de la troisième personne de la famille. Une personne a part entière (Qui parle sans jamais nous écouter ni nous répondre). Cette sublime personne fait aussi office de bon manipulateur et de grande incrédulité. L'imprégnation que nous subissons depuis l'enfance provoque chez certain, une confusion entre la vie réelle et les images. Etre comme tout le monde, c'est le modèle qu'on nous impose, penser qu'on est original, c'est la croyance qu'on nous suggère.bébé et sa télé.jpg Or plus d'un enfant sur deux dispose librement, dans sa chambre, d'un poste de télévision, ainsi que d'un ordinateur et de jeux vidéo. L'accoutumance au spectacle quotidien de ces mises en scène peut amener la compassion en cruauté, comme en  témoigne l'inquiétante augmentation des agressions quotidienne.

Face aux agressions devant lesquelles l'enfant au foyer est trop souvent livré à lui-même, enfant-ordinateur.jpgl'école révèle une impuissance totale dont témoigne l'abandon éducatif et moral des enfants. La manipulation des enfants que posent la télévision et l'ordinateur au foyer (Facebook, etc), face à des parents aussi démunis et largement inconscients que leurs enfants.

 

 

 

 

Pour bien faire, il faudrait commencer par éteindre la télévision! Et ouvrir les yeux.

out out.PNG

Seulement, voila, peu de gens osent affirmer qu'ils pensent le contraire. Pour la bonne raison qu'ils risqueraient d'être ridiculisés par d'autres qui ont subi un lavage de cerveau. Le fait est que, de nos jours, on est ridiculisé ou regardé de travers si on a sa propre opinion qui va, éventuellement, à l'encontre du courant général, alors qu'en vérité, on devrait nous en féliciter.

Mensonges et manipulations.

pinocchio.png

Les producteurs, les animateurs, cette petite caste de faiseurs de rois, exerce sur certaine personnes, une influence sans partage. Mais, si vous êtes un peu observateurs et pas encore complètement abrutis, vous les identifierez très facilement. Mais pour parfaire l'écran, et être sûrs que nous, pauvres téléspectateurs passifs et soumis, nous continuerons à avaler leur soupe indigeste. eh oui.jpgLes producteurs demandent à des sociétés de castings spécialisées de dénicher des personnes qui seront rémunérées. Ainsi, on peut voir des brochettes de jeunes femmes court vêtues et des personnes sérieuses et en costumées. (Les contraintes sont faibles, être bien habillée, Flashions et coloré), sourire ou froncer les sourcils pendant l'émission. Pas étonnant que les  producteurs se fassent du fric! (Pop Star, Nice People, Star Académy, Loft Story), et jugés par un public incompétent. Les producteurs savent très bien que c'est ridicule comme concept, mais ils le font parce que ça marche.

 


 

Résumé

Même, si nos médias tentent de nous  détourner de l'essentiel en nous transformant en moutons sans cervelles, nous ne pourrons pas éviter de regarder la vérité en face lorsqu'il deviendra de plus en plus  difficile de vivre décemment. La télévision attise l'envie d'acheter, mais quand l'argent se fait rare, la dette augmente.

Dans un pays où nos enfants sont éduqués par des chaines de télévisions, sans morale et sans scrupules, qu'elle race de citoyens allons-nous devenir !!

 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 10 novembre 2010

Eteindre avant de s'éteindre

 

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

Club Appalaches.jpg

L'interdiction du tabac dans tous les lieux publics constitue une avancée en matière de santé publique. Il est vrai que fumer relève de la liberté individuelle. Il est aussi avéré qu'il est pratiquement impossible d'éliminer complètement le tabac de notre quotidien, sachant que plusieurs millions de personnes en vivent, mais, il convient de reconnaître que les conséquences du tabac sont graves. La cigarette est un produit qui entraîne la mort lorsqu'il est utilisé exactement comme le prévoit le fabricant.cancer poumon.jpg On sait parfaitement que la moitié des fumeurs réguliers d'aujourd'hui, finiront par mourir du tabagisme. Mais il est anormal que des centaines de milliers de personnes qui n'ont jamais fumé meurent chaque année de maladies dues à l'inhalation de la fumée des autres. Ainsi, fumer implique la santé de son entourage, celui que l'on côtoie tous les jours, au travail, à la maison ou en visite (la fréquence des cancers du poumon est de 17 fois plus élevée chez les fumeurs)


En Europe, des statistiques ont montré que la pause cigarette, que ce soit à l'extérieur des bâtiments ou dans le fumoir, entraîne des absences variables, interdiction.jpgune personne qui consomme quotidiennement cinq cigarettes sur son lieu de travail est inactive pendant cinq fois dix minutes (35 minutes par jour) x 220 jours = 128 heures de repos par an ou 18 jours de congés). Faut-il à présent interdire la vente et la consommation du tabac! qui est une véritable drogue. Regarder les exemples de la "prohibition" qui montrent qu'on aboutit souvent à l'inverse du résultat voulu, et la prise en main par la criminalité organisée de la vente clandestine des produits illicites. Donc il faut admettre que la vente et la consommation de tabac règlementée et contrôlée par l'Etat reste, la moins mauvaise des solutions, en attendant que les mentalités évoluent et soient prêtes à accepter une interdiction totale. En réalité, les pays prélèvent sur chaque paquet de cigarettes des taxes énormes et d'un autre côté l'UE verse chaque année ( (Bulgarie, France, Grèce, Espagne, Pologne, Roumanie et Hongrie). 7.800 euros par hectare de subventions pour les cultures de tabacs (ce sont les cultures les plus subventionnées) contre deux millions d'euros pour la lutte anti-tabac.

Le "livre noir de l'Europe"

(http://www.observatoiredessubventions.com/wp-content/uplo...  (Cliquer)

Écrit par Country francismarie dans L'Europe, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |