http://appalaches.skynetblogs.be/

mercredi, 09 mars 2016

L'Esclavage dans les "Temps modernes"

 http://appalaches.skynetblogs.be

Boulanger-gustave-clarence-rudolphe-french-1824-1888-the-slave-market.jpg


esclaves.jpgLes Egyptiens, les Grecs et les Romains préféraient garder vivants leurs prisonniers de guerre et en faire leurs esclaves, qui effectuent tout le nécessaire pour assurer la vie quotidienne aux citoyens, plutôt que les tuer. A cette époque, les esclaves étaient de race blanche. Ceux qui ne pouvaient pas payer leurs dettes devenaient esclaves, ainsi que les peuples barbares qui ne parlaient pas "leur" langue. D'ailleurs, chez les Romains, c'est le même mot qui désignait à la fois l'esclave et l'étranger. Il travaillait la terre dans les immenses propriétés nécessitant beaucoup de main-d'oeuvre. Au deuxième siècle, à Rome, il y avait 20.000 citoyens libres pour 400.000 esclaves. A Rome, on établira même une interdiction de travailler, car le négoce est considéré comme une activité dégradante, non conforme avec la qualité humaine. L’esclave ne peut dès lors pas être considéré comme humain, puisqu’il est voué aux tâches non humaines. En effet, le négoce est appelé "negotium" (la négation) de ce qu’on désignait comme "otium" (le loisir). Cette nécessité d’assurer le quotidien, la survie, l’alimentation, l’approvisionnement en eau était considérée comme un ensemble de tâches bassement terrestres. On laisse donc aux esclaves ces tâches, et les citoyens peuvent se consacrer à des activités plus plaisantes, gratuites, dégagées de toute nécessité, et par conséquent libres. Au Moyen âge, l'esclavage la traite orientale continue et fera 17 millions de victimes. Mais c'est au 16e siècle, avec la découverte de l'Amérique et la conquête du Nouveau Monde que l'esclavage s'intensifie. A cette époque, plusieurs grands pays européens (Hollandais, Français, Portugais, Espagnols,Anglais), désireux de s’approprier davantage de territoires et de richesses (or, argent, café, sucre, coton), chargent les pays européens de leur fournir les esclaves nécessaires (commerce triangulaire), grâce à des navires appartenant à des compagnies d'armateurs, financées par de riches familles européennes de la noblesse ou de la bourgeoisie. ESCLAVAGE.jpgEntre 9,5 et 10 millions d'Africains noirs ont été transportés de force (de Gambie, du Sénégal, du Libéria, de la Sierra Leone, de la Guinée, de la Côte-d'Ivoire, du Ghana, du Togo, du Dahomey et du Nigéria). Il serait inexact d’affirmer que le Blanc capturait tout seul le Noir pour le réduire en esclavage. Pendant ce trafic les esclaves noirs étaient rassemblés puis conduits vers les côtes par d’autres Noirs ou par des Arabes. C'est au VIIe siècle que s'organise la traite orientale des esclaves, qui a été "la traite négrière" dans le monde musulman. Elle durera en tout 13 siècles (elle se termine donc au XXe siècle). Le capitalisme tente de transformer tout le temps de loisirs en temps de consommation, qu'il s'agisse de tourisme, de voyages, de parcs d'attraction, de cinéma ou de gastronomie, tout est prétexte à exalter la valeur financière du loisir par-delà ses valeurs esthétiques ou morales, jusqu’à ne laisser qu’un vague sentiment de liberté, le temps d’une soirée, dont l’aspect reste vaguement ludique. Avec leur célèbre "siffler en travaillant", les sept nains de Blanche-Neige l’avaient déjà compris, la musique stimule, accréditant l'idée que l'on travaille mieux quand on est heureux. Cette utopie de plus, selon laquelle un infini appétit de l’homme pour le bien, le bon, le beau, le gratuit n’attendrait que la disparition des contraintes (travail) pour se révéler et se répandre. Adam_et_Eve.jpgDans la Genèse, la punition donnée à Adam et Eve, pour avoir commis le premier péché. "Tu travailleras à la sueur de ton front" (Genèse 3:9), et "tu accouchera dans la douleur" (Genèse 3:16). Dans cet extrait de la Genèse, le travail prend la forme d'une ultime punition de Dieu faite à l'homme qui ne pourra plus récolter les fruits de la nature sans effort. On ne peut pas présenter le travail comme une punition, mais la conséquence du péché originel, ce n'est pas que l'homme ait à travailler, mais que le travail devienne pénible, et l'enfantement douloureux. Le péché originel est le péché fondamental, l'erreur existentielle de base, qui est à l'origine des maux de toute existence, et que nous répétons tous, jour après jour, le seul péché qui compte, c'est de dire. "je n'ai pas besoin de Dieu, je fais ce que je veux". C'est ce qu'a fait Eve, quand elle prit le fruit, le trouva bon au goût, agréable à regarder, et elle déclara qu'il était bon. C'est comme si nous disions «Cette chose est bonne parce qu'elle me plaît, et donc je ne me soucie pas de savoir si elle est bonne pour le monde, si elle est créative, constructive. Je ne me place pas dans un rapport à Dieu en tant que créateur du monde, mais je me place moi-même au centre du monde". Le message de la Genèse est de nous faire comprendre que chaque fois que nous retombons dans ce péché originel, notre travail devient pénible et nos enfantements douloureux. L’ère industrielle, sans pour autant prôner l’esclavage, reprendra en fait cette répartition, en admettant cependant que ce sont bien des hommes qui sont mis au travail sur les chaînes de production ou les mines d’extraction, en considérant tout de même que la classe dirigeante ne doit pas se compromettre en effectuant de telles tâches.


Les-temps-modernes-.jpgEn 1936, le film "Les Temps modernes" (Modern Times), est souvent vu comme l'une des plus grandes réussites ouvertement politique. La vie d'un ouvrier d'usine, employé sur une chaîne de production. Après avoir été soumis à divers mauvais traitements, gavé par une machine ou contraint à visser des écrous à un rythme effréné sur une chaîne de montage accélérée, Charlot est atteint d'une dépression nerveuse, il est alors envoyé à l'hôpital. Après son rétablissement (devenu chômeur.... ), finalement, arpentant une route, on le voit se diriger vers un futur incertain, mais plein d'espérance. Les thèmes musicaux inclus sur la bande originale du film ont été composés par Chaplin lui-même, cette chanson devint alors le standard de pop "Smile" enregistré pour la première fois par Nat King Cole, puis d'autres (Dalida, Michael Jackson, Barbara Streisand, Pétula Clarck, etc.)  

https://www.youtube.com/watch?v=UN8oLGBNXpE.

l-esclavage-et-la-periode-coloniale.jpgAu 21ème siècle, l'esclavage est officiellement aboli dans tous les pays mais il existerait encore environ 100 millions d'esclaves dans le monde, ce qui représente probablement le plus haut chiffre jamais atteint. On le trouve en Afrique (Bénin, Togo, Ghana, Mauritanie...), en Amérique Centrale (Haïti, République Dominicaine...), en Amérique du Sud (Brésil, Pérou), en Asie (Thaïlande, Inde, Pakistan, Philippines, Chine....). Le travail forcé est toujours une triste réalité. Les produits que nous consommons et les services que nous utilisons sont ternis par l’esclavage moderne qui est partout. (Travail forcé, traite d’êtres humains, jeunes femmes mariées de force, servitude pour dette, enfants soldats...). Tous les jours nous consommons des produits issus de cet esclavage moderne et qui sont passés entre les mains des enfants qui nous laisse indifférent pendant leur conception (vêtements, aliments, gadgets, etc.). Nous haussons les épaules et nous devenons merveilleusement aveugles en disant que nous sommes très désolés que les choses soient comme cela, et nous continuons avec les consciences tranquilles d’acheter ces produits que nous utilisons selon notre convenance et notre bon plaisir. 

Anaconda.jpgLe livre de la Genèse contient l’entrée où Adam a mangé de l’Arbre de la Connaissance "du Bien et du Mal" ,du Mauvais et du Bon. Lorsqu’un enfant entend "des méchants" (le mal) ont tué des "gentils" (le bien). Il commence à voir le monde sous une attitude simplificatrice consistant à tout ramener à un combat du bien et du mal. Il cherche à comprendre qui sont les méchants et qui sont les gentils. Il commence à classer et à catégoriser ceux qui l’entourent c'est-a-dire les gentils et les méchants, les sots et les sages, les intelligents et les bêtes, les beaux et les moches, les populaires et les sans amis. En résument la situation à "des méchants ont tué des gentils", on donne une image bien simpliste du monde divisé entre le bien et le mal, parce que évidemment les gentils doivent éliminer les méchants qui cherchent à détruire le monde des gentil. Mais qu’est-ce qui fait la différence et où commence la dictature entre "un gentil qui tue un méchant et un méchant qui tue un gentil". On ne peut donc partager les humains entre les gentils et les méchants, les altruistes qui aiment leur prochain et les égoïstes qui n’aiment qu’eux-mêmes. Il y avait eu une alliance ou un accord entre Dieu et Adam spécifiant que ce dernier ne mangerait pas de cet arbre-là, tous les autres étaient à sa disposition (la tentation, était qu’ils pourraient être comme Dieu). Il y a des réactions fortes par des personnes contre cet enseignement biblique. "Je ne crois pas à ces histoires, parce que je n’aime pas ce qu'ont raconte". Moi non plus je n’aime pas les impôts, les guerres, le Sida, les meurtres et les tremblements de terre, mais cela ne les fait pas disparaitre pour autant, et je ne peux pas non plus les ignorer pour autant.


O' Brothers4.jpgDans le film "O' Brothers", les premières images montrent un camp de travaux forcés où des prisonniers noirs enchaînés cassent des pierres. Ils chantent la chanson "Po Lazarus" (https://www.youtube.com/watch?v=1Lz-whY0vWo) avec enthousiasme et frappent les pierres avec des merlins (masses) de manière synchronisée (un coup par mesure musicale). Cette scène imite les chants de travail (Worksong) des anciens esclaves afro-américains. Si dans le film les personnages principaux rencontrent Tommy Johnson à un carrefour au coin du feu en jouant "Hard Time Killing Floor Blues" (ce n'est pas un hasard, il a réellement existé).Tommy Johnson a été le premier bluesman à parler du "Pacte avec le Diable". Il a raconté qu'il avait rencontré le diable à un carrefour. Celui-ci lui a appris à jouer le blues en échange de son âme. Voici le film dans son résumé. "Dans le Mississippi profond, pendant la Grande Dépression. Trois prisonniers (des quasi-demeurés) enchaînés s'évadent du bagne. Ulysse Everett McGill, tête pensante du projet, a convaincu ses deux compères d'infortune, le gentil et simple Delmar et l'éternel râleur Pete, de le suivre en leur faisant miroiter un trésor enterré dans son jardin, à la suite d'un braquage de banque. Et il faut faire vite, car dans trois jours, sa maison sera engloutie sous les eaux d'un barrage. Une aventure qui ne sera pas sans embûches, d'autant qu'ils sont poursuivis par le redoutable et mystérieux shérif Cooley…
O Brothers2.jpgDans le film, la chanson "Man of Constant Sorrow". (L'homme au chagrin constant), doit bien avoir deux ou trois-cents ans. https://www.youtube.com/watch?v=meCZ5hWNRFU

 

o_brother_pardoned.jpgDans le film, avec la chanson du concert en salle, où il y a une salle bondée, qui est un métissage entre la musique country et le yodel apporté jadis aux États-Unis par les colons suisses et du Tyrol autrichiens, et adaptée par les chanteurs traditionnels américains, à leur façon. "In the jailhouse now". (Dans la prison maintenant) montre au refrain Pete qui chante en Yodel. Le groupe des quatre musiciens est baptisé "The Soggy Bottom Boys". (Les Culs Trempés). https://www.youtube.com/watch?v=_W9uwNlmg2c 


batèmes.jpgDans le film, ont l'on voit la scène des fidèles blancs chrétiens, qui se font laver de leurs péchés dans une rivière par un pasteur. On y voit les fidèles chanter la chanson de gospel "Down in the river to pray", (Descendons dans la rivière pour prier) a cappella (sans instruments). Ce sont quelques paroles de cette chanson qui donnent son titre au film. "Oh brother, let's go down … in the river to pray" (Ô frère, descendons … dans la rivière pour prier).  https://www.youtube.com/watch?v=2qw6Hon013E

libertés.jpgAux Etats-Unis, il existe des prisons dans laquelle les règlements sont encore identiques aux bagnes des temps anciens. Les prisonniers portent des uniformes à rayures et sont enchaînés aux pieds. Ils exécutent également des travaux forcés au bord des routes. Les Etats-Unis, qui se considère depuis longtemps comme un exemple de liberté et de démocratie, détient depuis longtemps un record que les autres pays ne sont pas prêts de leur disputer. Le treizième amendement n’a pas aboli l’esclavage, ils l’a limité à ceux qui sont reconnus coupables d’un crime. Le gouvernement a mis en place un cadre pour permettre aux entreprises américaines d’utiliser comme main d’œuvre la population carcérale (s'ils refusent de travailler, ils sont enfermés dans des cellules d'isolement). https://www.youtube.com/watch?v=c1O2X890tig

Écrit par Country francismarie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.