http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 25 janvier 2016

Naissance du peuple juif. Israël, Galilée, Samarie, Judée, Palaestina.

http://appalaches.skynetblogs.be/

886257-1091149.jpg

israel-histoire.jpgLe lieu de naissance du peuple juif, est le Pays d'Israël (Eretz Israel). Ce terme Israël apparaît pour la première fois dans la Bible pour désigner le nouveau nom de Jacob, fils d’Isaac et petit-fils d’Abraham (Gn 32, 22-29). C'est là que s'est déroulée une partie importante de sa longue histoire, dont le premier millénaire est relaté dans la Bible. C'est là que s'est forgée son identité culturelle, religieuse et nationale, c'est là également qu'il a maintenu une présence physique ininterrompue au cours des siècles, même lorsque la majorité du peuple a été déportée en exil. Pendant les longues années de sa dispersion, le peuple juif n'a jamais oublié ses attaches avec le Pays d'Israël. L'histoire des Juifs en terre d'Israël se développe sur près de 3000 ans et témoigne, malgré la dispersion des Juifs, de l'importance particulière, pour eux, de la terre d'Israël. A toute époque, malgré exils et massacres, il y a eu une vie juive en terre d'Israël. (Domination Romaine. Domination Bysantine. Domination Arabe. Les Croisés. Domination Mameluke. Domination Ottomane. Administration Britannique. Campagne du Sinaï. Guerre des Six jours. Guerre de Kippour). La Judée est désormais appelée Palaestina et Jérusalem Aelia Capitolina, ce nom est inventé par les Romains deux siècles après Jésus et ce nom n’apparaît pas dans la Bible, mais bien dans les termes de Galilée, de Samarie, de Judée, des provinces romaines. Jamais dans l'histoire les Arabes n'ont utilisé le terme latin "Palaestina" ou Palestine. Les Arabes ne peuvent pas prononcer ce nom car le son "P" n'existe pas en arabe. L'archéologie en Israël permet d'appréhender le lien entre le pays et son passé dans près de 3500 sites qui témoignent de millénaires d'histoire. De nombreuses découvertes confirment la continuité des liens entre le peuple juif et la Terre d'Israël.



Les écuries de Salomon à Meggido (ville cananéenne dans la vallée de Jezreel). En réalité, "l’écurie" est en fait un magasin royal, qui servirent sûrement de réserves à l'époque d'Hérode.
Les maisons de l'époque du royaume d'Isral et Eulm, dans la Cité de David (Jérusalem). Les bains rituels en plein désert à Massada (forteresse). Les fragments de quatorze rouleaux en parchemin découverts en plusieurs points sont d'une grande importance pour l'étude des différents textes de la Bible. Les fouilles on mis au jour plus de sept cents ostraka (fragments de poterie), une grande quantité d'objets, de monnaies et de squelettes.
Les manuscrits de la mer Morte (qui est en vérité un lac). Les manuscrits bibliques hébreux de la mer Morte en une écriture hébraïque d'une grande lisibilité sont antérieurs de plusieurs siècles aux plus anciens textes connus jusqu’alors et présentent un intérêt considérable pour la science biblique.
D'autres fouilles, ont également mis à jour des vestiges d'autres civilisations qui ont laissé leur empreinte sur le pays au cours des siècles et avec d'innombrables synagogues.
Il y a eu deux temples de Jérusalem. Salomon a bâti le premier autour de l'an 950 av. J.-C. Après la destruction du Temple de Jérusalem (586 av. J-C) par Nabuchodonosor roi de Babylone (Irak actuel). On changea ensuite de pouvoir et l'empire perse prit la place des Babyloniens. Les autorités perses avaient une politique différente soit envers les peuples conquis soit envers les autres religions. Ils permirent aux exilés de rentrer en Palestine vers l'an 538 av. J.-C. On bâtit un second temple, beaucoup plus modeste que le précédent car les moyens étaient limités. Ce second temple aurait été consacré en 515 avant notre ère. Hérode le Grand, soumis au pouvoir romain, qui n'était pas Juif mais Nabatéen, voulant se concilier les Juifs, le restaura de façon grandiose au tournant du Ier siècle de notre ère (à partir de 20-19 av. J.-C.). C'est ce second temple qui fut détruit par les armées romaines de Titus en 70 de notre ère, lors de la révolte contre l'empire romain à l'exception d'un pan du mur d'enceinte, le futur "Mur des Lamentations" - "Mur occidental". Le nom "Palestine" est devenu le nom de toute la terre de Canaan, y compris de la côte. Lorsque les Arabes s'emparent de Jérusalem, en 638, ils érigent la mosquée du dôme du Rocher, puis la mosquée Al-Aqsa, qu'on peut encore voir aujourd'hui. Le peuple palestinien a laissé alors la langue Cananéenne pour passer à l’Araméen et ensuite à l’Arabe. Le lieu est resté islamique, jusqu'à devenir, dans la terminologie française, "l'Esplanade des Mosquées", tandis que la terminologie anglaise préfère l'original "Mont du Temple". Temple-Israel-2.jpgDepuis que les Romains ont détruit le Second Temple en 70 après Jésus-Christ, les Juifs prient pour qu’il soit rebâti, sur laquelle se dressait autrefois l’antique Temple des Juifs. Les prophéties de la Bible affirment qu’un nouveau Temple occupera à nouveau cette plate-forme, dans le cadre du programme que Dieu tient en réserve pour la nation d’Israël dans la fin des temps. Ces prophéties se trouvent aussi bien dans l’Ancien Testament (Esaïe 2:2-3; Ezéchiel 37:26-28 et 40:48; Daniel 9:27; Michée 4:1-2; Aggée 2:7-9, Zacharie 6:12-15 et 14:20). Selon le verset biblique. "Je les amènerai sur ma montagne sainte, ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples" (Esaïe 56:7). Si l’Eglise Chrétienne semble divisée maintenant, imaginez la grande controverse dans les jours à venir lorsque le Troisième Temple Juif sera reconstruit ? Ce qui pose problème n’est pas le réfugié palestinien, Israëlien ou Arabe. Ce qui pose problème c’est que des hommes et des femmes habitent depuis des millénaires sur la terre d’Israël, qu’ils soient juifs, qu’ils soient chrétiens ou qu’ils soient musulmans, il y a toujours eu des étrangers en terre d’Israël.

Le veau d'or.jpgIdolatrie.jpgAujourd'hui, il existe bien des veaux d'or, certes, ils n'ont aucune ressemblance visuelle avec l'effigie du veau d'or mais ils contiennent la même illusion des hommes à se passer de Dieu en se créant eux-mêmes leurs propres passions et leur propres idoles. De nos jours, on pense que l'idolâtrie a disparu à tout jamais. Qui croit encore qu'une statuette ou une image est un Dieu capable de nous aider et de nous comprendre. Pourtant nous ne pouvons nier qu’encore aujourd’hui, l’homme est continuellement à la recherche d’un sujet comme objet d’adoration. II n’est pas rare de voir des gens s’exclamer en disant à propos de tel ou telle personne "c’est mon idole". Les hommes adorent les stades, les salles de concerts..., qu’ils ont contribué à créer eux-mêmes et à la domination desquelles ils se soumettent ou se laissent influencer. Les stars d’aujourd’hui héritent de cette idolâtrie, les millions d’admirateurs(ces) qui envoient des photos, des messages à leurs stars favorites, les millions de followers sur Twitter, ou de "j’aime" sur facebook, les cris lorsque l’objet de leur convoitise passe en voiture devant eux ou sur le tapis rouge. Et ces petits dieux du sport (joueurs football, basket, rugby, tennis, courses automobiles....), survitaminés, dévorés par la masse des fidèles qui en veut toujours plus, ou ces admirateurs qui s'habillent, qui se coiffe comme lui ou elle (chanteurs, acteurs), qui imitent ses phrasés, ses gestes et pour lesquels on n'hésitera pas à dépenser une somme importante. Le veau d’or est une statuette d’or tiré des bijoux que portaient les hébreux ("l’avoir") considérant que c’est leur or qui les ont sorti d’Egypte…La Bible est clair, les chants au Veau d’Or disaient. "Voici le Dieu qui nous a fait sortir d’Egypte". Ce culte idolâtrique est vain, creux, et pourtant ils ont cru que toutes les richesses qu’ils possédaient, tous leurs biens, les avaient délivrés de la puissance militaire et politique Egyptienne… S'il nous arrive de considérer que l'or, la richesse, les biens matériels, sont au-dessus de tout et constituent le premier but à atteindre dans la vie, nous arriverons forcément à tout leur sacrifier (Parents, amis, etc.). Oui, nous sommes revenus au point d'où nous sommes partis, c'est-à-dire à l'adoration du veau d'or. 

Écrit par Country francismarie dans Général, Religions | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.