http://appalaches.skynetblogs.be/

vendredi, 22 janvier 2016

Les tonneaux vides sont ceux qui font le plus de bruit

 http://appalaches.skynetblogs.be/  

visuel-bruiten.jpg

Avant l'arrivée des machines, les bruits les plus forts venaient de la nature. Dans de nombreuses cultures anciennes le grondement du tonnerre ou le mugissement de la mer étaient une manifestation divine, un message de Dieu, c'est pourquoi ces bruits revêtaient un caractère sacré. Il y a 3000 ans, on racontait qu'à Babylone des hommes périrent dans un déluge, car ils avaient été trop bruyants et qu'ils avaient dérangé leur Dieu. Mais bientôt les hommes apprirent qu'en faisant du bruit, ils acquerraient du pouvoir. Lorsque les Grecs ou les Romains allaient livrer bataille, ils tambourinaient sur leurs boucliers, soufflaient dans leurs trompettes et criaient à plein poumons. De cette manière, les soldats étaient censés être prêts pour le combat et en même temps, ils avaient semé la peur chez l'ennemi. Il est très facile d'imaginer, le bruit occasionné par le fracas des armes, le rugissement des chevaux et le cri des combattants. Même la vie quotidienne, durant l'Antiquité, n'était pas silencieuse. Le philosophe romain Sénèque se plaignait du bruit dans un établissement de bains et le bruit dans les rues de Rome était si fort qu'il était pratiquement impossible de dormir la nuit. La nature du bruit n'a guère changé durant le Moyen Age et le début des temps modernes. Le brouhaha des marchés, les bruits des sabots, le claquement des fouets et le martelage des artisans en étaient les bruits dominants. La sonnerie des cloches des églises était par contre quelque chose de nouveau. Dans toutes les villes et dans la plupart des villages européens, le son puissant des cloches était un moyen de communication de masse, en annonçant les événements concernant la communauté, qu'ils soient civils ou religieux. Le cri "Noël" (signe de joie), joue un rôle essentiel lors du sacre du roi ou lors de ses entrées dans les villes. Le cri de la nativité, marque le passage de l'extérieur vers l'intérieur de la ville, dans les entrées royales, l'avènement du roi ou les naissances d'importance. Saluant la nativité du Christ.


chut-plus-de-bruit.jpgNotre monde est un monde bruyant, au travail, dans nos loisirs, à la maison, dans la rue, le bruit est partout, surtout dans les agglomérations de nos sociétés dites civilisées. Ces cinquante dernières années se sont multipliée d'intensité dans laquelle se déroule notre vie quotidienne de citadins. Notre organisme n'a pas été construit pour résister sans dommages à des sollicitations acoustiques anormales et incessamment répétées. Le bruit, s'il peut être facteur de joie, peut aussi constituer un véritable fléau. Autrefois, l’on était à peu près certain de vivre dans la quiétude à la campagne, mais le bruit est permanent à l'heure actuelle, sur les routes, dans les villes, et les lieux de travail, il n’y a que du bruit. Dans la nature on trouve de moins en moins de silence, et même le ciel maintenant est devenu bruyant (nous n'avons plus le réflexe de faire une balade en silence). Aujourd'hui, nous vivons dans un monde extrêmement bruyant et la fréquentation des boîtes de nuit techno est devenue un signe de distinction sociale. En effet, les danses frénétiques au son du Dance Music, du Techno et du Rap dans l'atmosphère psychédélique (substances hallucinogènes), et les méga-concerts dans les stades avec leurs idoles lascives (sensuelle) déchaînant une foule en transe ont remplacé les messes comme occasion de communion collective avec cette musique dont on se sert pour remplir nos vides. Maintenant la musique commerciale gouverne les lieux publics, omniprésente dans tous les magasins, sur toutes les chaînes de télévision ou de radio, dans toutes les salles d'attente. De plus, elle est jouée ou diffusée très fortement lors des concerts, au cinéma, dans les restaurants ou les boutiques.

zombies-portables.jpgUn autre élément est rentré dans nos vies récemment, c’est l’omniprésence du téléphone portable. On ne peut pas rester longtemps dans la rue sans croiser une personne en pleine conversation. Dès que l'occasion se présente nous nous branchons automatiquement sur notre "iPod" avec lesquels il devient aujourd'hui possible d’écouter la radio ou ses morceaux favoris dans les transports en commun, en voiture, dans la rue (ces objets sont partout). On se demande où aller pour avoir le silence, nous le recherchons tous à un moment ou à un autre, car le silence nous permet de nous concentrer, de réfléchir, de bien faire les choses, d’écouter, de comprendre, d’apprendre. Le silence est indispensable pour se focaliser sur ce qu’on veut faire, hélas, le bruit ne favorise pas la réflexion. Il est incompatible avec l’idéal du dialogue et de l’échange. Pendant des siècles, le christianisme avait enseigné que la spiritualité passait par une alternance de silence et de musique. La vie monastique avait porté à sa perfection cette règle de vie avec le recueillement, la prière et le silence. Quatre moines avaient décidé de méditer en silence pendant deux semaines. A la tombée de la nuit du premier jour, leur chandelle commença à vaciller puis s’éteignit. Le premier moine dit. "Oh, non la chandelle s’est éteinte".  "Le deuxième moine dit. "Est-ce qu’on n’était pas censés rester silencieux". Le troisième dit alors. "Pourquoi faut-il que vous deux, vous brisiez le vœu de silence". Le quatrième moine dit.  "Donc, je suis le seul qui n’ait pas parlé".Nous ne sommes pas toujours à l’aise avec le silence.

trois-singes.jpgSi nous sommes dans un dîner, une rencontre entre amis, une activité quelconque, on se sent souvent obligé de "meubler" le silence, de parler, d’entretenir la conversation. Souvent même, ce que nous avons alors à dire n’est pas plus beau que le silence. Quand vous revenez d’un environnement bruyant et que vous fermez la porte derrière vous, vous êtes soulagés du silence que vous "entendez" enfin. ("Silence, on tourne" diraient les réalisateurs avant de démarrer le tournage de leur film). Il arrive souvent qu’on nous demande le silence en criant (paradoxal, non). On croit les sourds silencieux, il n'en est rien. Il font du bruit quand ils boivent, du bruit quand ils mangent, des bruits intimes. La voix est gutturale ou criarde, très aiguë ou très grave, ou les deux à la fois, selon le timbre. Mais attention, il n’est pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre et nous sommes tous de ces gens qui, parfois, préférons nous boucher les oreilles. Vous connaissez, les singes de la sagesse (d'origine asiatique) constitué de trois singes, dont chacun se couvre une partie différente du visage avec les mains.
Le premier les yeux. (Ne voient rien, écoutent les autres et en parlent… ).
Le deuxième la bouche. (Qui entendent et voient des choses, mais n'en parlent pas… )
Le troisième les oreilles. (Qui voient des choses et en parlent, mais n'écoutent pas ce que l'on leur dit…). A celui qui suit cette maxime, il n'arriverait que du bien.

ronfleur.jpgLe ronflement (ronchopathie) n’est pas un problème de santé comme tel, mais il peut devenir très incommodant. Les bruits de vos ronflements empêchent tout le monde de dormir, mais aussi vous-même. De plus, vous commencez à culpabiliser. Vous vous réveillez avec l’angoisse d’être en train de ronfler. Au final, tout le monde passe une mauvaise nuit. Les ronfleurs sont handicapés dans toutes les situations. (Ils n’osent plus aller dormir chez des amis. En voyage, personne ne veut partager leur chambre. Ils n’osent plus dormir en refuge ou en auberge de jeunesse de peur de provoquer les foudres du dortoir tout entier. Ils sont obligés de se réserver une chambre à part à l’hôtel. C’est l’objet de disputes conjugales. qui exige de faire chambre à part…). Cette vibration peut avoir diverses origines dont l’embonpoint, qui induit un rétrécissement de la gorge, est régulièrement pointé comme une cause majeure, de même que la consommation d’alcool, qui accentue le relâchement musculaire, ou encore de tabac, qui obstrue les voies nasales. Plus prosaïquement, le fait de dormir sur le dos favorise également le ronflement. Les ronflements ne sont pas réservés aux êtres humains, bien au contraire, certains chats et chiens ronflent. Si tous les chats et les chiens peuvent ronfler, ce phénomène est plus répandu chez certaines races, et notamment celles ayant un nez court (le Persan, Exotic Shorthair), de même pour les chiens ayant un nez court (le Shih-Tzu, le Pékinois, le Bulldog, le Sharpei, le Boxer, le Carlin, le Boston Terrier, etc.).


pollutionsonoregrancetueuse.jpgEn conclusion, le seul moment où vous entendez le silence absolu, "c'est quand vous êtes mort". L'oreille est aujourd'hui soumise à plus de sons que jamais auparavant dans l'histoire. Dans nos villes où nous sommes assaillis par la prolifération des bruits, des médias, des portables, saturés par un flot de sonneries, de paroles, de musiques d’ambiance, le silence est devenu presque inquiétant. Il devient de plus en plus évident que la société occidentale est en train de s'assourdir par l'intensité du bruit et de la musique qu'elle tolère et encourage. Quant au scandale, eh bien!, cherchez-le.
 

Écrit par Country francismarie dans sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.