http://appalaches.skynetblogs.be/

mercredi, 20 janvier 2016

A chacun sa merde !

 http://appalaches.skynetblogs.be/

La Préhistoire est définie comme la période qui commença voici environ trois à cinq millions d’années avec l’apparition des premiers humains jusqu’à la genèse de l’écriture. Produisant encore peu de déchets, ils laissent alors à la nature le soin de faire disparaître leurs restes.

Toilettes-antiques.jpg

papier-toilette.jpgPour beaucoup de gens l'excrément (fécès, étrons, selles, grosses commissions, crottes, déjections, bronzes, colombins, cacas, merdes) est tabou. Pourtant, tout le monde en fait et il n'y a pas à avoir honte. D'ailleurs, si on parlait plus librement de nos excréments, on saurait peut-être se soigner plus efficacement, car ils en disent long sur notre santé, selon leur texture, leur odeur, et leur couleur. L’excrément nous donne de précieux indices sur l’histoire de l’homme, de son mode de vie, et de ses habitudes alimentaires. Il permet de déduire quel était le menu de nos ancêtres et quelles maladies les frappaient. L’excrément est une matière première précieuse dans l’agriculture et même l’industrie de certaines sociétés. Transformé, recyclé, on redécouvre ses vertus. Il y a un vieux dicton qui dit que "la mort commence par le côlon". C’est plutôt simpliste, mais quand même vraie. Bien que dans l’intimité ce soulagement du ventre soit généralement source de plaisir. Il n’est dès lors pas étonnant que les expressions tournant autour des matières fécales et de la défécation soient considérées comme vulgaires, à valeur exclamative (Merde alors !), dépréciative (C’est chiant.), insultantes (Va chier !), le "Chacun sa merde" est une réalité au sens propre et figuré. Mais déféquer n’a pas toujours été si mal vu. Il n’y a pas si longtemps encore, les médecins faisaient la tournée des pots de chambre dans les hôpitaux qui consistait à vérifier l’état des selles.


les grands besoins se faisaient aux latrines publiques,.jpgLes premiers vestiges des toilettes (siège d'aisance) datent de 2500 av. J.-C. (Dans l'Empire romain, en Egypte et en Chine). Avec l'arrivée du Moyen Age, les égouts construits par les Romains disparaissent, faute d'être entretenus, c'est l'époque du "tout-à-la rue" ! Excréments et eaux usées s'y mêlent et nagent dans les rigoles se trouvant au centre des rues... A l’aube de la Renaissance, il faudra encore beaucoup d’efforts pour que les villes et plus encore les petites villes, et les quartiers secondaires ou les plus pauvres puissent être salubres. Les matières fécales, ou excréments humains sont utilisés massivement dans l'agriculture. Dans les grandes villes, des paysans organisent des rotations de charrettes, pour aller recueillir les excréments pour les cultures, ce qui soulage les villes (le caca est donc scientifiquement non dangereux pour l’environnement). Durant tout le Moyen Age, les matières fécales humaines sont les engrais courants pour les cultures, avec les matières fécales animales, comme le lisier de porc. Le commerce de matières fécales humaines comme engrais était courant en Europe occidentale. Mais à la Renaissance, on redécouvre des valeurs d'hygiène perdues depuis l'époque romaine,et on recommença à construire des égouts, puis avec la révolution industrielle du XIXe siècle, les constructions d'égouts sont la norme partout, même dans les petits villages. l-argent-n-a-pas-d'odeur.jpgLa célèbre phrase de l’empereur Vespasien "l’argent n’a pas d’odeur" doit être comprise dans ce contexte. Les grands besoins se faisaient aux latrines publiques, dans une ambiance conviviale, propice à la conversation. Dans l’Antiquité romaine, par exemple, déféquer se pratiquait en compagnie d’autres personnes. Les latrines étaient des lieux de sociabilité appréciés des classes moyennes, où il était de bon ton de palabrer de l’actualité et des affaires de manière décontractée. Les Romains avaient même un dieu des latrines publiques (Stercutius), divinité des lieux d’aisances, du fumier et des excréments. C’est dire la valeur que les citoyens accordaient à cet endroit. 

les excréments.jpgPlutôt que de les envoyer à l’égout, pourquoi ne pas collecter les déjections humaines et les convertir en une source d’énergie qui est le biogaz ainsi obtenu. Chauffer de la nourriture, faire pousser des plantes, alimenter des véhicules sont déjà possibles avec les déjections humaines.
Pour faire la cuisine, le bois qui servait à chauffer la nourriture a été remplacé par du biogaz, généré à partir des excréments (plus écolo, moins chère et moins dangereuse pour la santé).
Pour fabriquer une brique 100% naturelle, fabriquée à base de sable, de bactéries, de chlorure de calcium et... d'urine. Le processus de fabrication ne nécessite aucune cuisson, ce qui fait économiser énormément d'énergie. On considère que 400 arbres doivent être brûlés pour fabriquer 25.000 briques classiques.
Pour faire pousser des plantes, comme fertilisants. Elle nécessite de séparer l'urine des excréments, traités différemment. La première doit être mise de côté un mois avant d'être utilisable. Les seconds doivent être recouverts de cendre de bois et de terre pour éliminer les parasites qu'ils contiennent (une solution efficace et bon marché pour les agriculteurs).
Pour alimenter sa voiture, qui roule grâce à des excréments. Les déjections de 70 foyers permettent de parcourir 16.000 kilomètres par an (techniquement, le système est parfaitement fonctionnel).
additifs-alimentaires.jpgOn a tendance à croire que les excréments humains dégagent une odeur fétide. Lorsque les intestins fonctionnent bien et que le côlon fait son travail dans les meilleures conditions, les selles ne dégagent pas de mauvaise odeur. C'est notre style de vie moderne avec l’industrie alimentaire, comme les gras animaux, les gras trans, les charcuteries sous vide, les plats préparés, les sauces grasses, le sel, les viennoiseries, les sodas, les boissons énergisantes, les friandises et produits sucrés, etc; avec un niveau toujours croissant de stress qui contribuent à cette crise de santé gastro-intestinale. Les additifs alimentaires sont ajoutés aux produits industriels pour en améliorer l’aspect, le goût ou le temps de conservation. Ce qui ne peut être éliminé de votre urine doit passer par le côlon. Voici les additifs alimentaires qui sont ajoutés aux produits industriels pour en améliorer l’aspect, le goût ou le temps de conservation.
Le sirop de glucose fructose (sucre extrait du maïs).
Les colorants artificiels (codes E100 à E199).
Les édulcorants artificiels (coca light).
L'hydroxytoluène butylé ((antioxydant synthétique - code E321).
Les huiles partiellement hydrogénées (beurre, viande).
Le glutamate de sodium (exhausteur de goût).
Le benzoate de sodium (agent de conservation).

matière fécale.jpegEt si la "malbouffe" n’avait jamais aussi bien porté son nom. Au moment de l’abattage puis de la transformation, les matières fécales, restées sur la peau des bêtes ou dans leurs intestins ne sont jamais éliminées durant le circuit de production. Généralement présents à la seule surface de la viande, les excréments peuvent alors disparaître sans mal durant la cuisson. Mais avec du bœuf haché, il y a des matières fécales dans pratiquement tous les hamburgers, les bactéries se mélangent dans la viande. Autrement dit, elles contaminent toute la viande, y compris celle qui se trouve au milieu de votre hamburger. En outre, il y a aussi ce problème où la viande et le gras utilisés pour fabriquer des steaks hachés proviennent la plupart du temps de différentes bêtes, donc la quasi-totalité de la viande hachée contient des bactéries impliquant une contamination fécale. On peut tout de même se demander qui serait prêt à manger un steak préparé à partir de déjections, tout du moins en connaissance de cause. Alors, il n’y a pas à se demander pourquoi nous devenons malade et continuons à l’être. Il ne tient qu'à vous d'entretenir ce jardin, de le réensemencer régulièrement, d'éliminer les mauvaises herbes, de lui apporter de l'engrais... ou alors de le laisser à l'abandon.  https://youtu.be/IMhchn7nnJs   . Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire. Bon appétit


 

Écrit par Country francismarie dans Général, sante et danger | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.