http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 07 septembre 2015

Vivre avec l’inacceptable !!! Ou vivre avec l’acceptable.

  http://appalaches.skynetblogs.be/

l'enfer.jpgLes femmes et les hommes ont peuplé la terre en évoluant de façon différente en fonction du hasard, de l’environnement et par sélection de certaines caractéristiques de leur patrimoine génétique, ce qui explique nos différences et que chacun est un être unique, même si nous faisons tous partie de la même espèce (Homo Sapiens). Les théories racistes, ont proliféré tout au long de l’histoire pour justifier l’esclavage, la colonisation, le nazisme, la ségrégation, l’apartheid….Combattre le racisme en laissant entendre que les races n’existent pas est une ineptie. Tout un chacun sait d’expérience courante qu’il existe des Blancs, des Noirs, des Jaunes, et que l’on peut même faire quelques distinctions à l’intérieur de ces groupes; et tout un chacun sait que ces groupes sont appelés "races". Il ne s’agit donc pas de nier les différences individuelles ou raciales par une quelconque pantalonnade génétique (pièce burlesque jouée par Pantalon). Ouvrons le journal, allumons la télé ou la radio, nous voilà inondés de mauvaises nouvelles. Depuis l’avènement des médias dans nos sociétés modernes, le crime n’a jamais été autant banalisé et aussi esthétisé qu’aujourd’hui. Si l'on se tue assez peu dans le monde actuel, celui-ci n'est pas pour autant devenu pacifique. Les tensions sociales et les déséquilibres internationaux, notamment démographiques et géopolitique, sont plus grands que jamais. L'immigration, ces personnes qui ne veulent pas nécessairement quitter leur pays d’origine mais qui le doivent parce qu’elle en est forcée (problèmes économiques, problèmes politiques, guerres, menace de mort, inondations, sécheresse etc.). Si les pays d’accueil se sentent également menacés par l’immigration, c'est d’abord parce qu’il y a la crise du travail. Certains ont peur et se sentent menacés dans leur culture, dans leur sécurité. Ces mots rappellent une réalité vieille comme le monde et dont il est peu probable qu'elle disparaisse un jour (la violence, l'insécurité, la peur). Il n'empêche que, depuis le meurtre biblique d'Abel par son frère Caïn, la violence a beaucoup évolué en nature et en intensité..., en témoignent toute la littérature et toutes les productions cinématographiques qui lui sont consacrées (tueurs en série, mafias, terroristes) deviennent cultes. La télévision serait sans doute plus explicatifs, avec le déclin de la famille, la perte de crédit des institutions. Ces remarques critiques rappelle que la télévision et le cinéma, tout comme l'image, n'invente pas la violence qu'elle montre et la place qu'elle prend, mais est celle qu'on a bien voulu lui laisser prendre. Dès lors, il n'y a peut-être pas d'image innocente, mais il n'y a pas non plus de spectateur totalement innocent (le comportement est la reproduction du comportement vu à l'écran). Les progrès scientifiques, techniques, les avancées du droit nous avaient fait croire que nous allions vers une société de plus en plus harmonieuse, sans conflits, qu’il nous serait possible de maîtriser nos destinées. Des mots d’ordre tels que "Il faut être positif, ouvert, accueillant", ont rendu le malheur, la souffrance, l'inacceptable. En fait, nous avons vécu dans l’illusion d’un monde aseptisé, anesthésié. Quelle folie d’imaginer que la souffrance, la maladie, la violence, puissent être évacuées, alors que l’épreuve, la destruction, la mort, font pleinement partie de la vie. Dans tous les cas, la violence est le fruit d’une construction, elle ne sort pas de nulle part. Il n’y a donc pas de fatalité, ce que l’homme a construit, il peut le déconstruire, car la singularité de l’Homme, c’est qu’il sait qui il a été et envisage qui il sera. La violence n’est pas une fatalité, nous pouvons et nous devons la vaincre et cela est possible dans la force d’aimer. cain  tuan Abel.jpgSi l’on croit dans un Dieu de violence, alors on finit par agir avec violence dans le monde, et si l’on croit dans un Dieu de pardon, de grâce et de tendresse, alors nous pourrons être ainsi pour les autres. Toute la Bible nous encourage au respect mutuel, à l’entraide, au pardon. (Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux). Malheureusement, le drame vécu par Adam et Eve semble avoir contaminé leurs enfants (Caïn et Abel) et la violence s’installa peu à peu dans l’humanité. Eve (signifie vie) parce qu'elle est la mère de toute l'humanité. Héritière d'un monde parfait, en paix avec son Dieu et avec son mari seul être humain à ses côtés sur la planète, elle vivait dans le paradis terrestre où tout était plaisir. Elle ignorait absolument le sens même de la confusion, des malentendus, de la brouille, de l'envie, de l'amertume, de la souffrance, de la violence, du mal, de la culpabilité, de l'orgueil... jusqu'à ce qu'elle écoute son ennemi et commence à douter de Dieu. Cependant la promesse de Dieu, lui assurant que sa progéniture détruirait finalement son ennemi, avait mis du baume dans son cœur. "Dans la Genèse, la femme reçoit la promesse qu'un jour l'humanité écrasera la tête du serpent. Pour être sûr de retrouver Eve, il n'y a donc plus qu'à attendre la fin du monde".


Tout ce qui vient d’être dit est incontestable et certain, parce que ce monde est leur propre monde qu’ils bâtissent selon leurs points de vue, en étant persuadés qu’ils domineront toujours sans qu’il n’y ait jamais de fin. Aveuglés et inconscients du désastre, ils ne voient pas où ils emmènent les nations. N’ayant jamais lu les Écritures qui les condamnent ouvertement, ils se laissent alors aller à leurs désirs de gloire et de puissance qui les rend présomptueux, aveugles, sourds, arrogants et destructeurs. C’est pourquoi ceux qui gouvernent en osant prétendre construire l’avenir, comme s’ils étaient les maîtres du cours de la vie, feraient mieux de se taire devant l’inévitable fin du monde qu’ils ont apportée. (Fin du monde, signifie fin des malheurs sur terre et fin de ceux qui les apportent).europe qui-sombre.jpg La grande majorité de nos élites, qu’elles soient nationales, supranationales, imposent à l’Europe et à ses populations d’absorber et de subir une immigration à haut risque, créée en grande partie par leur propre politique extérieure, que l’on pense à la folle politique européenne et occidentale en Irak, en Libye, en Syrie, au Kosovo, en Ukraine. Le mythe d’une Europe en paix et libérée de toutes frontières créera de nouveaux Kosovo. On appliquera les "droits culturels" auxquels peuvent prétendre les minorités, avec une politique ethniques européenne, faisant du divorce de masse et de l'avortement en série (l'horizon de notre politique familiale), pour lui préférer une Europe qui retrouve ses racines chrétiennes et parvienne à répandre la vérité qui est son véritable héritage et qui a réussi à unifier les peuples européens pour leur donner une place si importante dans l'Histoire. Nous ne devons pas oublier que les gens qui viennent ici ont grandi dans une culture et une religion différente (nous représentons une culture complètement différente). La charité n’a rien à voir avec la solidarité, la charité c’est sauver et promouvoir le christianisme, ce n’est pas l’ensevelir sous les flots de l’Islam, car seule la Vérité sauve, et la Vérité c’est le Christ.

Écrit par Country francismarie dans Religions | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.