http://appalaches.skynetblogs.be/

vendredi, 22 mai 2015

Les grands empires sont voués au déclin.

http://appalaches.skynetblogs.be/

declin_usa.jpgHistoriquement la plupart des empires sont le fruit de conquêtes militaires par des États puissants. L’Espagne au XVIe siècle et la Hollande au XVIIe constituèrent de puissants empires, comme l'empire Macédonien, l'empire Persan, l'empire Byzantin, l'empire romain, l’empire britannique,l'empire ottoman. Aujourd'hui l'empire des Etats-Unis qui étaient une source de paix, de stabilité, maintenant, ils sont devenus un facteur de désordre comme aux Vietnam, en Afghanistan, en Irak, aux Yémen, etc. Or la mise en parallèle de l’histoire américaine et de l’histoire romaine s’impose d’autant plus que, depuis leur fondation, les États-Unis se sont réclamés de la République romaine en se plaçant eux-mêmes dans la tradition de celle-ci. L’histoire de la tour de Babel (la porte du Dieu), n’est ni une légende, ni un mythe. C’est un récit qu’il faut étudier soigneusement, car il contient des leçons importantes pour l’humanité. La construction de la tour fut associée à un événement central, qui influença le cours de l’histoire de l’humanité. Construire une ville fortifiée, impressionnante et puissante, avec une tour immense, rehausserait le prestige. Créer un empire constitué de nombreuses villes permettait de dominer militairement, économiquement et politiquement, toute la région environnante (un empire mondial. .). Cette histoire qui explique l'existence de plusieurs langues, illustre la nécessité de se comprendre pour réaliser de grands projets, et le risque d'échouer si chacun utilise son propre jargon. Au cours des années qui suivirent la Première Guerre mondiale, l’Europe perdit son rôle de meneur dans le monde, au profit des Etats-Unis. Les intellectuels virent dans l’unification de l’Europe le seul moyen de remédier à son déclin. Les efforts actuels pour une intégration européenne sont une tentative de reconquête du rôle de meneur sur la scène mondiale. Les architectes de l’Union européenne reconnaissent le parallèle qui existe entre la tour de "Babel" et leurs efforts pour "bâtir" une Europe nouvelle (création d’une monnaie commune, création d'une banque centrale, des lois communes, un système judiciaire européen, une force de police, une armée européenne, une politique étrangère commune et une constitution). tour-de-babel.jpgLe Conseil de l’Europe s’est servi d’un poster de la tour de "Babel", pour promouvoir la construction de l’Europe. Lors des visites guidées au Parlement européen à Bruxelles, on peut entendre une cassette audio des langues parlées par l’ensemble des délégations, c’est comme une tour de Babel moderne. La première motivation des architectes de la ville et de la tour de "Babel" était leur soif de puissance et de gloire. Ce même sentiment est profondément enraciné parmi les partisans d’une Europe unie. L’Histoire nous apprend que, toutes ces tentatives pour apporter l’unité et la paix durables sur un continent déchiré par la guerre se soldèrent par un échec. Si le passé de l’Europe est entaché de sang, c’est en partie à cause du recourt aux armes pour établir un empire unique, sous un seul dirigeant et sous une seule religion. La propagande nazie envisageait une Europe de paix, et la disparition des conflits. On entend la même chose aujourd’hui (les nations qui s’opposeront à l’unification "ne pourront pas empêcher les autres de le faire"). Le malaise provient du fait qu'il laisse l'impression de vouloir construire une machine de guerre économique et militaire capable d'imposer la domination de l'Europe sur ses rivaux. Ce qui rappelle de mauvais souvenirs et fait un peu froid dans le dos. (les grands empires sont voués au déclin).

l'hégémonique des yankées.jpg

 

onclesam.jpgLes USA deviennent ces dernières années plutôt repoussants tant les excès y sont nombreux y compris sur la scène internationale (espionnages, coup d'états, menaces, escadrons de la mort, écoles de torture, kidnapping, assassinats etc.). Les États-Unis, est un empire en déclin, en faillite et qui a déjà perdu la guerre des valeurs qu’il incarnait jadis (liberté, justice, possibilités ouvertes à tous). Bref, le rêve américain a été définitivement détruit le 11 Septembre 2001, lors de l’effondrement des "Twin Towers" (tours du World Trade Center). Il est intéressant de remarquer que le drame de Manhattan est mis en relation avec Bagdad, c’est-à-dire Babylone. Avec quelques quatre mille ans d’écart, Babylone et New-York ont été également frappées pour avoir eu la prétention de dominer le monde du haut de leur tour. "Si un mythe moderne devait se former sur l’événement du 11 septembre 2001, il devrait dire que les tours de Manhattan sont tombées parce que l’Amérique avait oublié Yhwh (Dieu) et choisi Mamon" (richesse naraméen). Depuis 1823, les États-Unis se considèrent comme les arbitres de l'évolution politique et économique de l'Amérique latine (le sucre de canne, le café, les bananes, le pétrole, le cuivre et l'étain) n'hésitant pas à intervenir directement par la force militairement si Washington pense que c'est nécessaire, comme ils le firent en 1954 au Guatemala. Un an après l'Iran, les Etats-Unis décident d'écarter le président Jacobo Arbenz, avec qui les relations se sont dégradées à cause d'une réforme agraire qui menaçait les propriétés de la "United Fruit Company". Pour ce faire, la CIA arme des rebelles et des troupes paramilitaires. Son départ sera suivi par une successions de juntes militaires au pouvoir. En 1960 au Congo, une intervention de l'armée belge, soutenue par les Etats-Unis, chasse du pouvoir le premier ministre Patrice Lumumba. Face à sa résistance, la CIA prend contact et soutient des personnes planifiant de l'assassiner. Après une première tentative ratée d'empoisonnement, elle informe les troupes congolaises de sa localisation. Il est capturé puis tué l'année suivante. En 1961, en République dominicaine, la CIA aide l'assassin du dictateur Rafael Trujillo, notamment en fournissant des armes. En 1963, au Sud-Vietnam, la CIA aide des généraux qui prévoient d'assassiner le président Ngo Dinh Diem. Selon un document du Pentagone,"A partir d'août 1963, nous avons tour à tour autorisé, sanctionné et encouragé l'effort des généraux vietnamiens pour organiser un coup d'Etat. (...) Nous avons maintenu un contact clandestin avec eux au cours de la planification et de l'exécution du coup d'Etat, cherché à réviser leur plan opérationnel, et proposé un nouveau gouvernement. En 1964, au Brésil, les Etats-Unis soutiennent le coup d'Etat du général Humberto Castello Branco, en poussant à des manifestations contre le gouvernement et en fournissant de l'essence et des armes "non originaires des Etats-Unis" aux partisans des militaires, qui ont ensuite gouverné le pays jusqu'en 1985. En 1973, au Chili, Washington ne voit pas d'un bon œil l'arrivée au pouvoir du socialiste Salvador Allende, élu président en 1970. Pour l'écarter, la stratégie consiste à "faire crier l'économie" chilienne, selon les termes du président Richard Nixon, et à travailler avec des groupes fomentant un coup d'Etat. Jusqu'à celui du général Pinochet, qui sera ensuite soutenu par une campagne de propagande conduite par la CIA, "malgré la connaissance de graves violations des droits de l'homme, et notamment de l'assassinat d'opposants politiques". En 1982, au Nicaragua. En 1983, l'île de Grenade. En 1989, le Canal de Panama.En 1999, la Yougoslavie ou les forces militaires de l'OTAN dirigées par les États-Unis ont fait subir un bombardement dévastateur à la Yougoslavie. Effectuant plus de 15.000 sorties, l'OTAN a pilonné les villes et les villages de ce pays, détruisant les usines, les hôpitaux, les écoles, les ponts, les dépôts de carburant et les édifices gouvernementaux. Des milliers de personnes ont été tuées ou blessées, y compris des passagers de trains de banlieue et d'autobus, des employés de télévision et d'installations de retransmission. Enfin, dans ses représailles infligées contre la population albanaise, la Serbie fait figure de piètre amateur, loin derrière les sauvageries perpétrées par les Français en Algérie et les États-Unis au Vietnam. En2003, en Irak, il y a un endroit qui s’appelle l'Eden et c’est là où les juifs, les musulmans, les chrétiens reconnaissent l’origine du monde (le Paradis). Cinquante mille tonnes de bombes sur le paradis (quel symbole extraordinaire). "On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs", s’excusent les hommes pour se donner bonne conscience. Mais ils font "l’omelette pour casser des œufs" et ont grand soin de répandre des manifestes pour justifier la guerre qu'ils entreprennent (pour rappel, aucune arme de destruction massive n'a été retrouvé en Irak).guerre-en-ukraine.jpg En 2014, en Ukraine, Washington a besoin d’une guerre en Ukraine pour atteindre ses objectifs stratégiques. On ne le dira jamais assez (que Dieu nous vienne en aide). Les États-Unis veulent faire avancer l’OTAN jusqu’à la frontière occidentale de la Russie. Ils veulent un pont terrestre vers l’Asie pour multiplier les bases militaires étasuniennes sur tout le continent. Ils veulent contrôler les couloirs de pipelines de la Russie vers l’Europe et s’assurer que le gaz continue d’être négocié en dollars. Pourquoi le monde devrait-il se joindre à la guerre que mènent les USA pour sauver le statut du dollar américain qui connaît un inexorable déclin, comme l'Europe qui traverse une période inexorable de déclin. Nous sommes en présence des signes évidents d'une décadence des démocraties occidentales. Le seul pays véritablement démocratique et européen est la Russie. C'est elle qui, en sauvegardant un conservatisme raisonnable, protège et préserve les vraies valeurs européennes (la famille, les traditions chrétiennes et la culture nationale). C'est dans ces valeurs que beaucoup d'Européens voient la seule possibilité de garder leurs nationalités, leurs cultures et de ne pas se dissoudre dans le flux de la mondialisation ou celui des migrants du monde entier. En résumé, l'Europe est une culture, et l'Union Européenne n'est qu'une structure.

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, L'Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.