http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 30 mars 2015

La résurrection est au centre de la foi.

 http://appalaches.skynetblogs.be/ 

jésus-christ.jpg

les satyres.jpgPuisqu’il est dans notre nature humaine de douter et de poser des questions, alors que la plupart du temps, c’est notre ignorance qui alimente notre doute et qui nous pousse à chercher ailleurs des réponses à nos questionnements. La résurrection est au centre de la foi chrétienne, mais dès que l’on doit rendre compte de cet événement et que nous nous trouvons dans des lieux où les gens présents ne partagent pas nos convictions, nous avons peur de faire la même expérience que Paul devant les intellectuels d’Athènes qui se moquèrent de lui et l’invitèrent à les entretenir de ce sujet une autre fois. Notre société contemporaine est trop matérialiste pour comprendre ce qui concerne la vie spirituelle. La pensée des philosophes et de certains scientifiques a rendu l’appropriation d’une telle croyance difficile, "cela revient à affirmer que la pensée humaine au XXI ème siècle a plus de facilité à s’opposer à Dieu que celle des siècles passés". Les valeurs traditionnelles que l’Evangile a inculquées ne sont plus respectées que par les générations les plus âgées et les fondements de la foi chrétienne ne servent plus de référence aux penseurs (consommer et supplanter quiconque vous fait de l’ombre). Tel est le nouveau message qui n’a plus rien à voir avec celui de Jésus. On doute même de son historicité, on pense que son existence relève d’un mythe et qu’en matière de foi, on peut faire mieux que lui en amalgamant entre eux les courants issus de toutes les philosophies et religions en valorisant l’égocentrisme. Les temps sont difficiles, les hommes sont égoïstes, avides d'argent, vantards et prétentieux. Ils parlent de Dieu d'une manière injurieuse et n'ont pas d'égards pour leurs parents. Ils sont ingrats, dépourvus de respect pour ce qui est sacré, sans coeur, sans pitié, calomniateurs, incapables de se maîtriser, cruels, ennemis du bien, emportés par leurs passions et enflés d'orgueil, ils sont prêts à toutes les trahisons. ("Ils aimeront le plaisir plutôt que Dieu, mais leur succès sera de courte durée"). Quand on ouvre le journal, ou quand on regarde la télévision, on est confronté à une grande variété et à une grande complexité d’informations dans les domaines les plus divers (la mondialisation économique et culturelle, le réchauffement planétaire, les catastrophes écologiques, le développement de l’internet et des technologies de l’information et de la communication, de nouveaux débats éthiques autour de la génétique ou du droit contrôlé à l’euthanasie, le droit international d’ingérence ou le devoir de solidarité planétaire, la construction européenne, les problèmes de délinquance ou de violence urbaine, le terrorisme). Aujourd’hui, si l’on cherche à analyser notre culture actuelle, le nouveau est valorisé, l’ancien est dépassé. "A la limite, mieux vaut une erreur nouvelle qu’une vérité ancienne ?"

Jesus.jpgLe jour des rameaux (cérémonie née au IVè siècle à Jérusalem) tombent le dernier dimanche avant Pâques, ils marquent l'entrée de Jésus-Christ dans Jérusalem monté sur un ânon et le début de la semaine sainte. Acclamé comme un héros Jésus-Christ avait été accueilli par la foule qui agitait des palmes et des branchages en criant "Hosanna" (sauve nous). Les branchages toujours verts sont des symboles d'immortalité et de gloire. Les rameaux choisis pour cette célébration doivent être issus de plantes restant toujours vertes (buis, houx, laurier). Aujourd'hui, beaucoup ignorent le pourquoi de la fête de Pâques. (Pour certain c'est simplement l'occasion d'un jour férié supplémentaire). Il faut reconnaître que le temps passant, tout s'érode, et ayant perdu le vrai sens de la fête de Pâque, (comme de Noël) il faut s'en trouver d'autres. Racontons à nos enfants la vraie histoire de Pâques, "c'est une belle histoire non". Mais justement les enfants adorent les belles histoires. Pour les chrétiens, Pâques rappelle le célèbre passage de la mort (crucifié) à la vie (résurrection) de Jésus. Quand Jésus est mort sur la croix, les autorités religieuses et politiques, qui l'ont condamné parce qu'elles voyaient en lui une menace sur leurs privilèges et leur pouvoir, ont pu se dire. "Tout continue comme avant". Du côté des disciples de Jésus, la mort de leur maître les laissait accablés, anéantis. Mais voilà que bientôt une nouvelle étonnante se répand. "Il est ressuscité". Une bonne nouvelle qui, depuis, n'a cessé de se répandre dans tout le monde et qui, aujourd'hui encore, est pour les croyants une source de joie et de force d'un tel changement par la résurrection du Christ.

(http://fr.wikipedia.org/wiki/Calcul_de_la_date_de_P%C3%A2ques)

Écrit par Country francismarie dans Religions | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.