http://appalaches.skynetblogs.be/

vendredi, 27 mars 2015

Ces animaux qu'on aiment tant.

  http://appalaches.skynetblogs.be/

chatsauvage.jpg

chat.jpgchats.jpgcoome.jpgLa plupart des races de chats domestiques, dont le Maine coon (Etats-Unis), le manx (Iles Britanniques), le bleu russe (Russie) et le siamois (Thaïlande) sont issues de races naturelles de chats domestiques originaires d'une zone géographique spécifique. D'autres, tels que l'himalayen (Etats-Unis sur le gène Siamois), sont des produits de l'homme, le résultat de croisements méticuleux jusqu'à l'obtention de la race voulue. Quelques races relativement récentes, telles que les races de rex(chats à poil ondulé),les sphynx (Etat-Unis, sans poil), et scottish fold (Ecosse, oreilles pliées) ou les chats américains à poil frisé, furent découvertes grâce à des mutations génétiques spontanées et développées par sélection pour devenir des races à part entière. Utilisé dès lors pour protéger les denrées alimentaires des rongeurs il ne peut pour autant être dressé, cette indépendance du chat par rapport aux autres espèces domestiquées engendre un rapport particulier entre l'Homme et le chat, oscillant selon les lieux et les époques entre fascination, vénération et crainte. Comme leurs cousins sauvages, la plupart des chats domestiques ont un pelage court, rares sont les félins sauvages à poil long, ils risqueraient de s'accrocher aux broussailles. En argot, un chat s'appelle un "greffier", un chat mâle non castré est un "matou". Le chat domestique (catus) est une sous-espèce du chat sauvage (Felis silvestris) dont son ancêtre est le chat sauvage d'Afrique (Felis silvestris lybica).proailurus_lemanensis.gif C'est en 1175, que le mot chat apparaît pour la première fois dans la langue française. L'évolution des chats sauvages s'est fait sur des millions d'années, ces félins ont toujours été des chasseurs intelligents et agiles à l'affût de leurs proies. L'histoire du chat est avant tout définie par la perception que l'homme porte au petit félin et va totalement changer entre les époques. Dans une Egypte antique où il sera vénéré, choyé, toléré, et un Moyen Age où il sera persécuté et brûlé sur les bûchers. Considérés comme des divinités ou bien comme des créatures sataniques. Malgré la disparition des cultes païens, suite à l'apparition du christianisme, le chat ne fut pas rejeté pour autant, et pendant une bonne partie du Moyen-âge, les félins étaient toujours appréciés pour leurs talents de chasseurs. Au quatorzième siècle, les papes n'ont pas été bienveillants avec les chats, certains n'hésitant pas à les faire exterminer sous prétexte qu'ils étaient malfaisants et diaboliques. Une bulle papale de 1233, stipula que les chats noirs étaient les serviteurs du Diable. Plusieurs siècles de haine envers les chats s'ensuivirent. En voulant lutter contre les rites païens, l'Eglise inventa le chat démoniaque. Les victimes des procès pour sorcellerie sont essentiellement des femmes qui appartiennent en majorité aux classes populaires, ces femmes, dont certaines sont accusées de se transformer en chatte lors de leurs sabbats (assemblées nocturnes de sorcières, qui donneraient lieu à des banquets, des cérémonies païennes, voire des orgies), sont torturées, noyées, brûlées sur le bûcher avec leurs chats noirs. A cette époque, toute personne possédant un chat noir risque de mourir brûlée vive,  à moins que le chat ait une petite touffe de poils blancs appelée "doigt de Dieu" ou "marque de l'ange" sur le poitrail. Dans ces croyances d'un autre âge, le chat noir était soit la réincarnation du diable, soit celle de la sorcière. Le chat était alors jugé comme une personne et souvent mêlé à des procès de sorcellerie. Dans le procès des Templiers, on mentionne l'adoration de Lucifer qui apparaissait à ses adeptes sous la forme d'un chat. Dans de nombreuses villes d'Occident, certains d'entre eux étaient brûlés avec les effigies du Carnaval. Par exemple, le premier dimanche de Carême, ou encore au mercredi des Cendres, on tendait au dessus d'un brasier une perche retenant un chat ou des paniers à chat, lesquels tombaient dans le feu les uns après les autres. Les gens pensaient que les torches allumées à ce bûcher et avec lesquelles ils touchaient les arbres, les bêtes ou les champs, les rendaient plus féconds. Dans certaines villes, on enfermait des chats vivants dans une cage en fer et on les faisait brûler vifs. Cette pratique, attestée en 1344, ne disparut qu'en 1777. bucher-chats.jpgEn 1905, des chats étaient encore jetés au feu dans une localité de Lorraine. Ironiquement, c'est la peste noire qui sauva le chat. Ramenée en 1347, du comptoir génois de Caffa, en Méditerranée occidentale par des navires, elle se propage par la route de la soie puis par les routes commerciales terrestres. Elle est arrivée en Europe, et en un an, tout le pourtour méditerranéen fut atteint, on estime que la peste noire a tué entre 30 et 50 % de la population européenne en cinq ans (entre vingt-cinq à trente millions de victimes). Le virus est transmis par une piqûre de puces venues de rats infectés. Après une incubation de plusieurs jours, apparaissent des crachats sanguinolents, puis des gros ganglions, ou bubons, aux aines (en moins de huit jours peu en réchappent). Le retour en grâce du chat s'opéra à partir de la fin de la Renaissance, mais sa réhabilitation totale n'eut lieu qu'après plusieurs siècles d'attente. Au cours du xixè siècle, la science démontra que les maladies n'étaient pas transmises par les sorcières ou par le diable, mais bien par les microbes. Le chat, animal très propre, fut alors mis en exergue pour son hygiène. C'est à partir de cette époque que les félins, outre leurs talents de chasseurs, furent appréciés pour leur grâce et leur féminité (comme au cours de l'Antiquité). Aujourd'hui, le chat semble être totalement réhabilité, toutefois, les superstitions ont la peau dure (croiser la route d'un chat noir, est synonyme de malchance ?).


https://www.youtube.com/watch?v=I3IUA4kyPXo

https://www.youtube.com/watch?v=uK7pvv7-Mz0

les animaux.jpgComme les humains, les animaux domestiques de nos grands-parents, qui étaient nourris de reste de plats à la maison, étaient rarement malades.. Finalement, donner à manger aux animaux les déchets d'autres animaux, augmentent les risques d'attraper le cancer et d'autres maladies dégénératives, plus de 95 % des animaux de compagnie tirent leur besoins nutritionnels d'une seule et unique source (les boites et les croquettes). L'industrie utilise dans l'alimentation une variété de substrats ingénieux afin de minimiser ses coûts de production (l'industrie pour animaux est un commerce très prospère). Jusqu'à 50 % des produits de marques commerciales sont composés de sous-produits animaux et de déchets d'abattoirs, d'animaux morts, malades, les rejets de supermarchés et un grand nombre de chiens et chats morts aux centres animaliers, ainsi que des corps gras usagés de restaurent sont devenues un composant majeur de graisses animales. Encouragé par des étiquettes commerciales, les fabricants ont depuis longtemps substitué aux poulets entiers des têtes de poulets, des pieds, des intestins, des viscères, des cerveaux, des oesophages, des ligaments, des poumons, des rates, des reins, des céréales jugées impropres à la consommation humaine (cause de moisissures). Les fritures de restaurant entraînent une oxygénation rapide, produisant des toxines dangereux, ce produit rance est ensuite acheté par les coupeurs de graisses qui mixent ensemble les graisses animales et végétales, les stabilisent avec de puissants antioxydants pour éviter qu'elles se dégradent d'avantage, et vendent ensuite les produits mixés aux compagnies de nourriture pour animaux, ces graisses rances, chargées de conservateurs, sont difficiles à digérer (problèmes digestifs, diarrhée, flatulences et mauvaises haleine). Le tout est rendu alléchant par l'addition d'une soupe digestive (entrailles de poulets partiellement dissoutes), les scientifiques qui travaillent à la nourriture pour animaux ont découvert comment enrichir un mélange de restes de nourriture autrement immangeables par des vitamines et minéraux artificiels, comment les préserver de la nourriture durant un stockage d'un an ou plus, comment ajouter des rehausseurs de goût et colorants afin d'améliorer la saveur et l'apparence du produit, et comment extraire la mixture ainsi obtenue en des formes fantaisistes qui vont attirer le consommateur. Finalement, des cadavres entiers de mammifères (par centaines de milliers), donc des millions de leurs organes vitaux, sans compter des milliers de tonnes de chair d'oiseaux jugées annuellement impropres à la consommation humaine aux abattoirs et ajoutés à l'ignorance généralisée des consommateurs quand à la nature véritable des ingrédients contenus dans cette nourriture pour animaux. La solution est le boycottage de ces ingrédients à risque endémique sur une alimentation saines qui existent.


cynophagie.jpgDes tabous alimentaires existent, à des degrés divers, dans toutes les cultures, tel aliment sera considéré comme tout à fait acceptable voire excellent dans certaines sociétés, et répugnant dans d'autres. Par exemple, manger de la viande de chien est courant en Chine et dans d'autres pays d'Asie de l'Est. La majorité des religions prescrivent des interdits alimentaires, plus ou moins sévères et plus ou moins respectés (la viande de porc dans l'islam, manger sans viande ni graisse animale les vendredis et pendant le Carême chez le christianisme, quelques mouvements chrétiens pratiquent des régimes alimentaires particuliers tel que le végétarisme chez les adventistes, la viande de bovin est prohibée pour tous les hindous, les Aborigènes d'Australie ne peuvent manger les animaux de leurs totems, etc.). Anciennement, personne ne s'émouvait de voir de la viande de chien et de chat servie à table. En Occident, nous avons du mal à accepter qu'on puisse manger des animaux si attachants (pourtant en Suisse, en Allemagne chacun est autorisé à manger de la viande de chien ou de chat). La cynophagie (Qu'est ce que la cynophagie) est une pratique alimentaire qui consiste à se nourrir de viande de chien, il est pourtant simple de comprendre pourquoi on en consomme au Viêt Nam, en Corée, en Chine, en Indonésie. Chez-nous on mange bien du foie gras pour les fêtes, un grand nombre d'animaux sont élevés pour ça, comme nos porcs, nos agneaux et nos boeufs. On tue énormément de chiens et chats qui ne trouvent pas de famille adoptives dans nos refuges occidentaux. Tous les ans, il y a autant de chiens tués dans les refuges américains que de chiens dégustés au Vietnam.


industrie_alimentaire.jpgPour que chaque année des milliards d’animaux ne soient plus élevés et tués dans des conditions abominables, il est nécessaire de diminuer fortement notre consommation de viande. Demandez à vos amis s’ils accepteraient que l’on fasse souffrir des animaux pour leur plaisir, "bien sûr que non". Pourtant, s’ils mangent régulièrement de la viande pour se faire plaisir, ils savent bien qu’ils entretiennent une industrie qui inflige chaque année des souffrances effroyables à des milliards d’animaux (ils seront toujours complices). Par exemple, que l’on crève l’œil d’un chat juste pour s’amuser n'est t-il pas aussi condamnable que les souffrances infligées aux animaux que l’on mange. Bien sûr, les carnivores disent que la souffrance infligée aux animaux n’est pas inutile. Elle sert à leur apporter, à eux les carnivores, "du plaisir", il faut reconnaître que les carnivores qui acceptent que des animaux soient tués pour "leur plaisir" ne font qu’adopter la position schizophrène de notre société. Alors que la grande consommation de viande d'anti-inflammatoires, de bêtabloquants, d'hormones et bien sûr d'antibiotiques est une bombe à retardement pour la santé humaine, à l’heure du repas, presque personne ne semble se préoccuper de cette situation totalement absurde et dangereuse pour la santé.

 

Écrit par Country francismarie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.