http://appalaches.skynetblogs.be/

mardi, 12 janvier 2016

Nos amis a quatre pattes.

 http://appalaches.skynetblogs.be/

loup.gifTous les jours, nous voyons marcher des animaux à quatre pattes. Des chats et des chiens trottinent constamment à nos côtés. Cependant, bien rares sont ceux d'entre nous qui voient la façon dont les animaux à quatre pattes marchent. En fait, les quadrupèdes marchent en avançant d'abord leur patte arrière gauche, puis leur patte avant gauche. Ils poursuivent de même, avec les pattes de droite. Tous les quadrupèdes marchent de cette façon, et leur marche ne diffère que par le rythme des pas. En d'autres termes, lorsqu'il marche lentement, que ce soit un cheval, un chat, un chien, etc; ils reposent en permanence sur trois points, qui forment un triangle. Plus son centre de gravité est proche du centre de ce triangle, plus l'animal est stable. Encore une fois, nos amis à quatre pattes nous montrent ce que c’est qu’aimer, sans rien demander en retour.Akita uni.jpg Voici une belle histoire, vraie d'un chien nommé "Hachi", qui est devenu célèbre pour avoir attendu son maître sur le quai de la gare, chaque soir, près de dix ans après sa mort. Tout commence en janvier 1924, lorsque Hidesaburo Ueno, un professeur du département d’agriculture de l’Université Impériale de Tokyo, adopte un chiot de race akita inu. Il le nomme Hachi. Tous les matins le professeur se rend à l’université en prenant le train à la gare de Shibuya, l’un des arrondissement les plus animés de Tokyo, et tous les soirs en descendant du train, il retrouve Hachiko (le "ko" rattaché au nom étant un suffixe affectueux) qui l’attend patiemment sur le quai. Ce rituel immuable va durer jusqu’au 21 mai 1925. Ce soir là, comme tous les soirs Hachi attend son maître devant la gare de Shibuya. Les heures passent, Hachi attend toujours …Mais le professeur ne descendra plus jamais du train (il vient de mourir d’une crise cardiaque à l’université). Recueilli par des amis habitant un autre arrondissement de la capitale, Hachiko s’échappe régulièrement. Tous les soirs, il se rend à la gare de Shibuya à l’heure précise de l’arrivée du train. Là il s’assoit et, en vain, il attend le retour de son maître. Tous les soirs sans exception pendant près de dix ans. Pour les habitants du quartier et pour les voyageurs, Hachiko fait partie du paysage local. Il est une figure incontournable de la gare, un adorable chien blanc au doux regard, émouvant, qu’on nourrit parce que son maître n’est plus là …..En 1932, un étudiant du professeur Ueno qui a fait des recherches sur la race Akita, alors presque éteinte, publie dans le plus grand journal de Tokyo un article relatant l’incroyable fidélité d’Hachiko envers son maître disparu. Les médias s’emparent du sujet. Les esprits s’émeuvent et Hachiko est surnommé "Chuken" (chien fidèle). Il devient un phénomène national, un modèle à suivre, vivant symbole de la loyauté et de la fidélité à l’esprit de famille (valeurs auxquelles la culture japonaise est très attachée). Les parents et les enseignants font référence à Hachiko pour éduquer les enfants. Il est même cité dans les manuels scolaires au chapitre "N’oubliez jamais votre dette morale". En avril 1934, une première statue de bronze à l’effigie du chien le plus célèbre du Japon est érigée à l’entrée de la gare de Shibuya. Symbolisant l’amour et la fierté des habitants du quartier envers Hachiko, elle est inaugurée en présence du chien lui-même, devenu héros national. Hachiko--chien-fidele.jpgLe 8 mars 1935, il meurt dans une allée aux environs de la rivière de Shibuya des suites d’une filariose (parasites) ou d’un cancer des poumons et du coeur. Une part de ses restes a été enterré dans le cimetière Aoyama à côté de la tombe de son maître. Sa dépouille est transférée au musée national de la Nature et des Sciences de Tokyo pour y être naturalisée. Chaque année, le 8 mars, une fête (Chûken Hachiko matsuri) est organisée devant la statue d'Hachiko en l'honneur du chien fidèle, symbole de loyauté, suscitant l’émotion de milliers de visiteurs.


 

hachiko-01.jpgHachikô est le sujet d’un film de 1987 : Hachikô Monogatari, qui raconte l’histoire de sa vie de sa naissance jusqu’à sa mort et imagine une réunion spirituelle avec son maître, le Professeur. Même si l’histoire du film diffère un peu de l’histoire véritable, il n’en reste pas moins triste pour autant. Dans le film Américain "Hatchi", avec Richard Gère on montre une fausse image de ce chien, car il a un caractère étonnant pour son physique de nounours. (Trois akitas ont été élevés pendant 6 mois par un dresseur pour assurer le rôle d'Hatchi). D'éducation délicate, ce chien ne supporte en aucun cas les autres chiens de même sexe que lui car il est indépendant et dominant de nature. Si vous décidez de l'adopter, il faudra faire attention à son écart de violence face à une personne désarmée et non avertie, il peut être violent à cause de son fort caractère et de sa fermeté résolue. Bien qu'il soit patient, il a ses limites et évitez de le confier aux enfants qui risquent de l'irriter car ils sont souvent taquins et vifs. Pour un chien qui était à la base dressé pour la chasse aux ours, imaginez les dangers d'une morsure chez un enfant. Alors avant de s'engager avec un chien de race "Akita ken" ou "akita inu", renseignez vous, car avec son espérance de vie qui dépasse une dizaine d'année, il faudra être préparé pour faire face aux difficiles réalités de ce chien japonais.   Wikipédia

 

Écrit par Country francismarie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.