http://appalaches.skynetblogs.be/

mercredi, 27 novembre 2013

La religion n'est pas la cause du problème.

 http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

père noël.jpg

 

Atheisme-.jpgSi un individu est athée, c'est qu'il ne croit en rien. En réalité, l'athéisme est un système de croyances en soit, car les athées sont convaincus qu'il n'y aucune croyance qui soit "légitime". Au contraire, les agnostiques ne font pas partie d'un système de croyances en particulier (ils croient en quelque chose, mais ne se rattachent à rien en particulier), ils peuvent seulement indiquer s'ils sont "sans religion", ce qui inclut tous ceux qui ne s'identifient pas à une religion, sans être nécessairement athées. Bon nombre d'agnostiques demeurent tout simplement indifférents aux questions religieuses, ce qui n'est pas le cas des athées. Dans cet esprit, Noël devient une fête à connotation folklorique, caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas et d'un échange de cadeaux avec le sapin traditionnel.



Certains parents sont prêts à tout et n’hésitent pas à mentir à leurs enfants(si l'enfant se rend compte que leur parents leur mente souvent, il risque de moins facilement leur faire confiance). Certains parents inventent des histoires sur la naissance des enfants ou sur la mort, leurs racontent des histoires de rennes, de traîneau, de lutins, et maintiennent dur comme fer que le père noël existe. Le mythe est soigneusement entretenu par l’entourage, l’illusion est parfaite. L’enfant se confortera dans cette croyance de Walt Disney, il peut d’ailleurs à sa plus grande joie constater les traces de son passage au pied du sapin, jusqu’à ce qu’un beau jour, très vite, l'enfant apprenne à l’école que le Père Noël est un mythe, un mensonge (bien entendu, l’enfant aime croire que le Père Noël  existe,et va venir apporter plein de choses). Cette histoire de mensonge mondial des grandes personnes qui finissent par avouer que le père noël n'existe pas, amène notre bambin à revenir sur terre. Sa maman s'écrie "Mais qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour avoir un gosse pareil !!??"  "Maman, c'est quoi le Bon Dieu ?". Pour certains enfants, né sous la pauvreté et la précarité, leurs noms ne figurent pas sur la liste du père Noël, ils n'ont pourtant pas été méchants. Ses enfants vivent mal cette période où ils sont incapables de rêver. Quand ils verront les autres enfants du voisinage montrer leurs jouets, ils seront tristes et se culpabiliseront  d'être (méchant !). Nos enfants n'ont pas plus besoin de croire au Père Noël que nous avons besoin de croire aux autres supercheries du marketing capitalistes.

saint-eloi-.jpgAu XIIe siècle, saint Nicolas apparaît comme jovial distributeur de présents. Dans la nuit du 5 au 6 décembre (la Saint-Nicolas), il passe à dos d'âne de porte en porte pour donner des bonbons et des cadeaux aux enfants. Le mythe du bon saint Nicolas est alors détourné pour recevoir une valeur morale et punitive. À ce jour, il n'est pas rare que les parents alimentent le chantage en menaçant les enfants de châtiments au matin de Noël s'ils "ne sont pas sages". La forme folklorique contemporaine du Père Noël se cristallise peu à peu dans l'imaginaire à partir du XIXe siècle, où il apparaît dans des poèmes et des contes pour enfants dès 1821. Il est déjà illustré plus ou moins tel qu'on le connaît aujourd'hui dès la deuxième moitié du XIXe siècle. La carrière publicitaire de "Santa Claus" (Father Christmas) commence d'ailleurs dès le début du XXe siècle, dans toutes sortes de réclames vantant les mérites de Coca Cola, de voitures électriques, de stylos, de phonographes, de pneus, de dentifrice, de café, et même de cigarettes. À partir de 1931, le Père Noël associe pour de bon son image avec la "Coca-Cola Company". Depuis, l'image du Père Noël a été reprise à toutes les sauces pour faire vendre littéralement n'importe quoi comme d'une grande foire consumériste (consommateurs), et le cirque se répète chaque année avec les mêmes clichés insignifiants, avec les mêmes graphiques ridicules. À longueur de chroniques doucereuses et de reportages bidons, on nous bassine avec la charité hypocrite, hormis les enfants les plus naïfs, plus personne n'est dupe de la supercherie (le vrai moteur de la fête de Noël aujourd'hui, c'est le commerce débridé). En clair, cela signifie que les gens vivent et consomment au-dessus de leurs moyens (heureusement qu'il y a le crédit). Il faut d'abord bien comprendre que le réflexe de consommation n'est pas inné, mais est conditionné, on aurait tort de ne voir dans ce Père Noël athée qu'une illustration innocente de bonté et de générosité. Son image sert à perpétuer les mécanismes de la surconsommation, de la société marchande avec comme otage les enfants.

terre et paix.jpgLes guerres de" Kappel" sont les premières guerres de religion qui ont eu lieu en Europe. Tout d’abord, les deux grands partis qui s’affrontent lors de ces guerres religieuses sont les catholiques et les protestants. Il est important de dire que le protestantisme prend naissance en Allemagne. Le théologien Luther, traduit des parties de la Bible écrites en latin, dans sa langue natale l’allemand. Pour la première fois le peuple qui ne connaît pas le latin, comprend les idées évoquées par la Bible. Avec l’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1450, en Allemagne, cette traduction de la Bible a été propagée très rapidement en Europe. Pour parvenir à financer leurs projets de constructions, l’église invente le système des indulgences qui doivent être payées à l’église, l’intermédiaire de Dieu, par les hommes portant des pêchés sur eux, afin de s’en séparer. Ce mécanisme entraîne sûrement le début du protestantisme en Europe. Bien évidemment, les religions n'ont pas le monopole de la guerre, ce n'est qu'un mythe (tuer est l'un des pires péchés). La religion n'est pas la cause du problème, cependant, elle est souvent instrumentalisée et utilisée par des personnes qui ne pratiquent même pas la religion (les hypocrites). Bien souvent, les guerres "religieuses" n'en sont pas, ou bien il s'agit que de facteurs secondaires. Les véritables raisons sont bien souvent économiques, politiques, raciales ou autres. En outre, nous pouvons également compter les nombreuses victimes et les nombreux massacres issues des idéologies athées et non-religieuses. Il me semble que les athées qui ont fait la "Révolution française" (à ne retenir que l'extermination de la Vendée, 80% de la population, un vrai génocide) et la révolution russe (140.000.000 de morts) sont les champions de meurtres sanguinaires. La religion, source de souffrance, de guerre, de persécution et d'intolérance... c'est là l'argument favoris des athées pour diaboliser la foi religieuse d'un bloc dans le but de faire avancer leur idéologie. Selon beaucoup d'athées, aucun athée n'a jamais fait de mal à cause de son athéisme, et si l'on éradiquait toutes les religions de la terre, il émergerait un monde merveilleux où régnerait justice, amour et solidarité. Les athées/agnostiques vont souvent fouiller aux confins de l'histoire pour dirent les méfaits de certains religieux, et avancent que rien de semblable ne serait arrivé si il y avait eu absence de religion. L'Inquisition catholique est l'épisode de l'histoire qui dresse habituellement le standard de comparaison des violences théocratique.

inquisition.jpgComparons-les (Inquisition espagnole: entre 3000 et 10 000 morts sur 350 ans). Cette donnée sur le nombre de victimes est très bien documentée. En 1998, le Pape Jean-Paul II a ouvert les archives du Vatican à une équipe de 30 chercheurs venant du monde entier. Les chercheurs ont compilés leurs trouvailles dans un ouvrage de 800 pages ayant été publié en 2004. Rédigés au Moyen-Âge au moment-même des événements, ces documents représentent une mine d'or pour les historiens à la recherche d'informations sur l'Inquisition. Les archives étaient anciennement gardées secrètes, donc les scribes n'avaient aucune raison d'y écrire autre chose que ce qui se passait vraiment. Les chiffres extravagants avancés par des athées surexcités ne sont que des fantaisies.

Athéïsme.jpgIdéologies athées, communisme, socialisme, nazisme, (plus de 100 millions de morts sur 80 ans). Cela inclut: avec URSS, 20 millions de morts (voire 40 millions selon certains historiens). Chine (65 millions de morts). Corée du Nord (2 millions de morts). Cambodge (2 millions de morts). Afrique (1,7 millions de morts). Afghanistan (1.5 millions de morts). Vietnam (1 million de morts, 5 millions avec la guerre menée par les Etas-Unis contre le Vietnam). Europe de l'Est (1 million de morts). Amérique latine (150 000 morts). Mouvement communiste international et partis communistes non au pouvoir (10 000 morts). Clairement, le nombre de morts de l'Inquisition est ridiculement bas comparé à ceux du communisme. L'absence de religion n'a rien à envier à la religion en termes de violence théocratique. Il faut préciser également, que la cause principale des guerres à partir des années 1914 ne sont pas des guerres dû aux religions puisque l'état et la politique étaient séparés de la religion, en plus le génocide des Arméniens (1,2 millions de morts). Aujourd'hui, si il y a tant de mal sur Terre, c'est parce que les gens ont choisi de "suivre" les lois humaines, comme on le dit dans le langage courant, "chacun a sa vérité", cela équivaut à l'affirmation que la vérité n'existe pas, l'individu est donc le seul point de repère absolu, la seule vérité, il rejette donc l'idée que "Quelque Chose" ou "Quelqu'un" puisse poser une contrainte à son comportement, à son autonomie, à son épanouissement car a priori, il n'admet pas l'existence d'un système moral universel (il tient sa liberté comme absolu). Aujourd'hui, vous avez les défenseurs des droits, les extrémistes de l'environnement, l'idéologie "Gay Pride", les pro-choix (avortement), ceux qui défendent la pornographie, certaines formes de féminisme, certains éléments du mouvement œcuménique, ceux qui cherchent à interdire la correction corporelle aux enfants (soit en milieu scolaire ou familial), ceux qui prônent la normalisation de l'euthanasie.



religions.jpgToutes les traditions religieuses abritent une grande variété de sous-groupes. Le système catholique par exemple, même s'il est très centralisé, abrite en son sein des groupes et communautés aussi divers que les jésuites, capucins, dominicains, carmélites, franciscains, ursulines, frères des écoles chrétiennes et bien d'autres. Il en est de même dans l'Islam où l‘on rencontre évidemment les "sunnites" et les "chiites", mais d'autres groupes moins connus comme les "sufis", les" wahhabites" et "mutazilites". On rencontre donc ce phénomène de diversification dans toutes les grandes religions qui ont eu droit à quelques générations pour se développer. En général, le postmoderne (fragmentation de la société) nie catégoriquement qu'il fait la promotion d'une religion ou idéologie. La raison est simple, le jour où il admettrait la chose, il aurait des comptes à rendre... Le pouvoir d'un discours chloroforme postmoderne consiste à se poser comme la norme indiscutable, invisible, inévitable, et d'expressions vides, se renvoyant les uns aux autres comme un jeu de miroirs. Le fait de se faire coller l'étiquette religion ou idéologie impliquerait une perte de crédibilité et de pouvoir d'influence sociale immédiate. Le fait de taire son caractère religieux et d'éviter de s'ériger en institution visible est en fait une des sources de force de la religion postmoderne, car l'admission de son caractère religieux donnerait un point de repère aux gens ordinaires pour la critiquer. On peut donc dire qu'il s'agit d'une religion invisible, et si d'autre part l’épanouissement de l’individu c’est le paradis du postmodernisme, son enfer c’est la souffrance.



Écrit par Country francismarie dans Religions | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

La confiance doit régner dans les relations enfants parents !

Écrit par : PinkLemonade | jeudi, 28 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Vous avez tout à fait raison car toute relation est basée dès la naissance. Mais pour certains enfants si cette confiance est ébranlée, voire trahie, si l'enfant doute de ses parents, il lui sera par la suite très difficile d'avoir foi en quelque chose.

Écrit par : Countryfrancis | jeudi, 28 novembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.