http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 20 avril 2015

Au Texas tout est plus grand qu’ailleurs.

 http://appalaches.skynetblogs.be/

fort-alamo-a-san-antonio-au-texas.jpgSan Antonio, la petite Venise du Texas, à cause du fleuve San Antonio River qui la traverse. Ville très profondément marquée par la culture mexicaine, San Antonio a longtemps fait l'objet de convoitises entre le Mexique et les Etats-Unis. Dès 1580, le roi d'Espagne créa la Floride occidentale (l'Alabama actuel), la Floride orientale (Floride actuelle). Les colons espagnols ont construit la "Mission San Antonio de Valero", du nom de saint Antoine de Padoue, sur les rives de la rivière San Antonio vers 1718. Les Espagnols étendirent ainsi leur domination sur les territoires qu'on appelle aujourd'hui la Floride, le Texas, la Californie, puis sur une grande partie de l'ouest des États-Unis. Après le traité de Paris de 1763, les Espagnols acquirent en plus toute la Louisiane française. Ainsi, les Espagnols ont occupé, durant longtemps, une grande partie du territoire américain actuel. On se rend bien compte que toute la toponymie du sud-ouest des États-Unis est héritière de cette colonisation espagnole (Alamo, Alcatraz Island, Boca Raton, California, Cape Canaveral, Colorado, El Paso, Florida, Fresno, La Brea, Las Cruces, Las Vegas, Los Angeles, Los Gatos, Miguel, Montana, Nevada, Palomar, Puerto, San Antonio, San Carlos, San Diego, San Francisco, Sangre de Cristo Mountains, Santa Fe, Sierra Navada, etc). Une bonne partie de la population du sud et de l'ouest des États-Unis provient de ces anciennes colonies espagnoles. Depuis le début des années 1800, les troupes militaires espagnols étaient stationnés dans la chapelle abandonnée de l'ancienne mission. Parce qu'il se trouvait dans un bosquet de peupliers, les soldats ont appelé leur nouveau fort "El Alamo" après le mot espagnol pour le peuplier et en l'honneur de Alamo de Parras, leur ville natale au Mexique. À l'été 1821, Stephen Austin est arrivé à San Antonio avec quelques 300 familles américaines que le gouvernement espagnol avait permis de s'installer au Texas. Mexique.jpgL'indépendance du Mexique (1821), a exalté l'importance du passé, des civilisations antérieures à la conquête espagnole. La jeune nation a voulu rejeter le passé de la conquête espagnole. Les Mexicains devenus indépendants ont considéré la culture amérindienne comme le cœur de la culture mexicaine, la culture amérindienne a servi de ciment à la nation mexicaine. Le passé n'était pas le passé espagnol, mais le passé indien, même si les œuvres d'art baroques du temps de la domination espagnole font aussi partie de la culture mexicaine. Après le retrait de l’Espagne et l’indépendance du Mexique, l'animosité des colons du Texas d'origine américaine, qui forment 85 % de la population ainsi que la population d'autres régions du Mexique, ne cesse de s'amplifier envers les présidents qui se succèdent de 1829 à 1837 à la tête de l'État mexicain, certains d'entre eux essayant de faire passer le pays d'un statut fédéral à celui d'un État centralisé. La migration des citoyens américains (européens) au Texas a augmenté au cours des prochaines décennies, provoquant un mouvement révolutionnaire qui allait déboucher sur un conflit armé au milieu des années 1830. La guerre éclate au Texas le 1er octobre 1835, avec la Bataille de Gonzales. Après les victoires à La Bahia et à San Antonio (résistance de Fort Alamo) les Texans sont défaits aux mêmes endroits, quelques mois plus tard. La création de l'image d'Alamo a été une entreprise presque exclusivement américaine et l'accent fut essentiellement mis sur les défenseurs texians tandis que le rôle des soldats tejanos (colons espagnols) et les actions de l'armée mexicaine furent oubliées. Bien que menacée d'effondrement, la "République du Texas" est créée. Elle ne sera jamais reconnue par le gouvernement mexicain, et en 1845, le Texas sera finalement annexé par les Etats-Unis qui revendiquait déjà l'extension territoriale totale jusqu'au Pacifique. La question texane sera définitivement réglée avec la "Guerre américano-mexicaine" (1846 à1848). Le Texas a déjà déclaré deux fois son indépendance au cours de son histoire, une première fois avec le Mexique en 1836 et ce jusqu’en 1845, et une seconde fois lorsqu’il a rejoint la Confédération en 1861. Si la Confédération a perdu la guerre de Sécession, ce ne fut pas le cas du Texas, à la fin de l’année 1864, le Nord n’était pas parvenu à reconquérir ce territoire. Le Texas ("ami" en Caddo-indien), évoque habituellement des visions de bouviers solitaires, de cow-boys dégainant des revolvers et de rudes pétroliers. Situé en plein milieu du sud des États-Unis et en bordure du Golfe du Mexique, le "Lone Star State" compte en effet six régions principales, mises ensemble (Dallas, San Antonio, Houston, Austin, Fort Worth, El Passo). Un bref rappel historique concernant le Texas, puisque l’intrigue de "Lone Star State" (Etat de l'étoile solitaire) tourne autour de son annexion au milieu du 19ème siècle. Vers 1820, des pionniers venus des Etats de l’Est eurent l’autorisation d’acheter des terres sur le territoire du Texas, alors propriété du Mexique. En effet, le gouvernement mexicain espérait que la présence de ces nouveaux habitants venant peupler le nord du pays (encore quasiment désert) serait un repoussoir à l’attaque des Comanches. Les Anglo-Saxons furent vite majoritaires dans cette partie du Mexique et exprimèrent assez rapidement leur mécontentement vis-à-vis des lois que le gouvernement leur imposait. En déclarant leur indépendance, ils entrèrent en guerre contre le Mexique (célèbre bataille de Fort Alamo) et en sortirent vainqueurs en 1836, année où ils créèrent la République du Texas. Le Mexique ne reconnut pas ce nouveau "statut" mais ne chercha pas à reprendre le combat immédiatement. Le Sénat américain ayant peur d’un conflit avec le Mexique, deux premières tentatives d’annexion du Texas par les USA échouèrent. Mais l’opinion publique étant majoritairement devenue favorable à son entrée au sein des États-Unis, l’annexion du Texas eut finalement lieu le 29 décembre 1845 (28ème étoile au drapeau américain). La guerre américano-mexicaine tant redoutée fut déclenchée et dura jusqu’en 1848.

les-implacables-walsh8.jpg

 

texas longhorn.jpgPays dans le pays, le Texas est le plus grand État du Mainland (regroupant les 48 États situés sur le continent américain). Il fut le seul à connaître une courte période de souveraineté (de 1836 à 1845), et conserve un vivace esprit d'indépendance affirmé dans son slogan et sa bannière adopté en 1839 (au Texas, on n'est donc pas américain mais texan). La Route 66 est de 300 kilomètres, parmi lesquels 240 km sont totalement praticables. Au centre du tracé de la 66, la ville d'Amarillo abrite l'un des deux plus importants marchés du bétail au pays. Le "Stockyard Cafe" est rempli chaque mardi matin de cow-boys hâlés qui avalent leur petit déjeuner, le Stetson de rigueur vissé sur le crâne attendent que commence la vente aux enchères à l'Amarillo Stockyard, un des trois plus grands marchés aux bestiaux des Etats-Unis. D'ici à la fin de la journée, entre 3.500 et 6.000 têtes de bétail auront changé de mains. A l'entrée, une plaque explique qu'il en va ainsi depuis que, en 1897, le chemin de fer a fait d'Amarillo le principal centre de transport du bétail du pays. D'immenses troupeaux paissent sur les plaines nord-ouest du Texas, qui reste la capitale mondiale de l'élevage bovin. Un quart des boeufs américains (5,6 millions de têtes par an) y sont engraissés avant d'être envoyés à l'abattoir, et l'industrie rapporte à la région près de 3 milliards de dollars.

BigTexanPlate.JPGTout le monde sait qu’au Texas tout est plus grand qu’ailleurs, si vous avez un petit creux vous pourrez aller au restaurant "The Big Texan" un des lieux emblématiques du Texas. Les gros appétits et ceux qui veulent s’amuser peuvent tenter le "72 oz steak challeng" (2,04kg bifteck), surnommé "The Texas KIng". Le steak est gratuit à toute personne qui, en une heure ou moins, peut manger tout le repas, composé de steak lui-même, petit pain avec du beurre, de pommes de terre au four, haricots ranch, cocktail de crevettes, salade. Ceux qui ont consommé avec succès le "roi repas Texas" ont leurs noms inscrits et affichés au restaurant. Plus de 8.000 personnes sur les quelque 60.000 ont accompli cet exploit. Ceux qui prennent le défi "roi Texas" sont tenus de payer pour le repas à l'avance (en cas de succès, remboursé). Le steak est cuit à la préférence du participant, et le défi se déroule à une table sur une plateforme surélevée au milieu de la salle à manger principale. Le record de la plus courte durée du Texas "Roi repas" est de huit minutes et 52 secondes.

 

vache folle....JPG

 

stockyards.jpgL'affaire de la "vache folle",met aux prises deux mythes puissants de la culture américaine, la télévision et l'Ouest sauvage. Elle a pour objet l'aliment de base des Américains, la viande de boeuf, du T-bone steak (steaks de haute qualité) au hamburger. Ils en consomment plus de 30 kg par personne et par an. Gail Winfrey communément appelée "Oprah"(animatrice et productrice américaine de télévision, critique littéraire et éditrice de magazines), avait consacré une émission à la maladie de la "vache folle" (avril 1996). Un de ses invités avait affirmé que le mal frapperait les Etats-Unis comme l'Europe, parce que les éleveurs américains engraissaient eux aussi leurs bêtes avec des protéines d'origine animale. Horrifiée par ce "cannibalisme animal", l'animatrice avait juré qu'elle ne toucherait plus jamais à un hamburger. Le lendemain, les cours de la viande sur pied à la Bourse de Chicago avaient chuté de plus de 10%. Un groupe d'éleveurs d'Amarillo a porté plainte. Une loi du Texas, votée en 1995, interdit en effet à quiconque de mettre en cause la sécurité d'un produit alimentaire périssable, à moins d'être en mesure d'apporter une preuve scientifique de ce qu'il avance. Des lois similaires baptisées veggie laws (contre la diffamation des légumes) ont été adoptées dans treize Etats, et une douzaine d'autres se prépare à le faire. Le procès d'Oprah Winfrey, premier du genre dans l'histoire judiciaire des Etats-Unis, prend du coup valeur d'exemple. Pour ses défenseurs, l'animatrice vedette se bat pour la liberté d'expression et le droit à l'information. John Stauber, du Centre pour les médias et la démocratie, assure que la loi texane est "inconstitutionnelle" et n'a pour but que de faire taire les critiques de l'industrie alimentaire et de limiter la liberté d'expression par des attaques injustifiées et irresponsables contre l'élevage. Les plaignants estiment avoir perdu au moins 12 millions de dollars (plus de 70 millions de francs) à cause de l'animatrice Oprah Winfrey. Dans les années 80, les éleveurs ont été alertés des problèmes en Europe sur la vache folle (Angleterre, 1985), pas étonnant que les vaches soient devenues folles, à manger des carcasses d'animaux malades ? La fédération des éleveurs a demandé l'interdiction de la farine animale (décrétée en août 1997). A ce jour, le Texas n'a jamais enregistré le moindre cas de victime de maladie de la "vache folle", les150.000 habitants proclament eux, que "l'animatrice Oprah", est la seule vache folle des Etats-Unis. Au Texas, les enclos à ciel ouvert sont bordés de mangeoires où des camions déversent les aliments qui permettront de les "préparer" (engraisser) en portant leur poids de 300 à 600 kg en moyenne pendant leurs cinq à six mois d'existence.

Dalas en 1872.jpg

Dallas en 1890.jpg

Dallas en 1915.jpg

Dallas en 1934.jpg

En juillet 1860, un incendie a éclaté dans le square, détruisant la plupart des bâtiments dans la zone commerciale de Dallas. Beaucoup de résidents ont supposé que les esclaves étaient derrière ce coup et deux abolitionnistes étaient chassés hors de la ville. Trois esclaves afro-américains ont été pendus, et tous les autres esclaves de Dallas ont été fouettés. En décembre de cette année, la majeure partie de la ville avait été reconstruite. La population se développait tellement rapidement que les logements étaient difficiles à obtenir. Le 8 juin 1861, en faveur de la sécession, l'état de guerre a été déclaré. La ville a été décorée et des défilés ont été tenus, il n'y avait aucun manque de volontaires pour la guerre. Comme Dallas était loin des combats, les citoyens ont donné de l'argent, de la farine, et d'autres approvisionnements à la cause confédérée. Une usine de munitions a été également construite dans la ville. Dallas était juste un petit village pointillant la frontière du Texas jusqu'après la Guerre de Sécession, dans laquelle elle faisait partie des Etats confédérés d'Amérique est légalement devenue une ville en 1871. Après la guerre, les esclaves affranchis ont afflué à Dallas à la recherche d'emplois et se sont installés dans les villes à la périphérie de la ville. La clé de l'expansion économique a toujours été l'amélioration des transports faisant de Dallas l'un des premiers carrefours ferroviaires au Texas et le centre du monde pour le cuir et le commerce du boeuf le long de la voie de chemin de fer en construction. La douleur de la dépression en 1930, a été quelque peu assouplie par la découverte du pétrole dans l'Est du Texas, et est rapidement devenu un centre pour le financement du pétrole. La variété des communions ont contribué à faire de Dallas un bastion religieux au tournant du siècle.

john kennedy....JPG

dallas kennedy....PNGSon expérience la plus traumatisante, a été le 22 Novembre 1963, lorsque le président John F. Kennedy a été assassiné alors que son cortège de voitures traversait Dealey Plaza. Le temps est splendide et le jeune président, accompagné de sa femme, prennent place dans une limousine décapotable, à l’aéroport de Dallas à 11 h 51. Comme le cortège arrive dans le centre ville, des coups de feu éclatent : touché à la tête, Kennedy s’effondre dans la voiture. Il est alors 12 h 30. Ce sont trois coups de fusil qui ont été tirés du cinquième étage d’une maison proche du parcours officiel. Jacqueline Kennedy hurle en se penchant vers son mari, puis essaye de récupérer à l’arrière de la voiture un fragment du crâne de son mari. Une course folle s’engage vers l’hôpital où le président est admis à 12 h 38. Malheureusement, il meurt 30 minutes après l’attentat sans avoir jamais repris connaissance. Juste après les détonations, un homme est arrêté. Il s’agit de Lee Harvey Oswald (ancien soldat du corps des marines). Il sera lui-même assassiné la veille de l’inhumation du président par Jacob Rubinstein, dit Jack Ruby, les circonstances précises de la mort de Kennedy n’ont, jusqu’à aujourd’hui, jamais été officiellement élucidées. Les véritables responsables sont toujours restés dans l’ombre.

dallas-original.....JPG

 

cast-jpeg-for-radio.jpg

-de-la-serie-dallas-est-mort.jpg.Reflet de l'Amérique conquérante des années Reagan, "Dallas" était pour les Américains, une critique des nouveaux riches, qui avaient beaucoup d'argent grâce au pétrole. La série est devenue une représentation de l'Amérique. Elle correspondait à l'air du temps, les années Reagan, les cowboys américains conquérants. En raison de l'immense succès mondial de la série télévisée, la ville est devenue l'une des villes américaines les plus reconnaissables au niveau international dans les années 1980. La série fit les beaux soirs de la télévisions américaine de 1978 à1991 et elle a été diffusée dans le monde entier dès les années 1980. Au 13 juin 2013, soit vingt deux ans après la fin de la première session, la chaîne câblée américaine (TNT) a lancé la suite de la série avec près de sept millions de téléspectateurs qui regardent le nouveau Dallas (10 épisodes de 40 minutes) qui met en scène JR, Bobby et Sue Ellen ainsi que la nouvelle génération de la famille Ewing. qui devraient être diffusés début 2014. Maintenant que l'acteur américain Larry Hagman est mort ? (suites d'un cancer à 81 ans).

lune.jpg

Houston, grande agglomération du Texas est la fierté d'être la ville de la conquête spatiale, célèbre dans le monde entier depuis les premiers pas de l’homme sur la Lune. Houston a plusieurs surnoms (Gamma World City, Space City car elle accueille le centre spatial Lyndon B. Johnson, qui héberge le centre de contrôle des missions, appelé plus familièrement "Houston" durant les missions spatiales. Le 20 juillet 1969, lorsque Neil Armstrong a atterri sur la lune et prononcé quelques-uns des mots les plus célèbres du 20e siècle "Houston, ici la base de la tranquillité". "L’Aigle s'est posé". la-minute-de-veritnavette columbia.jpgPremier février 2003, à 9 h en Floride. La NASA perd le contact avec la navette Columbia, alors que celle-ci survole la ville de Dallas, à une altitude de 60 kilomètres et avec une vitesse de 20.000 km/h. En route vers le centre spatial Kennedy, elle devait y atterrir à 9 h 16, heure locale. Puis, c'est la catastrophe la navette spatiale se désintègre et provoque la mort des sept astronautes à bord (durant le lancement de la navette, de la mousse isolante s’est détachée du réservoir externe).

Giant Cross of Our Lord Jesus Christ.jpg



Groom-texas.jpgLa "Giant Cross of Our Lord Jesus Christ" ( Croix géante) à Groom qui est une petite ville du Texas. La Croix géante est visible à des dizaines de miles à la ronde. Elle domine de ses 58 mètres les plaines de l'est du Texas. Autour de l'édifice, une succession de sculptures mettent en scène la passion du Christ tandis que, le Messie se dresse au coeur d'une fontaine reposante. Pas de doute possible, nous sommes bien dans la "Bible Belt". Ces oeuvres ont été sculptées dans le métal par Steve Thomas, originaire de Pampa, (Texas), en 1995. Elles représentent les événements qui ont conduit à la crucifixion du Christ. Cet homme a fait cela par bonté de coeur… mais aussi parce qu’il ne supportait plus la multitude de panneaux publicitaires qui s’étalaient le long de l’autoroute. A l’origine, il voulait mettre en place son propre panneau d’affichage avec des versets bibliques, mais il n’a jamais pu trouver le verset approprié. Au lieu de cela, il s’est inspiré d’une croix construite par un éleveur du Texas, pour construire la sienne sur un terrain offert par un habitant de Groom. Un mémorial à la mémoire des victimes de l’avortement, une réplique du Calvaire et du tombeau du Christ ont été récemment rajoutés autour de la Croix.

Photo-de-famille-de-la-Bush.....JPG

 

cowboy.jpgConservateur, fier,  porte-drapeau de la plus importante frange de la population texane, rurale, profondément religieuse et conservatrice, George W. Bush, et son Stetson, ses Santiags, son ranch, son franc-parler, sa simplicité, demeure ici une personnalité extrêmement populaire. Très, sympas, toujours prêts à échanger quelques mots. Ancré dans de profondes racines républicaines, le territoire texan est le berceau de la famille Bush qui a fourni à elle seule deux présidents au pays. En 1988, George W. Bush participe à la victoire de son père à l'élection présidentielle et restera son conseiller pendant 4 ans à la Maison Blanche. En 1989, avec quelques amis, il rachète les Rangers, le club de base-ball de Houston. Son statut de patron des Rangers va lui permettre pendant cinq ans d'asseoir sa notoriété au Texas et va lui servir de tremplin pour son élection au poste de gouverneur de l'état en 1994. Jusqu'en 2000, il va mener une politique d'austérité basée sur la réductions des dépenses publiques. Il oblige les assistés sociaux à travailler et durcit les lois de sécurité intérieure. Mais son credo reste la peine de mort dont il est un farouche défenseur. Pendant son mandat de gouverneur, George W. Bush qui est en faveur de la peine de mort (66 % de ses compatriotes) et 80 % des Texans, il signe l'ordre d'exécution de 152 prisonniers et en gracie un.

texas-prison-.JPG

létale.jpgLe Texas a la réputation d’un état où, la peine de mort, sont plus présents qu’ailleurs. Longtemps, la peine de mort est restée aux Etats-Unis un apanage des états du sud, une sorte de spécialité du “Deep South” (qui désigne une région culturelle des Etats-Unis). La peine de mort par pendaison fut appliquée au Texas jusqu'en 1924, date à laquelle la potence fut remplacée par la chaise électrique, cependant le peloton d'exécution fut également utilisé durant la guerre de sécession. La dernière exécution par électrocution eu lieu dan l'état du Texas en 1964. Durant les 18 ans qui suivirent, aucune exécution n'a eu lieu en raison des diverses remises en cause de la peine de mort. La peine capitale fut rétablit en 1982, en utilisant l'injection létale comme méthode d'exécution au Texas. Le jour ou la veille de l'exécution, le condamné est transféré au "Huntsville Unif" (Texas) où il reçoit un traitement privilégié et une surveillance anti-suicide. Le jour de son exécution, le condamné peut passer quatre heures avec sa famille, puis il est transféré dans une petite cellule près de la salle d'exécution où il peut prendre une douche et son dernier repas, recevoir son avocat et son conseiller spirituel. L'exécution débute au plus tôt à 18 heures une fois que les représentants respectifs du gouverneur et du procureur ont appelé pour confirmer qu'aucun sursis n'est valable. L'exécution doit être terminée à minuit. Si l'un des deux appels est manquant passé cette heure ou à une heure ne permettant pas d'avoir terminé à minuit, il faut un nouvel ordre d'exécution. Avant la centième exécution, les exécutions avaient lieu après minuit une, mais cela fut supprimé pour moins contraindre les témoins.Ces dernières années la peine de mort s’est étendue à l’ouest, puis au nord, durant cette période, la Californie a construit 21 nouvelles prisons. Une maxime très en vogue en particulier auprès des groupes de pression conservateurs, prône “Lock them up and throw away the key” (enfermez-les et jetez la clé).

 

la-police-scientifique.jpg

es-assassins-sont-si-gentils.jpgAutrefois, les assassins s’acharnaient sur la dépouille de leur victime, soit pour faire disparaître le corps soit pour empêcher son identification. Il faut dire qu’alors, il était bien difficile d’identifier un cadavre, surtout calciné ou en état de décomposition. La plupart du temps, on devait se contenter de l’empreinte dentaire ou, parfois, de tenter de récupérer les empreintes digitales, en découpant la peau des doigts. Faire un "gant de peau", comme disaient les techniciens. Mais aujourd’hui, on les connaît à la télévision. Une balle perdue, un bout de tissu déchiré, un verre posé sur une table, un téléphone portable détruit… ils sont capable de faire parler la moindre trace, le moindre détail, les criminels ont raison d’avoir peur, car il est bien rare que les experts scientifiques ne trouvent pas un indice (ils sont les yeux là où la justice est aveugle). Et même un corps carbonisé va livrer ses secrets, d’autant que, souvent, certaines zones sont partiellement épargnées du feu, celles qui sont protégées par plusieurs couches de vêtements, par exemple, ou celles qui sont près du sol. Et l’autopsie, du moins si elle est praticable, permettra malgré tout de voir les blessures et de déterminer la cause du décès. Lorsque l'on parle police scientifique, on pense bien sûr à "l’ADN", qui a révolutionné les enquêtes criminelles, mais les spécialistes ont bien d’autres cordes à leur arc. Comme la morpho-analyse, c’est-à-dire l’étude des traces de sang "projetées". Elles peuvent provenir d’une artère ou d’une deuxième blessure, on peut également prélever des grains de pollen et des spores. Autre spécialité, l’entomologie, ou l’étude des insectes, ces petites bêtes nécrophages qui s’attaquent à un corps sans vie. Leur niveau d’évolution permet de dater la mort. La première ponte démarre au bout d’une heure. Leur étude peut conduire les enquêteurs sur des suspects qui fréquentent un certain milieu, comme un champ de colza, un centre industriel, une manufacture, etc. Ou bien encore, si le corps a été déplacé, le pollen peut permettre de circonscrire la zone du crime. La police scientifique est enveloppée de mystères (on ne connaît pas bien ses possibilités). Peut-être un jour, à défaut de la peine de mort (en Europe), la crainte des scientifiques en blouse blanche sera suffisamment forte pour mettre un frein à la criminalité, du moins lorsqu’elle est préméditée.

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.