http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 08 février 2016

L'âne Républicain et l'éléphant Démocrate

 http://appalaches.skynetblogs.be/

guerre-totale.jpg

L’Amérique, continent conquis et façonné par la vieille Europe, pourchassant l'autochtone, décimant les tribus d'indiens en répondant par le canon aux flèches, en suscitant haine et vengeance par l'exemple donné. La brutalité appelle la brutalité et finit par s'infiltrer dans les gènes pour survivre au temps. L'excuse fut "Dieu et l'argent", en dérobant, en amoncelant pour avoir et obtenir le pouvoir (formule idéale pour donner naissance à l'Amérique). Petit à petit le continent américain est devenu la première puissance mondiale s'arrogeant, derechef, le droit...de dicter sa loi. Misère et grandes tromperies, chantages, coups bas, meurtres et catastrophes provoquées ont permis à cette nation de soumettre des populations entières à sa seule volonté. Il est à croire que le Far-West est une composante de la nature américaine avec la bible dans une main, le révolver dans l’autre.

Le président des États-Unis est le chef des armées.jpgAvant de donner leur nom à des rues, de voir leur portrait imprimé sur des billets de banques, des timbres…ces quatres hommes ont dirigé les Etats-Unis. (Abraham Lincoln, James Abram Garfield, William McKinley, John Fittzgerald Kennedy)  http://www.mapsofworld.com/usa/presidents/. 

Le président des États-Unis est le chef des armées mais c'est le Congrès qui déclare la guerre et vote les crédits militaires. Le président est le chef de la diplomatie, il nomme les ambassadeurs, signe les traités (toutefois, c'est le Sénat qui ratifie les traités et confirme les nominations), enfin, le président ne peut pas dissoudre les chambres, mais les deux chambres peuvent mettre en accusation le Président (procédure d'impeachment). La Cour suprême vérifie que les lois sont bien conformes à l'esprit de la Constitution. George Washington (1789 à 1797), est le premier président des États-Unis d’Amérique (Général vainqueur des Anglais et héros de l’Indépendance), très populaire, il est le seul président a avoir été élu deux fois à l’unanimité. Il faut cependant noter qu’il n’avait pas d’opposant. Le président est élu tous les quatre ans (généralement en fin d'années bissextiles) au suffrage universel indirect. Son mandat débute le 20 janvier de l'année suivante et dure quatre ans. Plusieurs présidents américains on été assassinés en cours de mandat.

Presidents_americains_assassines.jpgAbraham Lincoln, assassiné (1865) par un sympathisant sudiste hostile à ses idées.

James Abram Garfield, assassiné (1881) quelques mois après son élection par un avocat déçu de s’être fait refuser un poste au sein de l’Administration.

William McKinley, assassiné (1901) par un anarchiste.

John Fittzgerald Kennedy, assassiné (1963) par Lee Harvey Oswald (lui-même abattu le surlendemain des faits), dans des conditions mal éclaircies. Les deux grands partis politiques américains sont le parti républicain (fondé le 28 février 1854), qui est essentiellement le parti des WASP (Blancs, Anglo-saxons, Protestants), il défend le monde des affaires et est bien implanté dans les milieux aisés. Le Parti démocrate est issu du Parti républicain-démocrate fondé par Thomas Jefferson en 1798, qui est surtout le parti des minorités (catholiques, juifs, noirs et des intellectuels). Il souhaite une plus grande intervention de l'État fédéral. Franklin Delano Roosevelt fut le premier président à être élu pour quatre mandats (le dernier inachevé du fait de son décès) et reste le seul président américain élu plus de deux fois. Le 22e amendement, qui entra en vigueur en 1951, interdit depuis aux présidents de briguer un troisième mandat. Pour la première fois (le 15 janvier 1870), dans la revue politique un parti démocrate est représenté sous la forme d’un âne en hommage posthume à Edwin Stanton, ancien secrétaire à la Guerre de Lincoln, qui avait soutenu ce dernier durant la guerre de Sécession ce qui avait déclenché les foudres du parti démocrate (parti dont il était membre). Thomas Nast (illustrateur du journal Harper's Weekly) le montrait dans ce dessin sous l’aspect d’un lion mort auquel un âne donnait un coup de pied. L’image de l’âne pour représenter le parti démocrate resta.

parti républicain et démocrate.JPGQuant à l’éléphant républicain, en 1874 le journal New York Herald lance un canular à ses lecteurs. Une histoire d’évasion d’animaux à la ménagerie de Central Park. A la même époque, et là de façon tout à fait sérieuse, le même journal lance une campagne politique pour empêcher que le président Ulysses S. Grant ne fasse un troisième mandat et donne le nom de "Caesarism" à cette possibilité. Thomas Nast combine ces deux éléments dans un dessin paru le 7 novembre de la même année dans la revue Harper’s. Il présente un âne déguisé en lion qui effraye tous les animaux de la forêt dont un gros éléphant. Le dessin était accompagné de la légende suivante. "Un âne" qui se faisait passer pour un lion circule dans la forêt et s’amuse à effrayer tous les animaux stupides qu’il rencontre sur sa route". Cet éléphant ne cessa par la suite de personnifier le G.O.P. (Grand Old Party). Jackson_and_Van_Buren,_1837.jpgUne autre explication de l’âne comme symbole politique découle de la campagne présidentielle de 1828 (au cours de laquelle Andrew Jackson, fut surnommé "jackass", pour son populisme). Jackson repris fièrement à son compte l’étiquette et commença à utiliser des ânes sur ses affiches de campagne. Durant sa présidence, les caricaturistes le dessinaient parfois en âne pour montrer son obstination sur certains sujets. Le symbole de l’âne s’est donc évanoui jusqu’à ce que Thomas Nast le remette au goûts du jour en 1870.

L'Amérique.jpg

L’Amérique de 2016. Donald Trump (Homme d'affaire et Parti Républicain), il est représenté comme un fou furieux populiste. Jeb Bush (Gouverneur de Floride et Parti Républicain) n’est que le frère de l’autre. Hillary Clinton (Secrétaire d'Etat et Parti Démocrate) n'est ni aimée ni détestée. Bernie Sanders (sénateur du Vermont et socialiste démocrate) passe pour un exotique. Une chose est certaine quel que soit celui ou celle qui remportera les primaires dans les deux camps en lice et celle ou celui qui sera élu(e) président(e) par la suite, le monde n'a pas cessé de souffrir; l'impérialisme américain et la prédation sur les autres peuples du monde continuera. Au fond, l'Amérique c'est la violence, l'oligarchie, la brutalité avec toutefois un sens de la communication et de la manipulation du reste du monde (inné et rarement égalé). La politique, qu’elle soit nationale ou internationale, n’a aucune compassion pour l’être humain, facilement abandonné à son sort dès lors qu’il s’agit de garder ou récupérer une parcelle de pouvoir. Le cynisme, la lâcheté et la compromission sont, à jamais, la nourriture favorite des décideurs américains, ce qui donne une image négative des américains, forcément incultes et bouseux pour la plupart.

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.