http://appalaches.skynetblogs.be/

samedi, 21 novembre 2015

Le Père Noël c'est "Oncle Sam".

  http://appalaches.skynetblogs.be/ 

oncle.5.jpeg"Oncle Sam" est un personnage symbolique, et il évoque pour les Américains le nom de leur pays (United States of America). Uncle Sam reprend les lettres "Un" qui viennent de United, le "S" qui vient de States et "Am" qui viennent de America. Oncle Sam, est l'incarnation de bande dessinée du gouvernement des Etas-Unis d'Amérique, un personnage qui est apparu dans les journaux et les magazines à compter de la première partie du 19ème siècle. La version, c'est qu'il a été modélisé d'après Samuel Wilson 1766-1854, (son corps repose dans le cimetière d'Oakwood à Troy). Durant la guerre de 1812, les affaires de Samuel Wilson prospérait, il avait obtenu un contrat pour fournir du boeuf à l'armée et il expédiait la viande salée dans des barils qui était la propriété du gouvernement, ceux-ci étaient marqués d'un tampon aux initiales "US" (United States America) (plus tard le tampon "US" fut liées à Sam Wilson). L'apparence traditionnelle "d'Uncle Sam" est due à l'invention des artistes et des humoristes politiques comme Thomas  Nast, qui a rendu le symbole célèbre à partir de la fin du 19ème siècle, avec des caricaturistes, qui ont donné une silhouette, une forme, un style à ce drôle d'Oncle Sam. Dans les contes et légendes américains, on l'associe à "Yankee Doodle" dont le surnom que les anglais donnèrent aux colons américains pendant la guerre d'indépendance, et à "Brother Jonathan", ce héros populaire qui l'emportait toujours sur ses ennemis grâce à sa malice et son intelligence. Ce nom, a été repris par les soldats pour désigner familièrement les Etats-Unis. En 1961, le congrès américain reconnut officiellement que Samuel Wilson et l'Oncle Sam ne faisait qu'un et symbolisait la nation américaine. 


D'autres personnifications plus anciennes des Etas-Unis existent, mais elles se sont effacées devant l'Oncle Sam. Le nom de Brother Jonathan (disparu à la guerre civile), continua toutefois à être utilisé pendant la guerre de Sécession sous différentes variantes. En effet, dans les dessins politiques et les affiches patriotiques, "Brother Jonathan" était habituellement représenté comme l'Américain révolutionnaire typique, avec tricorne et longue veste militaire. Brother Jonathan était un nom péjoratif utilisé par les loyalistes pour désigner les patriotes lors de la guerre d'indépendance (1776 -1783), par contre "Johnny Reb" était le surnom péjoratif par lequel les "Yankees" (nordiste), désignaient les soldats sudistes durant la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, les Sudistes se sont ensuite appropriés ce surnom pour l'intégrer à leur image "nationale  "When Johnny Comes Marching Home", qui est une chanson populaire de la Guerre de Sécession ou il exprime le désir des personnes à voir leurs amis et leurs familles revenir de la guerre. Cette chanson était chantée aussi bien par les civils attendant le retour de leurs proches partis combattre, que par les soldats des deux camps. Cette chanson met l'accent sur la joie du retour au foyer. Quand à la représentation féminine "Colombia", elle n'est apparue que très rarement depuis les années 1880. Une affiche de l'Oncle Sam, très célèbre a été utilisée pendant la Première Guerre mondiale avec plus de quatre millions de copies pour le recrutement qui met en scène Oncle Sam, pointant son doigt en direction du lecteur avec les mots "I want you US.Amy" (je vous veux pour l'armée américaine). Elle a été réutilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est sans doute l'affiche la plus célèbre au monde. 


Thomas_H_Nast.jpgNikolaus-Thomas-Nast.jpgThomas Nast, qui est un dessinateur de génie, dont les créations ont eu un profond impact dans l'histoire culturelle des Etats-Unis. (C'est Thomas Nast qui, symbolisa le Parti républicain par un éléphant , et le Parti Démocrate par un âne). C'est Thomas Nast qu'on doit la toute première image du Père Noël qui est  inspirée du Saint Nicolas européen (Santa Claus). On représentait Saint Nicolas grand, longiligne, mince, coiffé de la mitre de l'évêque, tandis que le Père Noël,de forte corpulence rondouillarde, la barbe blanche, le bonnet, la tunique (étoilée), la grosse ceinture (le Père Noël était en brun et non en rouge). Dans la chanson on dit, "He was dressed all in fur, from his head to his foot, And his clothes were all tarnished with ashes and soot" (Il était revêtu de fourrure de la tête aux pieds, et ses habits étaient recouverts de cendres et de suie).

st nicolas.jpgOn peut dater du 3 janvier 1863, la première représentation publiée du Père Noël  tel qu'on le connaît aujourd'hui, dans le célèbre journal Harper's Weekly. Les Etats-Unis sont alors en pleine guerre de Sécession et l'image est très curieuse. On voit le Père Noël rendre visite à un camp nordiste pour distribuer des cadeaux. Derrière lui, un panneau annonce "Bienvenue Santa Claus". A gauche un soldat sort une paire de chaussettes  de son colis de Noël, et au premier plan deux enfants jouent avec une espèce de marionnette. Le Père Noël tient lui-même un pantin articulé qu'il présente aux soldats devant lui. On pouvait deviner qui était représenté, le président sudiste Jefferson Davis des Confédérés, l'ennemi haï du camp nordiste visité par le Père Noël. Voici une scène qui illustre le retour d'un soldat (le pays est toujours en guerre civile) dans sa famille pour fêter Noël (1863), on peu voir sur la vignette de gauche le Père Noël portant un sac de cadeaux sur l'épaule et admirant deux enfants couchés dans leur lit. Sur la vignette de droite les enfants découvrent les cadeaux le lendemain matin.

1863.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En résumé, ce n'est qu'à partir de 1930, que les publicitaires du fabricant de soda auront l'idée pour le Père Noël d'insister sur la couleur rouge, commune à Coca-Cola. L'hégémonie publicitaire de la boisson gazeuse en représentant ce dernier en train de boire la célèbre boisson, fera le reste dans le monde pour imposer l'image d'un "Père Noël" prétendument aux couleurs de Coca-Cola, qui sera bien vite réappropriée par de nombreux publicitaires américains (européens) pour mettre en scène le Père Noël et leurs produits (Colgate, Coleman, Michelin, Texaco, Victor, etc.)père noël.jpgDepuis plusieurs décennies la société occidentale fait place à une société "post-chrétienne", où les élites séculières sont devenues "les nouveaux païens". Au mois de décembre, le monde se divise en deux catégories, ceux qui croient et ceux qui courent. Les premiers adorent notre Créateur en esprit et en vérité, comme Il nous recommande de le faire (Jean 4:24), les seconds font des cauchemars (nourritures, cadeaux, etc.). Depuis des dizaines d’années, beaucoup de gens essaient de "laïciser" Noël en supprimant toute allusion à Jésus-Christ, mais, autant les références à Jésus-Christ ont été minimisées, autant le Père Noël est devenu le sujet incontournable en cette saison. C’est pourquoi, dès le début du mois de novembre, les mélodies traditionnelles de Noël retentissent dans les centres commerciaux. Les commerçants essayent de mettre les gens "dans l’ambiance", pour qu’ils commencent très tôt à faire leurs achats. Cette fête saisonnière par excellence, "n’appartient" à aucune culture ou à aucun culte en particulier. A l’origine les chrétiens fêtent surtout la mort et la résurrection du christ, mais pas sa naissance dont la date précise est inconnue. En conséquence, au lieu de chercher à associer le Christ à Noël, les véritables chrétiens doivent le restituer aux païens. Après tout, "Noël leur appartient". Dans un monde qui a mis Dieu à la porte, l'homme n'a plus de cadre d'éthique précis, il ne sait plus faire la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal. Nous vivons aujourd’hui dans une société qui s'appuie sur la notion de droit et de liberté individuelle. Ainsi, tout est permis parce que "madame tolérance" n'aime pas se faire dire qu'elle exagère. Selon elle, tout est bien car c'est à chacun de fixer ses propres normes. De là vient l'idée selon laquelle personne n'a le droit de juger les autres. Mais le drame c’est que tout le monde juge tout le monde et semble vouloir l’ignorer ("Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume!")(Esaie 5:20). Nous savons que notre environnement change, mais nous ne savons pas dans quelle direction. Et si nous voulons savoir où nous sommes actuellement, nous devons comprendre où nous étions auparavant.

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, L'Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.