http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 22 juin 2015

Vivre dans l'illusion d'un monde libre.

http://appalaches.skynetblogs.be/

spencer-tunick.jpgTout être humain connaît la pudeur, qu'il soit nu ou habillé. Mais ce degré de pudeur varie selon les époques, les lieux, et même selon les individus. Dans les pays civilisés,être habillé est devenu une norme sociale (se montrer nu est puni par la loi). Toutefois, peu de personnes semblent tentées de se balader nues sans avoir conscience que cela pourrait choquer. Car il n'y a pas que la loi qui nous empêche de nous promener dans le plus simple appareil. L'être humain, contrairement aux autres animaux, a choisi de s'habiller. (pour avoir moins froid, ne pas être tenté par le désir sexuel, la paix sociale, les structures familiales). C'est donc notre condition d'être humain qui nous a conduits à porter des vêtements, quels qu'ils soient, au moins pour cacher nos parties génitales. Même dans les civilisations les moins vêtues, il est rare que les corps soient totalement nus (bout de tissu qui vient souvent cacher le sexe, des tatouages, des peintures ou des scarifications viennent agrémenter la peau).prostitution.jpg La prostitution, souvent appelé "le plus vieux métier du monde", est un phénomène de société. Il est symbole de désordre et source de rejet ou de fascination. La quasi-totalité des pays sont concerné par ce phénomène et fera toujours débat (légalisation, répression interdiction). Néanmoins la prostitution semble être un problème récurrent d’atteinte à la moral et de générateur de troubles publique. La prostitution est une activité consistant à accepter ou obtenir des relations sexuelles, en échange d'une rémunération. Bien que cette activité soit pratiquée par les membres des deux sexes, elle est le plus souvent le fait des femmes. La pauvreté et le chômage, constituent les causes principales de la prostitution (l'argent n'a pas d'odeur). La quasi-totalité des personnes n’a pas choisi de se prostituer; elles y ont été contraintes d’une façon ou d’une autre. Surnommées "filles faciles", "filles de joie", "pute", "putain", "catin" ou encore "filles de petite vertu", elles ont subit la violence des hommes, beaucoup sont mortes dans l'indifférence et dans la pauvreté. Si le mariage représente l'un des côtés de la vie sexuelle, la prostitution en représente l'autre. Le premier est la face de la médaille, la seconde en est le revers. Condamnée par la religion, punie par la société et même par la loi, la prostitution n’en est pas moins non seulement tolérée, mais encore réglementée par l’État. Déclarée nécessaire pour la satisfaction des besoins sexuels naturels des hommes, la prostitution, est devenue, sous une forme ou sous une autre, un "paratonnerre contre la débauche", la garantie des principes familiaux et la gardienne de la vertu des "honnêtes" personnes. De nos jours, la prostitution atteint des proportions colossales, telles que l’humanité n’en a jamais connues, même aux périodes de sa plus grande décadence spirituelle. L'image de cette prostitution s'est fortement dégradée durant tous les Temps Modernes, alors qu'au Moyen Age elles étaient respectées si elles se conduisaient comme des femmes respectables. La tenue de la prostituée doit être distincte de celle des autres femmes afin que celles-ci ne risquent pas d’être importunées à tort. Dans l’esprit de l’époque, les prostituées ne sont donc pas marginalisées, mais bien intégrées dans une société où elles ont leur rôle à jouer. Dans les fabliaux (petit récit), du Moyen Age, les prostituées se font complices d'autres femmes et les aident à se venger des prétendus séducteurs. prostitution forcée.jpgLes prostituées le sont pour des raisons financières, parce qu’elles sont sans ressources, tel est le cas pour les étrangères à la ville, les migrantes venant de la campagne, les filles exclues du système matrimonial parce qu’elles ont été violées, parce qu’elles sont des servantes enceintes et chassées, parce qu’elles sont veuves ou abandonnées. Mais il existe aussi une prostitution moins miséreuse, de femmes qui reçoivent discrètement chez elles des hommes de bonne condition, et que le voisinage tolère plus ou moins bien.


Aujourd'hui, la majorité des filles s’adonnent à cette pratique et le seul et unique but c’est de se faire de l’argent. Il y a aussi plusieurs sortes de prostituées (les prostituées de luxe, les escortes grils, celles qui font le trottoir, les bars et les hôtels), et entretenu par plusieurs acteurs, qui sont: Les proxénètes, qui font travailler les filles et prélèvent un pourcentage sur les gains qu’elles réalisent, propriétaires de maisons de passe et délinquants. Les prostituées de luxe, qui vivent comme des millionnaires et voyagent partout dans le monde pour se prostituer. Leurs clients sont des hommes très riches et puissants, mariés ou non, qui les payent très chère pour qu’elles ne dévoilent pas leurs identités et, généralement, ces filles deviennent des femmes très influentes. Les escortes grils, qui laissent leurs photos ou numéros de téléphones dans les hôtels. Si un client vient et demande les services d’une escorte girl, on lui donne un album et le prix dépendra de la fille qu’il aura choisie. Si le client choisit une fille, il peut passer tout son séjour avec elle (tout dépend du prix). Les prostituées de rue, elles n’ont pas accès au même statut de protection sociale, les agresseurs profitent du fait que les prostituées sont détestées de tout le monde. Ils se permettent plus facilement de les agresser et ils savent qu’elles ne porteront pas plainte. Ils se disent "si je bats une prostituée, je ne me ferai pas prendre". Il y a des prostituées qui sont vraiment contraintes mais d’autres se prostituent pour se faire de l’argent facile. le sexe dans la Bible.jpgLa prostitution soulève bien des questions morales, dans la Bible, on trouve un surprenant florilège de nos fantasmes (le désir amoureux, le plaisir, les caresses interdites, la prostitution, le harcèlement sexuel, le viol, le voyeurisme, la masturbation, l'homosexualité, la sodomie, la chasteté, la virginité, le sadomasochisme). Dans la religion musulmane, le prophète a dit "si vous ne pouvez pas vous contenter d’une seule femme, mariez-vous jusqu’à quatre mais ne soyez pas infidèle". Dans la religion chrétienne, elle ne condamne pas la prostitution. Non seulement le chrétien ne juge pas sur le plan moral (voir 1° supra), mais, il ne juge pas non plus sur les autres plans social, économique, physique, donc pas question de discriminer les prostituées. Aujourd'hui la société a évolué et s’est affranchie des anciens tabous religieux (la sexualité, l'homosexualité, le sexe à l'extérieur du mariage, l'avortement, l'euthanasie volontaire et beaucoup d'autres sujets). Le mariage pour tous n’est pas un droit, comme le suppose le lobbying homosexuel mais, si on considère que la famille est la cellule primaire de la société et s’il n’y a plus de famille, il n’y aura donc bientôt plus de société. De nos jours, si un mariage sur deux se termine par un divorce, il y a certainement quelque chose qui cloche. Or, ce n’est pas le mariage qui fait défaut, mais le mimétisme qui s’identifient à une certaine culture qui leur est propre, qui consiste à croire ce que tout le monde croit sans trop se poser de questions. Le mimétisme c'est l'aptitude de certains animaux ou de certaines plantes à prendre l'aspect d'éléments de leur milieu, le mimétisme c’est l’abandon de sa liberté d’expression au profit de l’opinion générale par crainte du rejet. Le bouc émissaire des boucs émissaires reste le Christ. Qui meurt "parce qu’il refuse de se soumettre à la loi de la violence" (la religion nous permet de supporter l’incertitude humaine).Si le mariage représente l'un des côtés de la vie sexuelle, la prostitution en représente l'autre. Le premier est la face de la médaille, la seconde en est le revers. Condamnée par la religion, punie par la société et même par la loi, la prostitution n’en est pas moins non seulement tolérée, mais encore réglementée par l’État. Déclarée nécessaire pour la satisfaction des besoins sexuels naturels des hommes, la prostitution, est devenue, sous une forme ou sous une autre, un "paratonnerre contre la débauche", la garantie des principes familiaux et la gardienne de la vertu des "honnêtes" personnes. De nos jours, la prostitution atteint des proportions colossales, telles que l’humanité n’en a jamais connues, même aux périodes de sa plus grande décadence spirituelle. L'image de cette prostitution s'est fortement dégradée durant tous les Temps Modernes, alors qu'au Moyen Age elles étaient respectées si elles se conduisaient comme des femmes respectables. La tenue de la prostituée doit être distincte de celle des autres femmes afin que celles-ci ne risquent pas d’être importunées à tort. Dans l’esprit de l’époque, les prostituées ne sont donc pas marginalisées, mais bien intégrées dans une société où elles ont leur rôle à jouer. Dans les fabliaux (petit récit), du Moyen Age, les prostituées se font complices d'autres femmes et les aident à se venger des prétendus séducteurs. Les prostituées le sont pour des raisons financières, parce qu’elles sont sans ressources, tel est le cas pour les étrangères à la ville, les migrantes venant de la campagne, les filles exclues du système matrimonial parce qu’elles ont été violées, parce qu’elles sont des servantes enceintes et chassées, parce qu’elles sont veuves ou abandonnées. Mais il existe aussi une prostitution moins miséreuse, de femmes qui reçoivent discrètement chez elles des hommes de bonne condition, et que le voisinage tolère plus ou moins bien. Aujourd'hui, la majorité des filles s’adonnent à cette pratique et le seul et unique but c’est de se faire de l’argent. Il y a aussi plusieurs sortes de prostituées (les prostituées de luxe, les escortes grils, celles qui font le trottoir, les bars et les hôtels), et entretenu par plusieurs acteurs, qui sont: Les proxénètes, qui font travailler les filles et prélèvent un pourcentage sur les gains qu’elles réalisent, propriétaires de maisons de passe et délinquants. Les prostituées de luxe, qui vivent comme des millionnaires et voyagent partout dans le monde pour se prostituer. Leurs clients sont des hommes très riches et puissants, mariés ou non, qui les payent très chère pour qu’elles ne dévoilent pas leurs identités et, généralement, ces filles deviennent des femmes très influentes. Les escortes grils, qui laissent leurs photos ou numéros de téléphones dans les hôtels. Si un client vient et demande les services d’une escorte girl, on lui donne un album et le prix dépendra de la fille qu’il aura choisie. Si le client choisit une fille, il peut passer tout son séjour avec elle (tout dépend du prix). Les prostituées de rue, elles n’ont pas accès au même statut de protection sociale, les agresseurs profitent du fait que les prostituées sont détestées de tout le monde. Ils se permettent plus facilement de les agresser et ils savent qu’elles ne porteront pas plainte. Ils se disent "si je bats une prostituée, je ne me ferai pas prendre". Il y a des prostituées qui sont vraiment contraintes mais d’autres se prostituent pour se faire de l’argent facile. La prostitution soulève bien des questions morales, dans la Bible, on trouve un surprenant florilège de nos fantasmes (le désir amoureux, le plaisir, les caresses interdites, la prostitution, le harcèlement sexuel, le viol, le voyeurisme, la masturbation, l'homosexualité, la sodomie, la chasteté, la virginité, le sadomasochisme). Dans la religion musulmane, le prophète a dit "si vous ne pouvez pas vous contenter d’une seule femme, mariez-vous jusqu’à quatre femmes mais ne soyez pas infidèle". Dans la religion chrétienne, elle ne condamne pas la prostitution et ne juge pas sur le plan moral (voir 1° supra), mais, il ne juge pas non plus sur les autres plans social, économique, physique, donc pas question de discriminer les prostituées. Dans le monde de l’Ancien Testament, la fréquentation de prostituées ne constitue pas nécessairement un délit moral ou juridique. Les relations sexuelles entre des hommes mariés ou non et des femmes célibataires paraissent tout à fait acceptables. Par contre, un rapport sexuel entre un homme et une femme mariée à un autre homme est qualifié d’adultère et les deux personnes doivent être sévèrement punies et même exécutées. Le terme "prostitution" prend aussi une signification symbolique: "quand il est infidèle à l’alliance, le peuple se prostitue", dit la Bible. Dans le Judaïsme, deux passages dans la Torah la condamnent. ("Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme, c'est une abomination"). ("Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort et leur sang retombera sur eux"). De la même façon que la tradition juive interdit à un homme de s'unir sexuellement avec une femme mariée à un autre homme, ainsi exige-t-elle d'un homme de s'interdire toute relation amoureuse avec un autre homme, quel que puisse être le degré d'amour qu'il ressent pour lui. Dans le bouddhisme, on recommande d’éviter les relations sexuelles avec quelqu’un du même sexe, qu'ils appellent, "une mauvaise conduite sexuelle". Les organes sexuels ont été créés pour la reproduction entre l'élément masculin et l'élément féminin et tout ce qui en dévie n'est pas acceptable entre un homme et un homme, une femme et une autre femme, dans la bouche, l'anus, ou même en utilisant la main". Mais, d’un point de vue social, cela ne pose pas de problème pour les gens n’ayant pas de foi particulière, du moment que les rapports sont protégés. homo.JPGAujourd'hui, certaines Eglises (protestantes et anglicanes), acceptent le ministère ecclésial de personnes homosexuelles et bénissent des couples de personnes de même sexe ou transgenres (opposé à son sexe de naissance), mais la majorité des Églises dans le monde refusent ces pratiques. Globalement, les régions où s’applique la charia, sont les régions où s’applique la peine de mort pour les homosexuels. Cependant, il ne faut pas négliger des pays comme le Brésil ou les Etats-Unis, qui sont évidemment de grandes démocraties (sic), mais où les agressions homophobes sont extrêmement nombreuses. Il faut savoir qu’en moyenne en Europe, les jeunes homosexuels sont exposés à un risque de suicide, à peu près treize fois plus élevé que les autres. Ce qui veut dire qu’il y a des pays où les homosexuels sont mis à mort, et puis il y en a d’autres où ils se suicident (ce qui n’est pas beaucoup mieux). Dans la très grande majorité des pays, ce sont les plus jeunes générations qui favorisent l'acceptation de l'homosexualité. les hommes devaient-ils se reproduire par la parole et non le sexe relations sexuelles.jpgLes relations sexuelles n'ont qu'un seul but, "la reproduction", par contre l'homosexualité n'a aucun avantage dans l'évolution humaine. Les hommes homosexuels ne peuvent donc pas exercer d'actes sexuels entre eux, mais uniquement assouvir une jouissance sexuelle, sans être capables de procréation. On considère évidemment comme acte sexuel la vie sexuelle entre deux partenaires de sexe différent. Un homosexuel est une personne qui a continuellement des désirs érotiques et romantiques envers, et des liaisons sexuelles avec, des personnes de même sexe. Être "gai" est davantage un statut social (et politique) en ce qu’une personne homosexuelle adopte un mode de vie et une identité qui reflètent l’homosexualité. Il existe plusieurs personnes qui ont des sentiments homosexuels mais qui ne se décriront pas comme "gaies". Il existe des gens qui ont de brèves liaisons homosexuelles mais ne sont pas des homosexuels pour autant. La présence répétitive de fantasmes homosexuels pourrait indiquer un certain niveau d’orientation homosexuelle, plus forte pour certains, moins forte pour d’autres. De tels fantasmes n’aboutissent pas nécessairement à une liaison homosexuelle à long terme. Il existe plusieurs personnes qui n’ont jamais agi selon leurs attirances homosexuelles. Cependant, comme l’appétit, plus on "nourrit" la pulsion (par le biais de la pornographie, le fantasme et la masturbation), plus la pulsion prend de l’ampleur. Ceci fera augmenter les risques de liaisons homosexuelles. Lorsque cela se produit, un grand nombre d’hommes homosexuels manifesteront une augmentation sans cesse croissante de rencontres sexuelles. Bien sur et très certainement, les gens ne choisissent pas de développer des sentiments homosexuels. Mais cela n’implique pas qu’une personne soit née préprogrammée à être homosexuelle à toujours. Même si certains types d’homosexualité apparaissent comme un "produit" de la nature, est-ce pour autant désirable ou normal (?). La nature produit un grand éventail de conditions biologiques qui influencent la dépression, le trouble obsessif-compulsif, le diabète… mais nous ne considérons pas ces conditions "normales" du fait qu’elles surgissent "naturellement". Alors, pour quelles raisons donne-t-on à l’homosexualité un autre statut (?). Il faut aussi noter qu’actuellement, certaines sources du milieu académique suggèrent que l’attirance sexuelle d’un adulte envers les enfants pourrait aussi être le produit d’une influence biologique inhérente. Si cela s’avérait être vrai, devrions-nous alors conclure à approuver le sexe entre les adultes et les enfants. Par exemple, certains scientifiques croient qu’il y a des gens qui sont nées avec des influences biologiques face à l’alcoolisme, la toxicomanie, la criminalité et même le divorce. Mais est-ce que cela implique nécessairement que ces gens deviennent, et ainsi demeurent, des dépendants et des criminels. En fait, une telle découverte scientifique ne viendrait que confirmer ce que d’anciens écrits religieux ont déjà statué  "notre condition humaine présente est imparfaite, à la fois biologiquement et psychologiquement". Des écrits religieux exposent clairement que l’humanité entière lutte avec les conséquences de plusieurs faiblesses inhérentes et dommageables. Cependant, il est aussi dit clairement que nous sommes tenus de surmonter et de maîtriser nos tendances naturelles et nos faiblesses plutôt que de les justifier et d’y céder. Comprenant ceci, il est évident que de rejeter des personnes homosexuelles est une erreur tragique. En effet, l’amour, la compréhension et l’affirmation sont ce dont elles ont besoin. Pourtant, accepter et aimer la personne homosexuelle ne veut pas dire qu’en lui exprimant notre compassion, nous déclarons que l’homosexualité est "normale".

Prie Dieu.jpg

 Vivant dans une époque préoccupée avec le sexe où on nous encourage à se gratter chaque fois que ça picote, à combler nos appétits et se permettre chaque caprice et chaque désir (l’idée d’être maître de soi). Condamnés à vivre dans l'illusion d'un monde libre, nous dépérissons, de plus en plus. Dans nos vices modernes, dans nos mensonges modernes, dans nos errements modernes, un grand nombre d’idées fausses reçoivent l’approbation et sont admirées alors que, par contraste, celles qui sont correctes sont considérées comme mauvaises, critiquées et sont violemment rejetées. Parmi les non croyants, il est très difficile de savoir ce qui est vrai et ce qui est faux, parce que chacun fait ce qu’il considère comme logique et correct. En respectant ceux qui ne partagent pas ma façon de voir, et pour ceux qui sont en train de formuler leur propre opinion au sujet de Dieu et la question d’homosexualité, alors allez à la Source (si c’est l’avis de Dieu que vous voulez savoir) http://www.revuebn.org/brochures/la-bible-est-elle-vraie.pdf. Pour conclure je dirai "Je ne vais pas forcément aller à la Gay Pride. Mais le jour de la journée contre l’homophobie, je peux y aller".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Écrit par Country francismarie dans L'Europe, Religions | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.