http://appalaches.skynetblogs.be/

jeudi, 09 avril 2015

Les Etats-Unis forment un patchwork de religion.

 http://appalaches.skynetblogs.be/

eglise.jpgAprès que l'Ouest fut ouvert à la colonisation, plusieurs agents colonisateurs s'engagèrent à établir des colonies dans l'Ouest afin de développer cette vaste partie du pays. Parmi ces agents colonisateurs il y avait bon nombre de religieux. Ceux-ci étaient intéressés à grouper ensemble les gens et les familles catholiques et françaises qui cherchaient un sort meilleur que celui qu'ils avaient au Québec. La colonisation par les groupes canadiens-français dans l'Ouest a été initiée surtout par l'Église. Tout comme les habitations des premiers colons, les premières églises étaient très souvent très rudimentaires, construites de rondins, avec une simple croix de bois sur le toit. Lorsque les communautés étaient plus prospères, ces premières églises étaient très souvent remplacées par de nouvelles bâtisses plus grandes et plus luxueuses. C'était l'évêque qui choisissait le site de la nouvelle église et le curé devait superviser la construction de l'église et devait se procurer des ornements et d'autres objets nécessaires au culte ainsi que les meubles pour le presbytère. Les colons travaillaient ensemble pour construire l'église. Un des premiers objectifs du prêtre était le financement de la construction d'une église et d'une chapelle. Afin d'amasser suffisamment de fonds, un comité de souscription était mis sur pied. (une souscription est une somme qu'un paroissien promet de verser). Le prêtre et les membres du comité visitaient tous les paroissiens, parfois le prêtre énumérait les sommes versées tout en nommant les donateurs. Les paroissiens devaient financer leur église. A cette époque pour aider au financement de l'église, les paroissiens achetaient leur banc à l'église à tous les ans. La vente de bancs se faisait normalement une fois par année. C'était un moyen d'obtenir des revenus pour la paroisse. Quand la vente des bancs se faisait, le père de famille achetait un banc ou un demi-banc si la famille était petite. Ensuite la famille s'assoyait dans ce banc à la messe du dimanche. Le vin était essentiel à la messe et nécessaire à la communion. Comme il était difficile de se procurer du vin de l'Europe ou d'ailleurs, les prêtres devaient donc faire leur propre vin. Ils faisaient tremper et fermenter des raisins secs pour en faire du vin. La paroisse qui avait les moyens se dotait d'un harmonium ou d'un orgue. Le chant était une partie intégrale de la messe, surtout la grand-messe. Il y avait des chantres qui étaient les personnes qui chantaient les offices religieux. Lorsque les dimanches on allait aux vêpres à l'église, durant l'après-midi ou en soirée. On chantait des psaumes et on finissait par le magnificat et le salut du Saint-Sacrement. Il faut dire que les vêpres furent responsables pour de nombreux mariages heureux, car après les vêpres on se jasait un bout de temps. Plusieurs jeunes gens découvrirent la fille de leurs rêves après les vêpres du dimanche. Tout catholique pratiquant doit se confesser. Le moment propice pour se confesser était juste avant le premier vendredi du mois, mais on pouvait se confesser n'importe quand au cours du mois. Il y avait toujours une messe le premier vendredi du mois. Les femmes, au tournant du siècle, étaient appelées à être fidèles à leur foi catholique et à inculquer cette foi à leurs époux et à leurs enfants. Elles devaient être pieuses et soumises à la volonté de l'Église. Malgré tout, les gens étaient fidèles à se rendre à l'église, à pied, en boeufs, ou avec des chevaux. Chacun emportait son dîner et tous mangeaient ensemble autour de la chapelle. Certains prêtres se dévouaient à convertir les Amérindiens et évangéliser les Métis. Beaucoup de prêtres ont appris des langues autochtones et l'Église a imprimé des textes et des ouvrages en langues amérindiennes. L'Église catholique établissait aussi des missions sur les réserves. Dans les petites villes de l'Ouest avec des populations croissantes, les prêtres, pour la plupart des francophones, devaient parler plusieurs langues. Très souvent, ils étaient trilingues parlant le français, l'anglais et le "cri" (langue algonquienne) ou une autre langue amérindienne.

au nom de D.ieu.jpg


christ.pngL'Eglise des fidèles du Christ est née au pied de la Croix du Calvaire à Jérusalem (après le décès de Jésus). Ensuite, les Chrétiens vont connaître la pire des périodes avec les persécutions tout azimuts, pour avoir progressivement rempli l'Empire Romain de paroles d'Evangiles avec Paul de Tarse (Biographie). Surtout si on pense que le Christianisme naît essentiellement au Proche-Orient (Israël -  Palestine). L’Église a vécu pendant 1054 ans dans une belle unité chrétienne, on pouvait constater à cette époque l’Unité sacramentelle et fraternelle au sein de "l’Église catholique" (Catholicos), vraiment universelle (les protestants disent, Eglise universelle, et non catholique). Le protestantisme prend racine en Europe lors de la période de la Renaissance au seizième siècle, notamment sous l'impulsion directe de deux grands Protestants qui défient le pouvoir de l'Eglise Catholique Romaine (Martin Luther, 1483-1547 et Jean Calvin, 1509-1564) qui révolutionnent la lecture de la Bible et contestent la suprématie de Rome en matière d'autorité spirituelle. L'Amérique est la terre d'une puissante contre-culture conservatrice, religieuse, puritaine (celle des évangélistes). Ajoutons aussi que si la religion protestante marque de son empreinte l’éthique de la doxa religieuse, la pluralité des croyances a toujours été la règle (calvinistes, puritains, quakers, juifs, catholiques, et animistes). Au lieu d'être isolées et méprisées, les communautés occupent de plus en plus le terrain, alors que l'influence européenne ne cesse de diminuer. Mais si les Etats-Unis sont tout simplement plus religieux, c'est parce que leur vision de la laïcité est différente de celle que l’on a en Europe qui s’est érigée comme principe contre la religion sous toutes ses formes.megachurches.jpg La priorité aux Etats-Unis n’est pas de ne pas avoir de religion, mais d’assurer le maintien d’un environnement dans lequel toutes les religions pourraient coexister en paix. Cette vision de la laïcité n’était donc pas exclusive de références religieuses, tant que celles-ci n’affirmaient pas la prééminence d’une religion sur une autre. Cela explique que la prière à l’école ait été possible et encore aujourd’hui de nombreux conservateurs se battent pour qu’elle redevienne un droit. L'Amérique est un pays religieux, mais pas le pays d’une religion, même si les Protestants sont une majorité. Exemple. "Le premier Musulman élu à la Chambre des Représentants, a pu prêter serment sur le Coran là où les autres Représentants prêtent serment sur la Bible" (il doit être possible pour toutes les religions de cohabiter, sans que l’Etat ne prenne parti). Pour terminer, on peut se rappeler que la devise originelle des États-Unis est "E pluribus unum" (De plusieurs, nous faisons un). En effet, les conséquences de la Réforme protestante au début du XXième siècle s'étaient traduites par une persécution, des non-conformistes, l'Europe leur était devenue difficile à vivre, et c'est en partie pour fuir la vindicte des autorités que les gens optèrent pour l'émigration. L'Amérique leur offrait le meilleur espoir de survie à long terme et de réalisation pour leurs religions. C'est donc dans cette esprit que le "Mayflower" (Fleur de Mai) quitte Londres en juillet 1620, avec à son bord une centaine de passagers pour la plupart des dissidents anglais,fuyant l'instabilité de l'Europe afin de créer une "nouvelle Jérusalem". Quelques jours avant de débarquer, l'ensemble des passagers signe un pacte (le 21 novembre 1620), connu comme le "Mayflower Compact". Ils édicte les règles de leur vie en commun et les principes qui régiront le futur établissement en terre inconnue. En novembre 1621, la communauté organise une journée d'action de grâce, le "Thanksgiving Day", puis en fête nationale en 1863. L'Amérique du Nord devient le refuge de nombre de communautés persécutées dans l'Ancien Monde (Europe), et très tôt les différences religieuses s'accordent de particularismes régionaux. Les colons venus d'Europe pour s'installer en Amérique sont tous chrétiens. Cependant, ils ne pratiquent pas tous la religion chrétienne de la même manière. En Nouvelle-France, la plupart des gens pratiquent la religion selon les rites de l'Église catholique romaine (on dit qu'ils sont catholiques). Dans les Treize Colonies, il y a une très grande variété de pratiques religieuses. Tout en étant chrétiens, ces colons n'acceptent pas les règles de l'Église catholique romaine ni l’autorité du Pape (on dit qu'ils sont protestants). Cette croyance se reflète de différentes façons dans la pratique de leur religion. Par exemple, chaque personne a un lien direct avec Dieu, sans passer par l’Église. Les protestants se réfèrent aussi directement à la Bible sans que le prêtre leur dise comment l’interpréter. Il y a aussi plusieurs détails différents comme le fait que les pasteurs peuvent se marier, chose interdite chez les catholiques. Il existe plusieurs groupes différents de protestants. Les anglicans sont plus nombreux dans le sud. C'est aussi la religion principale en Angleterre. Dans le nord, ce sont les puritains, ou congrégationalistes, qui sont plus importants. Au centre, la Pennsylvanie a été fondée par des membres de la Société des Amishs et Mennonites. Ce sont des pacifistes qu'on surnomme quakers. Les immigrants allemands qui les rejoignent amènent avec eux une autre pratique, le luthéranisme (Martin Luther). De leur côté, les colons hollandais de New York et du Massachusetts accueille des puritains et des calvinistes (de nos jours protestant). Dans les Treize Colonies, il y a quelques catholiques au Maryland, mais ils sont peu nombreux. L'Etat de New York et la Pennsylvanie accueillent les quakers, les luthériens et les protestants allemands qui sont des Mennonites  (anabaptiste aujourd'hui). La diversité religieuse domine et deviendra encore plus grande avec le développement des méthodistes et des baptistes. Au 19ème siècle, l'arrivée massive d'Irlandais augmente considérablement la communauté catholique qui s'accentue avec l'arrivée des Espagnols, des Italiens, des Grecs (Église orthodoxe) et des Polonais. En provenance d'Europe de l'Est, une partie de la communauté Juive (judaïsme) débarque à son tour.


méga.jpgLes émissions de radio et de télévision sont aujourd'hui une composante majeure de l'outil religieux. D'ailleurs, a titre d'exemple, chaque semaine, le nombre d'Américains célébrant un office religieux est supérieur à celui assistant à une rencontre sportive. Le phénomène des "mega churches"(méga églises), ont une assemblée de plus de 10.000 personnes (50 églises). L'église de Lakewood Church à Houston (Texas) est en tête avec plus de 43.000 personnes. Ces établissements trouve des garderies, des bibliothèques, des salles de spectacles et même des terrains de sport où tout a été pensé pour le confort intellectuel du croyant, incitent les familles à venir y passer leur temps libre.

 

société individualiste.jpg

 

marie.jpgdrapeau.jpgLa représentation de douze étoiles sur le drapeau européen, n'est pas la représentation de douze pays. En fait le nombre douze, depuis des milliers d'années a une grande valeur symbolique et représente le mouvement dans la stabilité. On le retrouve dans les douze heures du matin et de l'après-midi, dans le nombre de mois dans une année, mais aussi dans le nombre de signes du zodiaque, le nombre de divinités olympiennes, etc. Le drapeau européen était destiné au Conseil de l'Europe et non à l'Union européenne qui a adopté définitivement le drapeau en 1986, mais sa création était déjà vieille de trois décennies. Le Conseil de l'Europe avait choisi en 1955, le projet d'Arsène Heitz (secrétaire dans les bureaux du Conseil de l'Europe à Strasbourg), malgré plus de cent projets qui furent en concurrence (tous le monde avait son idée, les socialistes, les francs-maçons, les Juifs, les catholiques, les Protestants). C'est le drapeau de la Sainte Vierge qui triompha au dernier moment avec ses douze étoiles dorées sur fond bleu. Ce motif est en fait l'attribut typique du culte de Marie. Les représentations de Marie la montrent toujours auréolée de douze étoiles, souvent sur un fond de ciel bleu. Il ne faut pas oublier que la plupart des présidents de la Commission européenne furent des démocrates chrétiens, les références religieuses sont donc omniprésentes dans l'élaboration du drapeau européen. Le dessinateur du drapeau, revendiqua plus tard comme étant effectivement une référence à la Vierge Marie, même si ce sens n'avait pas été évoqué ouvertement avant l'adoption du projet. Pour coïncider, l'adoption eut lieu un 8 décembre, jour de la "Fête de l'Immaculée Conception". L'Europe qui, sans avoir rompu ouvertement avec l'héritage judéo-chrétien, s'en est éloignée  depuis un bon demi-siècle (l'Europe vit pratiquement sans le Christianisme). eurotitanic.jpgNotre Europe actuelle est une Europe sans âme, sans solidarité, de la liberté sexuelle, du mariage pour tous, de l'avortement, de la réduction des inégalités. Otage des marchands et des banquiers, faisant appel à l’égoïsme des médiocres avec cette absence totale de conscience de cette médiocrité métastatique. Cependant, le malaise le plus vif règne à propos d'une Europe qui s'occupe beaucoup trop peu d'objectifs sociaux comme (diminution de la pauvreté, création d'emplois, sécurité). Les taux de déficits public semblent les seules choses dont se préoccupe cette Europe qui est un "fiasco" quel que soit l'angle sous lequel on la regarde. Tant que l'Europe n'y accorde pas plus d'attention, la différence entre rêve et réalité restera considérable.


morale.jpgIl est toujours plus facile d'accepter un sacrifice immédiat, parce que l'effort n'est pas à fournir tout de suite, ensuite parce que la grande majorité des gens ont toujours tendance à espérer naïvement que "tout ira mieux demain" (lorsque l'on réagit avec le coeur, on ne réagit pas avec le cerveau). Aujourd'hui, se cultiver, lire, apprendre sont autant de tares pour les masses populaires. La culture demande un effort que beaucoup ne sont plus prêts à fournir. On se réfugie devant la télévision pour se nourrir d'une sous-culture faite de télé-réalité et de shows de bas niveau, facile à appréhender intellectuellement (la télévision est le fast-food de la culture). Nos contemporains préféreront toujours l’indifférence des ombres à la lumière de la vérité. En un mot notre société est devenue un cloaque immonde qui n’est attiré que par la bassesse et ce d’autant plus que cette attirance revêt les facilités du plaisir amoral. Pour le dire autrement, le beau, le bon, le bien, le vrai sont remplacés par cette saloperie de "fun", de "in", de "cool". L’ambition de l’homme moderne se limite à travailler le moins possible, à préparer ses vacances, son barbecue du week-end, à se gaver des informations déversées par les médias sur leurs divertissements bêtifiants et lénifiants où les stars, les sportifs drogués et surpayés, les chanteurs efféminés à la voix d’adolescentes en mal d’amour seront plus adulés, plus respectés que les derniers véritables hommes d’État (Churchill, De Gaulle, Adenauer, Nelson Mandela, Gandhi, etc.). Tout ce qui est caractéristique de notre médiocratie s’y trouve avec cette dictature de la "transparence apparente", évoquant le monde gay, slogan sur le progrès qui est en fait une dictature de la pensée, sans parler de la religion qu'on a tourné en ridicule (la libre pensée). En tuant Dieu, ils ont tué toute figure tutélaire (protecteur) du père et toute légitimité de la liberté véritable.

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, L'Europe | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.