http://appalaches.skynetblogs.be/

lundi, 23 mai 2016

La chanson jalonne l’histoire.

 http://appalaches.skynetblogs.be/

La chanson jalonne l’histoire.jpg

La chanson jalonne l’histoire de repères, de regards, de témoignages. Au fil du temps, elle a emprunté différentes appellations au début du siècle dernier (contestataire, sociale, révolutionnaire, citoyenne, militante, prolétarienne). La misère et le pouvoir ne datent pas de hier, la chanson a toujours dénoncé, critiqué la société (intellectuelle ou populaire). C’est à partir des années 1960 que les idées politiques des auteurs commencent véritablement à se refléter dans les chansons et que la scène engagée parvient à toucher un large public. L’électrochoc de la guerre du Vietnam aux Etats-Unis, voit l’émergence dans les chansons. Bob Dylan ("A Hard Rain's a-Gonna Fall"), Joan Baez ("We Shall Overcom), John Lennon ("Come Togethrer"), Bruce Springsteen ("Born in the U.S.A"), et en Europe dans les années 1968, avec Jean Ferrat ("Potemkine"), Georges Brassens ("Mourir  pour des idées"), Léo Ferré ("Avec le temps"), Michel Sardou ("Si les Ricains n'étaient pas là"), Renaud ("Société tu m'auras pas?"). Cependant, force est de constater qu’avant la fin du 18e siècle, la musique était avant tout un pur divertissement, et que l’engagement y est plutôt rare.

cowboys1.jpgA partir de 1620, l’histoire de la musique aux Etats-Unis commence avec l’arrivée des colons européens, date à laquelle le Mayflower accoste avec à son bord les Pères pélerins (les Pilgrim fathers) exilés d'Angleterre. Colons anglais (Massachusetts, Nouvelle Angleterre), colons français (Louisiane), colons allemands (Pennsylvanie, Caroline du Nord), colons espagnols (Nouveau Mexique, Florida, Texas). Tous ont apporté dans leurs bagages leurs traditions musicales dans toute la variété de leurs sources d'origine. Vecteur de l’évangélisation des populations autochtones, dont les traditions musicales ont été étouffées, ou de la parole de dieu, la musique arrivée avec les colons était tout d'abord fonctionnelle, fondée sur les modèles importés du vieux continent. Peu importe si l'inspiration vient des mélodies des Noirs ou des chants créoles ou indiens, ou des plaintes des Allemands ou Norvégiens nostalgiques, les germes de la musique américaine sont ensevelis sous les strates de toutes les communautés qui ont construit ce pays. C’est à partir des années 1920, que les Etats-Unis ont commencé à exporter leurs styles musicaux et leur culture. Les styles musicaux propres à l'Amérique se sont d'abord diffusés en Europe, principalement à partir du XXème siècle. C'est l'une des plus riches au monde, elle comporte plusieurs styles musicaux tels que le blues, le jazz, le rock'n roll, la salsa, le rap, la pop, folk, country, le Hip-Hop. De ce monde musical riche et varié, de cette culture passionnante et surprenante, de cette forme musicale d'un autre monde..."la country".

Lynn_Anderson_.jpgLynn Anderson (1947 – 2015). "I Never Promised You a" (Rose Garden), titre mondialement connu et récompensé par un Grammy Award, est resté classé numéro 1 des meilleures ventes de vinyles de country au début des années 1970. En 2004, elle enregistre à nouveau un album "The Bluegrass Sessions", qui comme son nom l'indique reprend un genre bluegrass

https://www.youtube.com/watch?v=2-eclUz-RYI 

 

Sarah Darling.jpgSarah Darling ((musique country & U2) est devenue la mascotte artistique de la radio par satellite et internet, grâce à la diffusion d'un clip (With or without) à partir de You Tube sur "Nashville". Cette chanson a été plébiscitée par beaucoup d'auditeurs, Sarath est allée en studio pour enregistrer une version correcte. La chanson a positionné Sarath comme première.


Walker Hayes.jpgWalker Hayes écrit des paroles accrocheuses. Sa musique est dansante et ses mimiques lui collent à la peau. Un single qui va rentrer dans les playlist Country et y rester. (Drops His "Pant's To Radio Today)

http://www.youtube.com/watch?v=QFYBQSOb30I&p=233F3948...)

O Sister! The Women's. Ce recueil de bluegrass est simplement une merveille. C'est une bonne occasion de découvrir les classiques, tels que "If wishes were horses" de Claire Lynch -. Lonesome wind blues sur Rhonda Vincent - Pardon me de la Cox Family - Blue des The Stevens Sisters - Every time you say goodbye d'Alison Krauss. Ce n'est qu'un petit échantillon des hits qui sont sur cet opus. C'est l'avantage à la nouvelle génération d'écouter des chansons qui nous ont bercées, même s'il s'agit de bluegrass (du vrai), ou les voix ne rentreront certainement pas dans les standards d'aujourd'hui. Un voyage dans le temps.

 http://www.youtube.com/watch?v=ZORUsMbXdIU

Hank William III.jpgHank William III (Album: Damn Rigt. Rebel Proud) (21 octobre 2008)

Hank william III fait partie de ces chanteurs inclassables, sa musique est un mélange de country, de punk, de rock, c'est un style qui respire le Sud. Cette culture de bikers et de sudiste, mais l'ambiance Hank William n'est plus à faire. Cet artiste ne s'explique pas mais s'écoute tout simplement.

http://www.youtube.com/watch?v=Z55kQpccE3s

 

Wylie and the Wild West.jpgWylie and the Wild West (Hooves of the Horses) (15 juin 2004)

Ce chanteur nous fait connaitre l'Ouest à lui tout seul. L'ambiance qui se dégage de cet album est formidable. Les styles varient, les compositions riches et le romantique cowboy fera le coeur de ses dames. (Fermer les yeux et vous êtes en Amérique).

http://www.youtube.com/watch?v=d7kDWTsiiz4

blue yodel.jpgLe yodel est une façon de chanter. Le chanteur passe alternativement de la voix naturelle au fausset, de la voix de poitrine à la voix de tête. A l'origine utilisé par les montagnards suisses pour communiquer, le yodel a trouvé son heure de gloire dans la musique country avec Jimmie Rodgers, qui grâce aux albums "blue yodel" a été la plus grande vedette des années 1920 - 1930


 

Culte de la personnalité.gifMalgré la barrière de la langue, les créations musicales sont biens reçues au sein de l'Europe. Cette hégémonie musicale a une forte influence sur les goûts musicaux des européens néanmoins on ne peut pas dire que la musique soit un vecteur de valeurs américaine car la majorité des personnes qui l'écoutent comprennent très peu les paroles qui véhiculent des messages, des normes et des comportements qui influencent une identification de surface et d'apparence (positivement ou négativement). De nos jours, les musiques originaires des USA ont un fort impact sur les jeunes qui s'en inspirent comme d'un mode de vie. Elles renvoient une image caricaturale de l'"American Dream" par des représentations exagérées d'un mode de vie utopique. Les émissions de Star Académy, Nouvelle Star, télé-crochet ont fait exploser le nombre de vocations artistiques et véhicule l’image que tout le monde peut devenir chanteur, si bien qu’aujourd’hui c’est essentiellement le recours du marketing qui parvient à faire la différence, c’est-à-dire à sa popularité supposée, à sa facilité d’accès et de réceptivité par le plus grand nombre d'admirateurs. Cette catégorie d'admirateurs sont à la mesure de la notoriété de la vedette et ne semblent pas être influencés par la manière dont elle chante ce jour-là ni par l'air ou les paroles de la chanson. Il faut, pour triompher, être "dans le vent" et avoir été consacré idole par un de ces coups du sort qui sont, en définitive, l'heureuse rencontre d'une publicité astucieuse, de quelques circonstances favorables et des caprices d'un public qui porte à ces chanteurs préférés une vénération naïve et voit en eux des personnages doués de toutes les perfections. En réalité les chanteurs sont des "modèles" de réussite foudroyante. Depuis. la naissance des grandes valeurs humaines, l'homme est naturellement porté à vénérer ceux d'entre-eux qui les incarnent le mieux. C'est pourquoi les véritables icônes morales, que sont par exemple (Gandhi, l'abbé Pierre, soeur Térésa, Martin Luther, etc.), sont admirés sans qu'ils soit besoin de marketing. Or voilà que sur la planète Terre, de plus en plus de gens embrassent la voie artistique, produisant un afflux massif sans précédent de créations littéraires, musicales, théâtrales, cinématographiques, avec une pléthore de comédiens, chanteurs, musiciens, danseurs.

la musique adoucit les moeurs.jpgOui tout le monde le sait, "la musique adoucit les moeurs", mais peu de gens y croient. Si dans les programmes scolaires, la musique pouvait prendre toute la place qu'elle mérite, cela constituerait certainement, une très grande avancée pour toute cette société malade, basée uniquement sur des critères de chiffres et de rentabilité. Enfin la musique est une échelle pour les âmes, elle permet d'établir la paix en soi, et donc de concrétiser un pacte de paix avec les autres. Certaines chansons questionnent ou rejettent Dieu. Par exemple, dans le punk et le métal il y a une vive critique de Dieu, par contre on trouve souvent dans le rock et le hip hop des prières, des appels à Dieu. En témoignent la chanson hip hop "Jesus Walks" de Kayne West, gagnante de Grammys. Dans le rock, et parfois avec des références bibliques, les musiciens s’adressent souvent à Dieu, tant pour l’invectiver que pour le prier, l’un et l’autre allant parfois de pair. La musique non chrétienne fait souvent la promotion de l'immoralité et de la violence, tout en dénigrant la pureté et l'intégrité. Par contre, il existe aussi beaucoup de chansons non chrétiennes qui, sans faire mention de Dieu, encouragent les valeurs telles que l'honnêteté, la pureté et l'intégrité. Pour qualifier la musique gospel, on parle souvent de musique chrétienne protestante. Aux Etats-Unis la musique gospel est surtout le nom donné aux vieilles chansons des chrétiens Afro-américains du Sud et de la région de Chicago (baptistes surtout), dans la pure tradition du blues et de la soul. On peut dire que les Afro-américains ont fortement inspiré la musique mondiale et dans ce cas la musique chrétienne en incluant davantage de chants sur Jésus-Christ.Dans un but de pacification des esprits, et afin d’étouffer toute volonté éventuelle de révolte, le "Maître blanc" va évangéliser ses esclaves qui vont Immédiatement adhérer à cette religion du blanc, et les premiers Négro Spirituals (chants noirs spirituels), naîtront très vite de l’interprétation par les esclaves de l’Ancien Testament (présenté 36 fois dans le nouveau testament), et des hymnes protestants. Les Négro Spirituals s’installent donc dans les Eglises protestantes blanches, et s’y expriment avec la ferveur et la rythmique africaine, avec une force et une expression émotionnelles largement plus démonstratives que la retenue austère des blancs (l’Eglise sera le lieu de la solidarité et de la liberté). De nombreux spirituals anciens seront repris en chœur lors des marches pacifistes et des manifestations (Martin Luther King). Parmi les chants interprétés en masse comme autant de signes de ralliement et de mobilisation, l’un en particulier sera considéré comme l’hymne de résistance "We shall overcome".



Go down Moses 1.jpg"Go down Moses" a été créé lors d'un mouvement de révolte des esclaves qui réclamaient leur liberté. (Entre 1619-1865 deux millions d’esclaves sont déportés dans les colonies d’Amérique du Nord). Les esclaves se comparaient au peuple hébreu retenu prisonnier par le Pharaon d’Égypte, et libéré grâce à l'intervention de Moïse. Ce chant exprime une revendication de liberté, une espérance en la fin prochaine de l'esclavage et même un désir de vengeance. Les paroles et la musique de ce gospel sont très anciennes.


amazing-grace.jpg"Amazing Grace"  (Seigneur tout miséricordieux). En écrivant les paroles de ce cantique chrétien (1760), le prêtre anglican John Newton était bien loin d’imaginer qu’il allait populariser un très vieil air celtique, probablement d’origine irlandaise ou écossaise, au point de lui conférer, deux siècles plus tard, un statut d’hymne dans toutes les nations anglo-saxonnes (îles britanniques, Amérique du Nord, Australie, Nouvelle-Zélande). Ils illustrent le chemin spirituel accompli par Newton (1725-1807) et sa «rédemption» aux mains de Dieu qui l'a «sauvé» de plusieurs périls. Enrôlé de force dans la marine à l'âge de dix-neuf ans en 1744, il devient impliqué dans la traite des esclaves, échappe de la malaria, frôle à plusieurs reprises les naufrages. Peu concerné par la religion, athéiste et libertin, sa vie bascule en 1748, lorsqu'il manque de périr dans une tempête au large de l'Irlande. L'homme se tourne vers Dieu et, six ans plus tard, abandonne la mer et le trafic d'esclaves, pour rentrer dans le clergé de l'Eglise anglicane. Pendant plusieurs décennies, Amazing grace n'a pas de mélodie attitrée. Il faudra attendre 1835 pour qu'un professeur de chant de Caroline du Sud, William Walker, l'associe à New Britain, l'air utilisé de nos jours sans doute inspiré du folklore écossais ou irlandais, et publie la partition. La première strophe: "Grace merveilleuse, quel son si doux Qui a sauvé un malheureux tel que moi. J'étais perdu, mais je suis maintenant trouvé. J'étais aveugle, mais maintenant je vois». Dans les années 1960, les militants de la lutte pour les droits civiques reprennent la chanson. En 1970, la version chantée par Judy Collins entra au Top 50. Elle sera ensuite reprise par Joan Baez - Elvis Presley - U2 - Boyz II Men - Mariah Carey


 https://www.youtube.com/watch?v=0JnpBu8CDos

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans Musiques & divers | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.