http://appalaches.skynetblogs.be/

vendredi, 05 juin 2015

Un génocide tranquille et presqu'achevé par la démocratie Américaine.

 

 http://appalaches.skynetblogs.be/

massacre.jpgLa civilisation américaine s'est faussement enracinée avec la conquête de l'Ouest. En détruisant les Indiens et en choisissant le génocide, les pionniers européens ont commis une faute irréparable. Plus ils tuaient d'Indiens, plus ils croyaient éliminer les témoins d'une terre dont ils s'emparaient par la force. L'Ouest des débuts de l'avancée blanche était perçu comme un milieu où pouvaient s'épanouir les qualités d'un homme meilleur, loin de la misère qui avait poussé les immigrants à quitter la vieille Europe. La conquête de l'Ouest reposait sur le mythe de l'homme nouveau. Or, en privilégiant non le progrès de la conscience mais le progrès de la technique avec le développement économique, en détruisant les indigènes qui gênaient une expansion ressentie comme une nécessité vitale, les Blancs ont assassiné leur propre espoir en un monde meilleur. Le cinéma exploite à merveille la violence humaine pour vendre ses films. Le mythe du héros fort et puissant arrivant toujours dans le dernier acte pour sauver et délivrer les victimes est repris dans presque tous les films d’actions. À chaque fois, la recette fonctionne et on en redemande. Tous les scénarios se ressemblent dans la forme. L’intrigue va comme suit: des méchants qui fomentent des mauvais coups, des injustices scandaleuses, des pauvres victimes sans force… et le tour est joué. Il ne manque plus que le héros aux gros bras que nous attendons avec anxiété afin qu’il vienne rétablir l’ordre avec ses poings. Plus le héros frappe le méchant, plus nous sentons monter en nous la fièvre de la satisfaction parce que la justice est enfin rétablie. Au fond, nous aimons la violence. Pour le western, elle sera structurante, tant au niveau narratif qu’à celui de la réalisation des scènes inhérentes au genre (attaques de diligences, poursuites, confrontation finale). Le western racontent la conquête mythique des terres, la ruée vers l’Ouest, la lutte contre ceux qui vivent sur ces territoires. Cette extension d’un territoire finira par couvrir tout un continent, d’un océan à l’autre, et qui sera empreinte de violence et de génocide contre les Amérindiens (il fallait combattre le Mal personnifié). C’est l’un des plus grands génocides de l’histoire qui s'étend sur trois siècles. A titre de comparaison, six millions pour le génocide des juifs et cent millions pour celui des Amérindiens, dont 18 millions pour l'Amérique  du nord. Il faut ajouter à ce génocide indien, celui des Africains qui est comptabilisé à 17.267.000 personnes

holocaust.jpgLe regard que les non-Indiens (Américains, Européens, etc.) portent sur les Premiers Américains (Indiens), les interprétant et les réinventant depuis l’arrivée en Amérique de Christophe Colomb, a fait l’objet d’une abondante littérature et cinématographie. Aujourd’hui, on teste les vaccins contre l’hépatite B sur les enfants lakota ou Inuit, l’habitat est si pauvre dans certaines réserves que les personnes âgées meurent de froid et finalement les non-Indiens s’approprient la spiritualité et l’identité indigènes et en font commerce. Comment un pays soi-disant démocrate peut-il à la fois nuire aux Amérindiens et chercher à les imiter. Mais aussi la façon dont sont "honorés" les Amérindiens par des danses exécutées autour de bûchers funéraires, dont ils sont utilisés comme mascottes par des universités ou des équipes sportives, dont on les utilise comme supports publicitaires, sans parler des "jeux indiens" pratiqués aux États-Unis, mais aussi en Europe, par les "clubs indiens"(allemands, français, Belges,Hollandais, etc.). Les non-Indiens déboursent volontiers de fortes sommes d'argent (4000 dollars) pour une part de spiritualité indienne en participant à la danse du Soleil. A Sedona dans la région nord de Verde Valley (Arizona), on peut acheter des huttes de sudation portatives. l'exode.jpgDes catalogues New Age offrent des boucles d'oreilles qui commémorent la "Piste des Larmes" (Nunna daul Isunyi). Ce faisant, les non-Indiens semblent très désireux de montrer aux Indiens qu'ils les honorent par des films tels que "Danse avec les loups" (Dances with Wolves), montre comme la plupart des productions hollywoodiennes l'obsession des Blancs sur l'image du Noble Sauvage et mettent en évidence le regard romanesque que les Blancs posent sur les Indiens dans les années 1990. "A la fin de "Danse avec les Loups", le lieutenant Dunbar et sa nouvelle femme décident de quitter les Lakota dans l'espoir que leur départ dissuadera l'armée de harceler leur peuple d'adoption". C'est là le portrait de l'Indien que les adeptes du New Age considèrent le plus correct, le plus authentique. Ils s'attendent à ce que les "vrais" Indiens auxquels ils ont affaire se conduisent de même (l'Indien correct, qui reconnaît que de nombreux Blancs sont bons et aurait souhaité vivre en bonne intelligence). Les dites réserves indiennes d’Amérique, contrairement à ce que leur nom indique, n’ont pas été inventées pour durer ni protéger leurs habitants. Créées au milieu du XIXe siècle, elles étaient destinées, à faire "disparaître" les Indiens, chacun espérant que les Sioux, Cherokees et autres Ojibwés (grande nation en incluant les Métis) seraient "emportés par les épidémies ou la consanguinité, en une ou deux générations". Tel est le prix à payer pour les Indiens d'Amérique, afin de rester sur la terre de leurs ancêtres. Pire, une certaine propagande laissant entendre que les Indiens d'Amérique auraient fait le choix de vivre dans ces conditions a fort bien fonctionné dans l'esprit collectif. Or, cela repose sur une contre-vérité historique, alors que les Etats abritant ces réserves n'ont de cesse de rogner ces droits et de tenter de récupérer par tous les moyens ces espaces. Le mythe du "noble sauvage" qui vit en harmonie dans la nature persiste encore de nos jours. (le nouveau Monde n'était pas un monde sans humains). En 2010, les Etats-Unis fut le dernier pays au monde à ratifier la Déclaration des droits des Peuples indigènes aux Nations-Unies. Une des rares concessions faites par un pays qui place souvent l'Histoire au dernier rang de ses préoccupations, si ce n'est pour en offrir une version idéalisée, alors qu'il est impossible d'idéaliser la réalité sur laquelle s'est construite l'Amérique puisque 90% des tribus amérindiennes ont disparu à la suite de l'arrivée des Européens en Amérique du Nord (la plus grande partie à cause des maladies, la partie restante par les armes). Naturellement,les Etats-Unis ne voient pas d'un bon oeil que le sort des Indiens d’Amérique soit pour la première fois à l'ordre du jour des Nations-Unies. Car il s'agit de se pencher sur le sort d'une population de 2,7 millions d'habitants ravagés par une multitude de fléaux et dans des proportions effroyables. Les chiffres parlent d'eux-mêmes (770% de risques en plus de mourir d'alcoolisme - 665% de risques en plus de mourir de Tuberculeuses - 420% de risques en plus de mourir de Diabète - 280% de risques en plus de mourir d'accidents - 52% de risques en plus de mourir de Pneumonie et de Grippe). Et de fait, "cynisme et indifférence" se conjuguent pour ensevelir année après année la mémoire des peuples indiens presque entièrement anéantis en Amérique du Nord. On ne va pas le nier, les Apaches, les Cheyennes, les Iroquois, les Sioux, les Esquimaux ne nous inspirent pas, un sentiment extrême de culpabilité. Mais ce n'est rien comparé au pays du Western et de la Country.

génocide.jpgAvant les Européens, il y avait les indiens, la conquête de l'Ouest fut gagnée au prix de leur anéantissement. Cependant, personne ne semble véritablement s'intéresser à ce qu'est la vie quotidienne des indiens à ce jours. A la télévision américaine comme dans la vie politique, ce sont les grands absents, leurs taux de chômage est le plus élevé, et leurs réserves sont parmi les plus misérables du territoire américain, avec comme résultat plus de culture sur laquelle s'appuyer, très peu de travail, des terres extrêmement pauvres à cultiver, beaucoup d'indiens cherchent à noyer leur chagrin dans l'alcool. Depuis les années 1930, un cercle de pauvreté et d'alcoolisme a réduit les nations de guerriers à l'apathie et à la ruine. La boisson est un problème qui s'accroche aux indiens depuis toujours. Au moins 70% des indiens ont un problème soit avec l'alcool, soit avec les drogues. La boisson est toujours le problème le plus important, elle est responsable de beaucoup de problèmes sociaux, d'un taux de décès sur la route très important. En bref, les indiens n'ont pas de véritable place dans la société américaine moderne, il est un peu trompeur de parler de "Culture indienne" ou de "Religion indienne". Chacune des nombreuses tribus qui vivaient à l'origine en Amérique avait sa propre langue, sa propre religion et ses propres coutumes. Cette éducation d'un style missionnaire fut pratiquée jusque dans les années 1960, et elle a presque réussi à éteindre la culture indienne. Les adultes étaient mis à l'index s'ils parlaient le dialecte indien (habitude de briser les familles de cette façon-là). Si vous alliez à une cérémonie spirituelle, des Prêtres jésuites se tenaient à l'entrée et prenaient vos noms. Ensuite, vous ne pouviez plus vous rendre à l'église avec ce qui s'ensuivait, parce que vous faisiez partie des suppôts de Satan. Pendant des années, les "Conseils Tribaux", sur chaque réserve, ont été des régimes corrompus, contrôlés par le "bureau of Indian" (Affaires indiennes). Fondé en 1834, basée à Washington, et qui dépend du Gouvernement des Etats-Unis. Elle est accusée de manipuler et de duper les indiens des réserves depuis plus de cent ans. Ils sont en fait supposés être les gardiens de la tribu, mais les gens du bureau des affaires indiennes protègent les intérêts économiques des Etats-Unis, en utilisant des forces de police bien souvent brutales, pour assurer leur position. Les "Conseils Tribaux" étaient pour la plupart dirigés par des indiens sangs mêlé, ou bien d'autres, non natifs de la réserve. Ainsi, les indiens du coin avaient peu de choses à dire sur leur propre destinée. Aujourd'hui, de nombreux "Conseils Tribaux"sont plus représentatifs de la population indienne, et plus démocratiques. En février 1890, le gouvernement des États-Unis rompt un traité passé avec les Lakota en divisant la Grande réserve indienne Sioux de l'État du Dakota du Sud (la plus grande partie de l'État) en cinq réserves dont la totalité est plus petite. Cela est réalisé pour satisfaire les intérêts des propriétaires de l'Est, conformément à la politique clairement affichée du gouvernement "de rompre les relations tribales" et d’obliger "les Indiens à se conformer au mode de vie de l'homme blanc, pacifiquement si possible ou sinon par la force". Une fois les réserves "ajustées", les tribus sont séparées en unités familiales sur des parcelles de terrain de 130 hectares. En raison de la sécheresse, les récoltes de 1890 sont insuffisantes pour assurer l’alimentation des Sioux.

woundedknee03.jpgMalheureusement pour les Indiens, le gouvernement a aussi réduit les rations de moitié, les Indiens étant jugés "paresseux". Comme le bison a, de plus, été pratiquement exterminé de la plaine quelques années plus tôt, les Sioux se retrouvent en situation de famine. Le 29 décembre 1890, la 7e cavalerie reçu l'ordre du commandant du département de la Platte, de désarmer le clan de Big Foot (chef amérindien de la tribu des Sious Lakotas) avant le transfert vers le Nebraska. La veille au soir, après avoir été encerclés de toute part, les Lakota sont considérés comme des prisonniers virtuels. Au matin, les hommes Lakota sont rassemblés et informés qu'ils doivent remettre toutes leurs armes à feu. Les soldats, craignant que des armes restent cachées, commencent à fouiller les tentes. Lorsque les soldats tentent de désarmer un Lakota un coup de feu part. La plupart des hommes Lakota, encerclés par les soldats, sont abattus. C’est alors que les canons bombardent le village des femmes et des enfants. L'armée américaine reconnaît aujourd'hui que c'est 300 à 350 Amérindiens qui périrent lors de ce "massacre". On pense que certains militaires ont été tués par leur propre régiment mais aucune enquête n'a permis de connaître la vérité. Lorsque la tempête de neige qui s'est abattue entre temps se calme, les militaires embauchent des civils pour enterrer dans une fosse commune les victimes Lakota.

wounded-knee.jpgPlus de quatre-vingts ans après le massacre, le 27 février 1973, Wounded Knee (le nom provient de la rivière qui coule à proximité ) est le théâtre d'un affrontement entre les autorités fédérales et les militants de "l'American Indian Movement". Ce jour-là, près de 300 Sioux Oglala ainsi que des sympathisants de la cause indienne se rendent au village de Wounded Knee et l'occupent pour exiger qu'on reconnaisse leurs droits et leur terre. En quelques heures, plus de 2.000 agents du FBI, des policiers fédéraux et des représentants du Bureau des affaires indiennes cernent la ville et organisent un blocus avec des véhicules blindés, des mitrailleuses, etc. Le siège dure 71 jours et fait deux morts dont un Indien qui se reposait dans une église. Dans les quelques années qui suivirent, la plupart des leaders de l'AIM fut mit en prison, assassiné ou bien fut contraint à vivre dans la clandestinité. Cette organisation de l'égalité des droits humains était une menace pour le gouvernement qui avait des intérêts dans les Black Hills (gisement d'uranium). Vingt "médailles d'honneur" sont attribuées à dessoldats du 7e de cavalerie pour leur conduite durant le massacre. Aujourd'hui encore, les Amérindiens réclament instamment qu'elles soient requalifiées en "médailles du déshonneur".

 1) http://www.youtube.com/watch?v=VzGsaoDuKe0&feature=related

2) http://www.youtube.com/watch?v=MpyoDx_6w7Y&feature=related

3) http://www.youtube.com/watch?v=V1fNpSL4Hg4&feature=related

4) http://www.youtube.com/watch?v=FwONCP7ncj0&feature=related

5) http://www.youtube.com/watch?v=WygIR_h7MmQ&feature=related

6) http://www.youtube.com/watch?v=AkaPK4AEW48&feature=related

7) http://www.youtube.com/watch?v=5AajENPWS8g&feature=related

8) http://www.youtube.com/watch?v=CHVqgXMExck&feature=related

9) http://www.youtube.com/watch?v=y2vTbK3fdAU&feature=related

10) http://www.youtube.com/watch?v=__S5bhMQZG4&feature=related

11) http://www.youtube.com/watch?v=yjhFEGMvN7E&feature=related


 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans Amérindiens, L'Amérique | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.