http://appalaches.skynetblogs.be/

mercredi, 13 août 2014

Si vous restez convaincu que fumer c'est agréable, alors ne lisez pas ceci et allez fumer votre cigarette

 

http://clubdesappalaches.skynetblogs.be/

 

cigarette mortelle.jpg

Il faut savoir que l'homme fume depuis des millénaires. Et que pourtant, le tabac n'a jamais autant tué qu'aujourd'hui. Pas étonnant vu les saloperies qu'ils nous mettent dedans d'une part, et la guerre somatique menée pour nous faire peur d'autre part. Officiellement, l’État lutte contre la cigarette, mais il distribue en même temps des subventions aux producteurs. Fumer est mauvais certes, le gros problème c'est qu'aujourd'hui, les gens fument, boivent des sodas sucrés en tout genre, du café sans restriction, mangent des plats réchauffés au micro ondes,  mangent des aliments sortis tout droit de l'industrie agro-alimentaire dont le taux de nutriments a baissé de plus de 50% depuis les années 50, etc... Donc, les gens n'ont plus de défenses contre toutes les agressions auxquelles ils sont censés pouvoir se défendre sans problème...

 tabac.jpgDepuis plus de 2000 ans, les amérindiens utilisent le tabac dans les rituels religieux ou pour ses vertus médicinales (utilisé comme analgésique ou dans sa forme mâchée, contre les rages de dents). En ce qui concerne les Premières nations, le tabac est une valeur sacrée (c'est un don du créateur à ses créatures terrestres). La fumée du tabac est le symbole qui unit le Créateur à ses créatures. Traditionnellement, le tabac n'est pas fumé à l'exception du calumet qui est réservé exclusivement à des cérémonies très importantes comme la signature d'un traité de paix. Dans le cas des Premières nations, il faut spécifier les termes "réduction de l'usage non traditionnel du tabac", lorsque l'on parle de tabagisme. Chez les populations Sioux, la pipe est l'objet sacré. Elle est sacrée car la fumée qui s'en échappe constitue le moyen dont l'Amérindien dispose pour communiquer avec le Grand Esprit. Elle intervenait dans toutes les cérémonies fondamentales de la tribu. amérindiens.jpgLa fumée de la pipe monte très haut vers le Grand Esprit, en emportant avec elle les messages et les prières de tout le peuple. Symbole de l'unité et de l'harmonie, le calumet, ou Pipe Sacrée, est commun à de nombreuses tribus des États-Unis et du Canada. La tige creuse de la pipe représente le corps de l'homme, le fourneau, son âme et la partie concave à l'intérieur du fourneau, son coeur. Le matériau le plus employé pour modeler le fourneau de la pipe est l'argile, tandis que le bois d'aulne sert à fabriquer le tuyau. On remplit généralement la Pipe Sacrée d'écorce de saule rouge et de tabac. Il y a plus de 40 espèces différentes, mais une seule, sert aujourd'hui de base à la production de tabac dans le monde entier (Nicotiana Tabacum). Après la culture, la récolte, le séchage et la fermentation des feuilles de tabac. C'est après la troisième fermentation, qui aura duré une année entière, qu'est effectué le mélange des tabacs, ultime étape avant le roulage du cigare (vient enfin le moment d'assembler le cigare). Le mot cigare prend son origine du Maya sikar, terme désignant le tabac, qui en 2500 av. JC, cultivaient déjà le tabac à des fins médicinales. Ils le consommaient aussi sous forme de tabac à priser et à fumer. Les Indiens le nommaient tzibatl, nom désignant le tube servant à absorber la fumée ainsi que le cigare lui-même. Les marins rapporteront que les Indiens cubains fumaient une forme primitive de cigare, avec du tabac tordu et sec, roulé dans une feuille au creux de la paume de la main. L’Espagnol le traduisit cigarro. Les premières formes de cigare, semblable à celles d’aujourd’hui, furent fabriquées en Espagne avec du tabac cubain au XVIII siècle. La production de cigares se développa un peu partout en France et en Allemagne puis au Pays-Bas. En Grande-Bretagne la production commença au début du XIXème. De fortes taxes d’importation transformèrent le marché et les cigares étrangers deviendront des produits de luxe. Il n’y a d’ailleurs, à cette époque, pas encore de marque, les cigares sont exportés en masse. Un bon repas s'accompagne toujours d'un bon vin, s'achève sur un digestif et, comble du bonheur, sur un cigare. Le cigare, réservé autrefois à une élite, était un symbole de réussite sociale. Aujourd'hui, il se démocratise et sa clientèle se diversifie, touchant les femmes et les jeunes. Contrairement à la cigarette qui se fume nerveusement, impulsivement, par une sorte d'automatisme, le cigare est quelque chose de totalement différent. Le fumer est un plaisir, dont il ne faut d'ailleurs pas abuser. Un plaisir comme peut-être la dégustation d'un bon vin ou d'un sublime menu (on déguste, on savoure). On n'avale pas non plus la fumée comme avec la cigarette. Le fumeur de cigare la fait tourner dans sa bouche, avant de la recracher, il "crapote" (la fumée n’atteint donc pas les poumons), pour mieux apprécier les saveurs du mélange de tabacs offerts à sa dégustation. La fumée de cigare est beaucoup plus dense et acide que celle de la cigarette, elle est très concentrée en produits toxiques, donc elle a un impact plus important sur la santé. Par ailleurs, les produits toxiques contenus dans la fumée que le fumeur garde dans la bouche favorisent les risques de cancer. Effectivement, malgré ce qu’on pourrait penser spontanément, fumer le cigare n’est pas moins risqué que fumer des cigarettes

cigare fabrication.jpgcubataco.jpg

 

 

 

 

 

 

En 1588, le premier promoteur connu du tabac, Thomas Haret, préconise l’usage du tabac fumé ou en prise nasale. Il est mort des suites d’un cancer du nez, imputable dans la lumière des connaissances actuelles à la prise de tabac. En 1700, Lorillard créé la première compagnie du tabac, compagnie qui à l’heure actuelle est la plus ancienne au monde. En 1776, pendant la Guerre d’Indépendance des Etats-Unis, le tabac sert comme monnaie d’échange pour l’achat d’armement. Au milieu du xixème siècle les deux grandes compagnies (Phillip Morris et Liggett) commencent à commercialiser des cigarettes qui deviennent très vite populaires parmi les soldats.

pipes divers.jpg

C'est dans la pipe que l'on a commencé à fumer du tabac. Les Indiens d'Amérique, bien avant l'arrivée des conquérants européens utilisaient le calumet, depuis le xvème siècle, différents matériaux ont été employés (bois divers, pierre, fer, terre, porcelaine , écume...). La bruyère reste la matière la plus utilisée (bonne résistance au feu et bonne alliance avec le tabac).

Les pipes en écume.jpgLes pipes en écume, a été utilisée à partir du 18° siècle par les Autrichiens, qui en ont fait de véritables oeuvres d'art (l'Ecume de mer est légère, poreuse, agréable à fumer, mais relativement fragile, elle se griffe facilement).

 

 

pipeLes pipes en terre11.jpgLes pipes en terre, le modèle Gambier le plus célèbre est sans doute la tête de Jacob, la terre cuite est sans doute la plus ancienne matière utilisée pour les pipes en Europe, on en trouve la trace dès le 16° siècle (il convient de la déguster avec grand calme), la terre a tendance à chauffer vite et de façon intense (donc, bourrage léger et tirage en douceur sont de mise).

 

891_002Les pipes en porcelaine,.jpgLes pipes en porcelaine, sont délicates à fumer car elles chauffent fortement.

 

 

 

morta_tomato1.jpgLes pipes en morta, sont très agréables mais chères. L’arbre est mort à l’âge du bronze, il y a 4500 ans. " Quand le marais a été envahi par fa mer, l'eau salée a grillé les racines d'une forêt de chênes. Les arbres sont tombés et se sont enfoncés dans la tourbe une fois la mer retirée.  En cours de fossilisation, et donc fortement minéralisés, ces chênes donnent maintenant un bois dur, noir ou plus clair cela dépend de son âge, mais aussi de la composition du sol dans lequel il a été enfoui, qu'on appelle le morta.

 

fin57Les pipes en merisier.jpgLes pipes en merisier, brûlent assez facilement, mais moins que celles en maïs, qui n'ont qu'une durée de vie limitée.

 

cuttysandblasted2cuttysandblasted2.jpgL'olivier, semble assez durable, mais le maïs finit par se percer.

 

 

 

 

imagesLe citronnier.jpgLe citronnier, on peut imaginer qu'il ne résistera pas à l'enfer de la combustion.

 

 


1273405_100220172450_PIPE_001.jpgLa bruyère, sauf accident, vivra centenaire... au moins.

 

 

 

 

tabac--Le tabac à mâcher,-401.0.4274361808.jpgLe tabac à mâcher, est tout aussi nocif que la cigarette et vous donne ce que certains appellent " une haleine de chacal". Rendu célèbre par les cow-boys du Far West américain, il envahit les marchés vers la fin du XIXème. L'imagerie qui entoure le tabac à chiquer et à mâcher est très virile (on pense aux cow-boys dans les saloons du siècle dernier), de nos jours, seule une minorité de personnes continue à chiquer et mâcher du tabac, une habitude qui a été vite détrônée par les cigarettes et le tabac à rouler. Certains pensent que ces modes de consommation du tabac sont sensiblement moins dangereux pour la santé que fumer (grosse erreur). Le tabac fut introduit pour la première fois en France en 1556 par l'abbé André Thevet qui le baptisa "Angoumoisine". Mais l'histoire n'a retenu que le nom de Jean Nicot de Villemain, ambassadeur de France à Lisbonne, qui envoya la poudre de tabac à Catherine de Medicis afin qu'elle soigne ainsi ses migraines. La nouveauté et le haut rang de la malade rendirent le tabac (herbe à Nicot) célèbre et on lui attribua diverses vertus notamment celles de guérir les maux de dents, migraines, rhumatismes, goutte,  le tabac sera, longtemps, consommé comme médicament en poudre. Mais de plus en plus, on fume pour le plaisir. Richelieu y trouvant une manne financière inespérée, va instaurer des droits de douane à l'importation du tabac venant d'Amérique. En France, on voit fleurir les premières plantations. Plus tard, Colbert fera de l'exploitation du tabac un monopole d'état, qui sera d'abord attribué à des particuliers, puis à la Compagnie des Indes. Supprimé en 1791, l'exploitation du tabac en monopole d'état est rétabli en 1810 par Napoléon 1er. On fume la pipe. On prise. Le cigare est, le symbole de la réussite sociale et le restera encore jusqu'à nos jours. La consommation de cigarettes explose pendant la guerre, et après la fin de la guerre, on assiste à la conquête du marché féminin, les cigarettiers, commençant à fabriquer des tabacs doux, qui s’adresse surtout aux femmes (Lucky Strike). Au début du vingtième siècle, la production mondiale est de 3,5 milliards cigarettes et six milliards de cigares.

cancer-tabac.jpg Le cigare et la pipe sont tout aussi nocifs que l'humble cigarette, provoquant autant qu'elle des cancers et des décès prématurés. Un grand nombre de fumeurs pensent que la toxicité du tabac vient de la combustion du papier, ce qui est totalement faux, et imaginent donc que les cigares et le tabac à pipe, produits "naturels", sont moins dangereux pour la santé. Certains fumeurs de cigarettes se mettent à fumer pipe, cigare ou cigarillos, pensant protéger leur santé, ils vont donc inhaler cette fumée très chargée en produits toxiques et se retrouver dans la même situation qu'avant (en pire). La cigarette est l'invention la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité, elle repose toujours aujourd'hui sur le talent des chimistes de "Big Tobacco" pour rendre la fumée plus douce, plus volatile, plus pénétrante. Plusieurs centaines de composés (accélérateurs de combustion, ammoniac, adjuvants divers, sucres, etc. ) sont ajoutés au tabac. Parfois, ce qu'on retrouve dans les cigarettes n'a pas été ajouté par les chimistes de l'industrie, mais par les caprices de la nature qui contient du "polonium 210", dont la combustion produit tout simplement du rayonnement alpha, il proviendrait d'engrais phosphatés utilisés dans la culture du tabac (le minerai de phosphate de calcium accumule l'uranium et libère lentement le gaz de radon). La feuille de tabac a une détestable propriété, elle fixe et concentre cet élément radioactif naturellement présent dans l'environnement à des teneurs infimes. Combien savent qu'un paquet et demi par jour équivaut à s'exposer annuellement à une dose de rayonnement équivalente à 300 radiographies du thorax.

 

5a3d5ab8-670f-11e2-acdd-4eb5000349ea-493x328.jpgAux Etats-Unis, les premières mesures d’interdiction de fumer dans les lieux publics sont prises dans les années 1970. Dans l’Union européenne, l’interdiction de fumer via la publicité dans la presse écrite, la radio et sur Internet est entrée en vigueur le 31 juillet 2005.  L'inefficacité des patchs anti-tabac, ainsi que tous les substituts, boules à mâcher, cigarettes électronique distillent dans l’organisme une faible dose de nicotine, ces produits sont sensés supprimer la dépendance vis-à-vis du tabac. Malheureusement, ce n’est pas la nicotine qui est responsable de l’accoutumance, c’est une association de différents composés du tabac, les  "IMAO" qui est un antidépresseurs utilisés dans le traitement de la dépression (les additifs sucrés ajoutés au tabac se transforment lors de leur combustion en antidépresseurs et leur association avec la nicotine crée la dépendance). Les industriels du tabac utilisent trois produits importants (le sucrose, le miel et le chocolat), ces trois produits sont sucrés, or la combustion du sucre entraîne la formation d’acétaldéhyde (composé chimique cancérigène qui est présent dans le tabac, à raison d'un milligramme par cigarette), qui se trouve être l’un des "IMAO" les plus puissants qui soient. Les fumeurs peuvent donc s’attendre à des réactions chimiques très intéressantes, la nicotine et le tabac agiront ensemble pour produire de la dopamine (précurseur de l'adrénaline) supplémentaire à partir du contenu de l’alimentation et pour inciter le cerveau à libérer un excédent de dopamine au sein du centre du plaisir (une double ration de plaisir, en quelque sorte). Avez vous une idée de ce qui vous attend, si vous souhaitez une tumeur à la langue, un cancer de l'oesophage ou de la prostate. Voici quelques images pour vous donner matière à réfléchir.

 

cancer2.JPG

 

fumer danger.jpg

2.JPGcancer.JPGseins.JPGtabac 1.JPG

 

 

 

 



 



 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Certains d'entre vous se souviennent encore du film exceptionnel de Michael Mann tiré de faits réels et intitulé "Révélations" (The Insider). Ce film relatait l'histoire authentique du docteur Jeffrey Wigand (interprété par Russel Crowe), ancien vice-président responsable de la recherche et du développement du fabricant de cigarettes américain, Brown & Williamson Tobacco Corporation de Louisville (Kentucky). Le docteur Wigand est surtout connu pour être le premier dénonciateur des méfaits de l'industrie du tabac. Tous ceux qui ont passé du temps sur les "tobacco documents" sont peu ou prou arrivés aux mêmes conclusions. Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en ont tiré un rapport explosif de 260 pages, publié en juillet 2000, montrant comment les cigarettiers avaient infiltré leur organisation grâce à des associations écrans ou à des scientifiques secrètement payés par eux. Le tout, bien sûr, pour entraver la mise en oeuvre de politiques de contrôle du tabac. Et lors des poursuites engagées en 1999 par l'administration Clinton, en partie fondées sur les "documents", les procureurs fédéraux ont plaidé que les manufacturiers américains du tabac ont préparé et exécuté (et continuent à préparer et exécuter) un vaste complot depuis un demi-siècle pour tromper le public.

 

 

 

 

Écrit par Country francismarie dans L'Amérique, L'Europe | Lien permanent | Commentaires (2) |

Commentaires

j adore votre site

Écrit par : JOLY | jeudi, 14 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Les photos des cancers de la gorge font vraiment peur. J'ai eu de la chance de ne jamais fumer alors que dans ma famille tout le monde fumait !!!

Écrit par : Smokent | dimanche, 24 mars 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.